Tantôt château, tantôt temple, selon les besoins du scénario, ce lieu s'est prêté à différents tournages. © MATILDE GATTONI

Contre-plongée dans le désert

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Avec ses paysages époustouflants, Ouarzazate offre un cadre idéal aux réalisateurs. A tel point que des films et séries aussi mythiques que Lawrence d’Arabie ou Game of Thrones ont été tournés, au moins en partie, dans la ville marocaine. Prises de vues.

On le sait peu mais Ouarzazate, aux portes du désert marocain, compte parmi les capitales mondiales de l’industrie du cinéma. Casbahs pittoresques, vallées arides, oasis et montagnes enneigées : la ville de 70 000 âmes et ses environs offrent un large panel de décors naturels, qui ont notamment servi de toile de fond au mythique Lawrence d’Arabie. Ridley Scott y a aussi tourné certaines scènes de ses blockbusters Gladiator et Kingdom of Heaven. Quant au succès phénoménal rencontré par la série Game of Thrones, il n’est sans doute pas étranger à ses paysages à couper le souffle, plantés en Irlande, à Malte, en Islande et en Croatie mais ici également.

Surnommé Oussama ben Laden en raison de sa ressemblance avec l'ex-chef d'Al-Qaeda, Abdelaziz Bouyadnaine, 62 ans, est l'un des plus anciens figurants de Ouarzazate. Il a participé à une centaine de films et a entre autres travaillé aux côtés d'Omar Sharif et de Jean-Claude Van Damme.
Surnommé Oussama ben Laden en raison de sa ressemblance avec l’ex-chef d’Al-Qaeda, Abdelaziz Bouyadnaine, 62 ans, est l’un des plus anciens figurants de Ouarzazate. Il a participé à une centaine de films et a entre autres travaillé aux côtés d’Omar Sharif et de Jean-Claude Van Damme.© MATILDE GATTONI

La plupart des films sont réalisés dans les studios Atlas et CLA, situés aux abords de la ville. Les coûts de production y sont de 30 à 50 % inférieurs à ceux qui sont pratiqués dans les studios occidentaux. En cause, une combinaison d’avantages fiscaux et de salaires bas – malgré le haut niveau de qualification des techniciens. Chaque fois qu’une nouvelle production y prend ses quartiers, des centaines d’acteurs se présentent aux castings, tandis que des artisans de haut vol se chargent de monter les décors et de fabriquer les accessoires nécessaires. Des décennies de tournages ont en effet permis l’essor d’une véritable industrie, faisant vivre les figurants locaux. D’une grande polyvalence, ces artistes méconnus du grand public peuvent à la fois incarner le peuple hébreux durant l’exode, des esclaves de l’Egypte antique ou des femmes tibétaines.

A l' Atlas studio, la reconstitution d'un temple antique surgit du désert. Noureddine Iken, passionné d'équitation, s'est spécialisé dans les scènes de combats à cheval.
A l’ Atlas studio, la reconstitution d’un temple antique surgit du désert. Noureddine Iken, passionné d’équitation, s’est spécialisé dans les scènes de combats à cheval.© MATILDE GATTONI

Certes, l’attente est longue – souvent plusieurs mois – entre deux productions. Mais pendant celles-ci, les artistes peuvent travailler jusqu’à 16 heures par jour, pour un modeste salaire quotidien de 15 à 25 euros. Sans compter qu’après avoir consacré leur vie au cinéma, nombre d’entre eux terminent leur carrière sans retraite ni épargne. Pourtant, l’amour qu’ils vouent au septième art est l’un des hommages les plus touchants et les plus sincères que l’on puisse lui rendre.

Sur la route vers Agadir, la station-service visible dans La Colline a des yeux. Si l'intrigue se déroule au Mexique, c'est bien au Maroc que le film a été réalisé.
Sur la route vers Agadir, la station-service visible dans La Colline a des yeux. Si l’intrigue se déroule au Mexique, c’est bien au Maroc que le film a été réalisé.© MATILDE GATTONI
Hajiba Oujer (à g.), 28 ans, vient d'une famille de figurants. Après l'avoir longtemps été elle-même, elle est aujourd'hui maquilleuse sur les plateaux.
Hajiba Oujer (à g.), 28 ans, vient d’une famille de figurants. Après l’avoir longtemps été elle-même, elle est aujourd’hui maquilleuse sur les plateaux.© MATILDE GATTONI
Mohamed Habib s'est fait prendre en portrait, chez lui, dans
Mohamed Habib s’est fait prendre en portrait, chez lui, dans  » cette atmosphère que dégage le cinéma « , qui lui  » donne une belle énergie « . Il a commencé sa carrière d’acteur à 6 ans et, depuis, a pris part à de grands films, dont Kingdom of Heaven, de Ridley Scott.© MATILDE GATTONI
Le père de Mohamed Habib compte, lui aussi, parmi les premiers à avoir été recrutés par l'industrie du cinéma.
Le père de Mohamed Habib compte, lui aussi, parmi les premiers à avoir été recrutés par l’industrie du cinéma.© MATILDE GATTONI
Les murs de pisé ocre rouge de la casbah Taourirt, un cadre idéal où installer les accessoires propices à créer une ambiance authentique.
Les murs de pisé ocre rouge de la casbah Taourirt, un cadre idéal où installer les accessoires propices à créer une ambiance authentique.© MATILDE GATTONI
A une dizaine de kilomètres de Ouarzazate, K Studios gère à la fois la construction des décors et la confection des costumes.
A une dizaine de kilomètres de Ouarzazate, K Studios gère à la fois la construction des décors et la confection des costumes.© MATILDE GATTONI
A une dizaine de kilomètres de Ouarzazate, K Studios gère à la fois la construction des décors et la confection des costumes.
A une dizaine de kilomètres de Ouarzazate, K Studios gère à la fois la construction des décors et la confection des costumes.© MATILDE GATTONI
Le temple érigé par les décorateurs d'Atlas Corporation Studio a accueilli le tournage d' Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre.
Le temple érigé par les décorateurs d’Atlas Corporation Studio a accueilli le tournage d’ Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre.© MATILDE GATTONI

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content