La trottinette électrique, star de la micromobilité motorisée. © lime

Comme sur des roulettes

D’aucuns avaient d’abord cru à une fantaisie californienne, à une lubie de Parisiens, le genre de choses qu’on ne verrait jamais chez nous. Pourtant, en quelques mois, c’est tout un catalogue de curieux véhicules qui s’est mis à arpenter nos pavés : bienvenue dans le règne de la micromobilité motorisée, des monoroues, gyropodes et skates télécommandés, sans oublier les fameuses trottinettes électriques.

Si l’on connaissait déjà les vélos en libre-service, Villo, Billy Bikes et autres SwapFiets, la version partagée de l’engin s’est rapidement implantée dans nos grandes villes : en juin, Troty débarquait dans les rues de la capitale, suivie en septembre de Bird, puis de Lime il y a à peine quelques semaines ; le principe restant toujours à peu près le même : des deux-roues géolocalisés et payés suivant la durée du trajet. Petite révolution dans les déplacements urbains, ces dispositifs électriques, peu coûteux, transportables et très intuitifs d’utilisation, constituent une piste plutôt intéressante pour enfin réaliser nos vieux fantasmes de mobilité douce et d’intermodalité – à condition toutefois d’en réglementer certains aspects, qu’il s’agisse du marché ultra-concurrentiel, de la question du parking ou des aménagements du Code de la route, afin de garantir la paix des chaussées.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content