Cinéma interactif : une success story wallonne

Alterface rend le cinéma interactif. Le procédé transforme les films 5D en jeux vidéo géants. Sensations nouvelles et succès planétaire avec 30 parcs d’attractions équipés.

Implantée à Mont-Saint-Guibert, au c£ur du Brabant wallon, Alterface n’a pas encore dix ans, mais déjà une solide réputation dans le monde international du loisir numérique. A sa création, elle développait essentiellement des systèmes interactifs destinés à des musées, comme des bornes d’information pour les visiteurs.  » Le problème, c’est que chaque musée exigeait la conception d’un outil spécifique, explique son patron, Benoît Cornet. Comme cela hypothéquait nos perspectives de rentabilité, nous avons cherché un créneau plus global.  » C’est ainsi que le choix s’est porté, entre autres, sur le cinéma interactif.

Sensations

Alors que les films en 3 dimensions (3D) et leurs images en relief sont devenus courants, plusieurs salles étrangères sont déjà équipées pour répondre aux dernières innovations : la 4D où les sièges bougent en fonction des scènes du film, et la 5D dont les effets spéciaux plongent les spectateurs dans le brouillard, l’humidité ou le souffle du vent. Autant de techniques qu’Alterface a combinées avec un dispositif informatique de son invention. Grâce à lui, le spectateur interagit avec ce qu’il voit à l’écran : il peut par exemple  » tuer  » le méchant qui s’apprêterait à occire le héros du film. Similaire au principe du jeu vidéo, le procédé n’en diffère que par les outils utilisés : un pistolet laser plutôt qu’une manette et un écran de cinéma au lieu d’un téléviseur. A la clé, des sensations décuplées par rapport à celles que le joueur éprouverait dans son salon, tant en raison du gigantisme des images que des effets spéciaux inondant la salle.

Seconder le shérif

Nécessitant des équipements complémentaires à ceux des salles de cinéma 5D déjà existantes, ces structures sont surtout installées dans des parcs d’attractions. La PME wallonne en a implanté une trentaine à travers le monde, de la Chine aux Etats-Unis et de l’Europe à l’Afrique, en passant par l’Australie. Différents films conçus à Mont-Saint-Guibert y sont présentés, comme Desperados, un western où les spectateurs secondent le shérif dans sa lutte contre des bandits, et Pirate’s Plunder, directement inspiré du succès des films de pirates. Le catalogue est appelé à s’enrichir, à l’image du carnet de commandes que les commerciaux de la société ont étoffé à un salon spécialisé aux Etats-Unis, à la mi-novembre.

Etonnamment, s’ils sont familiers de Bobbejaanland et de dizaines de parcs d’attractions aux quatre coins de la planète, les techniciens d’Alterface n’ont jamais travaillé avec Walibi, pourtant situé à 7 kilomètres à peine de chez eux. Comme le glisse l’un d’eux, nul n’est prophète en son pays…

LAURENT HOVINE

LE PROCÉDÉ DE MONT-SAINT-GUIBERT EST PRÉSENT AUX QUATRE COINS DU MONDE

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content