Chers militants du TAK,

Je voulais vous féliciter pour votre action de l’autre semaine : murer l’entrée de la mai- son communale de Linkebeek, quel superbe symbole ! Depuis que la regrettée RDA en a eu l’idée en 1960, bâtir un mur est devenu, on le sait, la plus belle manière de vanter l’amitié entre les peuples et les cultures différentes mais chacun chez soi, sinon le Volkspolizist tire à vue.

Evidemment, le bourgmestre de Linkebeek (enfin non, il n’est pas bourgmestre tout en l’étant, ce qui reste de la Belgique se complique décidément chaque jour) en a profité pour passer sur Euronews, entre un reportage sur la Géorgie et un autre sur le Tibet. Vos efforts n’auront donc pas été vains : grâce à vous, quelques centaines de millions de téléspectateurs européens sont à présent convaincus que les francophones de la périphérie sont une minorité opprimée. Encore quelques coups d’éclat de ce genre et ils vont exiger l’envoi des Casques bleus à Wemmel, Drogenbos et Knokke-le-Zoute pour faire le poids. On n’est pas sûrs que c’était le but que vous recherchiez, mais c’est le résultat obtenu et vous pouvez toujours essayer de faire passer un droit de réponse, style  » Bonjour, ça est nous les Flamands qui avons muré la maison communale et on veut vous dire que, en fait, nous on est les gentils et les francophones sont les méchants « .

Pendant ce temps, les fonctionnaires de la Communauté flamande chargés d’expliquer que, contrairement aux apparences, la Flandre est une région tolérante et qui aime son prochain même s’il parle français, poussent encore la clim’ d’un cran tellement ils suent à grosses gouttes. Leur seule consolation, c’est de se dire que leur boulot, ils vont le garder à vie : chacune de vos apparitions publiques, c’est au moins quatre ans de travail garanti.

Ils ont même contacté leurs homologues autrichiens. Vous savez, ceux qui sont chargés d’expliquer que, non, tous les Autrichiens ne se laissent pas pousser une moustache avant de kidnapper leurs enfants pendant un quart de siècle. C’est qu’ils ont une idée : organiser un échange. Pendant un an, ce seraient les Flamands qui enfermeraient leurs enfants dans la cave et les Autrichiens qui mureraient les entrées des maisons communales de Salzbourg à Innsbruck.

Les Autrichiens ont déjà fait savoir qu’ils ne voyaient pas très bien pourquoi ils construiraient des murs autour de leurs mairies. Ils ajoutent même qu’ils trouvent ça  » un peu absurde « . C’est à ce genre de détails qu’on voit qu’il n’est pas donné à tout le monde d’être belge. Nous, nous savons que c’est justement parce qu’un acte est absurde qu’il se doit d’être commis.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content