Aveuglement

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

C’est devenu une ritournelle: l’appel à la démission du ministre flamand du Bien-être, Wouter Beke (CD&V), lié cette fois au drame de la crèche Sloeberhuisje (NDLR: théâtre du décès d’une fillette) et d’autres dysfonctionnements dans le secteur de l’accueil de la petite enfance. Le parti de Wouter Beke en renvoie quasi aveuglément la responsabilité à l’administration.

C’est problématique. La responsabilité politique dépasse la carrière de tel ou tel ministre. C’est le fonctionnement de toute l’organisation qui est en jeu. Si le patron se cache, comment ne pas s’attendre à ce que la patronne de Kind en Gezin (NDLR: l’ONE flamand) renvoie à son tour la balle à l’étage inférieur? […]

« Ma démission ne résoudrait pas les problèmes », dit Beke, qui annonce un audit et des procédures. Il y aura une commission d’enquête qui se tiendra aussi loin que possible de celui qui porte aujourd’hui la responsabilité politique « car se livrer à ces petits jeux n’aide personne ».

La liste des affaires qui ne tolèrent pas ces petits jeux devient longue. Il ne peut être question de responsabilité politique dans la commission Pfos (NDLR: pollution du sol en région anversoise). L’audit sur les magouilles dans le contact tracing se fait attendre. On dit que les leçons de la crise sanitaire dans les maisons de repos ont été tirées. Mais là où il y a toujours quelqu’un de compétent, il n’y a jamais de responsable. Une autre logique, plus cynique, prévaut rue de la Loi: celle du gain ou du dégât électoral. Au CD&V à se consulter à ce sujet […]

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content