La série de Zoé van der Haegen mêle photographie et collage.

Arbres-troncs

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Les arbres s’invitent de plus en plus dans le champ de la création plastique contemporaine. Bien sûr, la question de la crise climatique y est pour quelque chose, nul n’ignore désormais que le végétal est notre allié dans cette affaire. Mais il faut également compter avec les corpus théoriques, comme celui du botaniste Francis Hallé, qui nous ouvrent les portes d’une meilleure compréhension de ce règne. C’est en arpentant la réserve naturelle de Kalmthout, en Campine anversoise, que Zoé van der Haegen s’est intéressée à ces piliers de la terre. La photographe a été le témoin d’une effrayante transformation: les pins luxuriants d’autrefois se sont progressivement transformés en silhouettes décharnées. Cette urgence lui a inspiré la série Arbre-troncs, mêlant la photographie et le collage. Le tout pour « une recherche visuelle qui s’inspire tant de certaines oeuvres de l’art du XXe siècle – dont le pop art et l’expressionnisme abstrait – que d’images d’archive ou d’une nature touchée par les guerres et les catastrophes ».

Au Musée de la photographie, à Charleroi, jusqu’au 22 mai.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content