Allô la Terre ?

Depuis les films de science- fiction des années 1950, tout le monde le sait : les Martiens écoutent la radio et regardent les programmes télé diffusés sur Terre. Comme ça, non seulement ils apprennent les langues pratiquées sur notre planète, mais, en plus, ils se tiennent un peu au courant de l’actualité. Ça pourra toujours servir le jour où ils viendront nous envahir, semant sur leur passage un océan de fureur et de violence.

Même que, ces jours-ci, nos amis de l’espace ont eu quelques surprises. D’abord, en apprenant la mésaventure arrivée à une équipe de tournage de Canal + en Irak. Elle était en train de filmer l’hôtel Bagdad, haut lieu de la présence américaine sur place, quand elle s’est fait arrêter. S’en sont suivies vingt-quatre heures de détention. Le temps, pour les journalistes, de subir un simulacre d’exécution, collés contre un mur, yeux bandés et poignets menottés, l’effet a été saisissant. Ça, ça les a soufflés, les Martiens. Il faut dire que, chez eux, le traitement prévu pour les journalistes français, ce n’est pas de faire semblant de les exécuter, mais de les pendre par les pieds. Mais bon, à chacun ses habitudes.

Toujours scotchés à leur télé, nos amis martiens sont alors tombés sur cette photo, également en provenance de Bagdad. Celle avec la jeune soldate qui fait son plus beau sourire, pouce en l’air (les Martiens sont dorénavant convaincus que c’est la nouvelle manière officielle de saluer au sein de l’armée américaine) devant le corps d’un prisonnier qui, à première vue, n’est plus exactement en mesure de lui rendre son sourire. Les extraterrestres ont été un peu surpris par cette image : ils avaient cru comprendre qu’en Occident, quand quelqu’un meurt, tout le monde pleure. Mais peut-être que, en Irak, les Américains considèrent qu’ils ne sont plus en Occident.

En zappant, nos amis de l’espace sont tombés sur ce dialogue, dans une émission de jeu de France 2, entre un animateur et un candidat de 16 ou 17 ans. L’animateur :  » Il paraît que tu n’aimes pas les chats ?  » Le candidat :  » Ah non, parce que, un jour, j’en ai pris un dans mes bras et il a fait ses crottes sur moi. Mais je l’ai eu.  » L’animateur :  » Quoi, tu lui as fait, hum hum, dessus, à ton tour ? » Le candidat, avec un sourire mi-gêné, mi-fier :  » Ben non quoi, je l’ai tué.  » Enfin, les Martiens ont appris par la radio qu’en Allemagne 11 adolescents comparaissent devant la justice pour avoir martyrisé pendant deux mois un de leurs camarades de lycée. L’adolescent était contraint de montrer ses parties génitales, de mâcher des filtres de cigarettes, de manger de la craie, ou encore de se doucher en bleu de travail.

La mauvaise nouvelle, c’est que, apparemment, la relève des soldats qui posent avec un grand sourire devant les cadavres encore frais est d’ores et déjà assurée : ces jeunes semblent avoir toutes les qualités requises pour faire de bons bourreaux, moyennant un peu d’entraînement. La bonne nouvelle, c’est que, réflexion faite, les Martiens n’ont plus du tout envie de venir nous envahir. Parce que, point de vue océan de fureur et de violence, les Terriens semblent très bien se débrouiller sans eux.

Marc Oschinsky

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content