© getty images

Zendaya, une étoile est née (portrait)

Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

Le talent de la jeune comédienne américaine éclate dans Malcolm & Marie, huis clos sous haute tension de Sam Levinson qu’elle embrase de sa présence, démontrant au passage que la filière Disney Channel mène à tout.

C’est l’un des événements d’une rentrée cinématographique qui s’en montre plutôt avare, par la force des choses: réalisé par Sam Levinson (le fils de Barry, auteur de Good Morning, Vietnam et Rain Man, entre autres), Malcolm & Mariedispense, depuis quelques jours, son charme insidieux sur Netflix, huis clos à deux voix vrillant le spectateur aussi sûrement que son couple de protagonistes semble vouloir épuiser les ressorts de sa relation. Au-delà de leur facture, impressionnante, la réussite de ces scènes de la vie conjugale par temps de confinement tient à la présence, électrique, de deux comédiens: John David Washington, déjà héros de Tenet l’été dernier, et Zendaya, dont le talent explose dans un rôle à l’architecture complexe. Etincelante, tout simplement, au point que l’on serait tout disposé à promettre à la jeune femme un destin cinématographique rien moins que stellaire.

Si quelque chose de positif ressort de l’époque que nous traversons, c’est que j’y ressens aussi de l’espoir. Des changements se produisent, mes pairs et leur engagement m’inspirent. Il y a de l’espoir dans la jeunesse, cela me donne envie d’avancer. Et plus que tout, je veux dire aux gens que leur voix compte.u0022

Sur sa jeunesse, Zendaya.

Si elle trouve là le rôle qui devrait achever de l’imposer, Zendaya – « rendre grâce » en shona – Maree Stoermer Coleman n’est pas une inconnue. Née en 1996 à Oakland, dans la baie de San Francisco, l’adolescente afro-américaine tâte précocement du mannequinat et de la scène, apparaissant dans des comédies musicales et clips divers, avant de rejoindre l’écurie Disney Channel en 2010 pour la série Shake It Up. Le début d’une ascension fulgurante que rien ne viendra entraver, qui la voit se fondre dans le moule d’une teen idol au même titre que Selena Gomez ou Bella Thorne. Et d’aligner, comme à la parade, rôles à succès, participation remarquée à Dancing with the Stars et bientôt, en 2013, un premier album R’n’B éponyme, dont sera notamment extrait le single Replay – 120 millions de vues sur Vevo. Pas de quoi la détourner de la voie qu’elle s’est tracée, l’actrice tenant bientôt le rôle-titre de la série Disney Agent K.C. (elle y campe une agent secret de 16 ans) avant de participer à Black-ish. Moment où elle débarque en force au cinéma avec, coup sur coup, le rôle de Michelle MJ Jones dans le blockbuster Spider-Man: Homecoming (la légende veut qu’elle ignorait pour quel film elle auditionnait au moment de passer son essai) et celui d’Anne Wheeler dans The Greatest Showman ; de quoi affoler le box-office.

Je me rends compte que, parce que j’ai la peau claire, je bénéficie de bien plus d’avantages que mes frères et soeurs afro- américains ayant une couleur de peau plus foncée. Est-ce que j’aurais le même succès et la même influence si j’étais plus noire? C’est une très bonne question. Est-ce que j’ai déjà eu à faire face à une quelconque forme de racisme, à l’image des Afro-Américaines à la peau plus foncée? Honnêtement, non. Mais je les soutiens totalement. Et si je parviens à avoir plus d’influence que d’autres à cause de ma couleur de peau, je compte bien me servir de ce pouvoir pour faire avancer les choses.u0022

Sur le racisme, Zendaya.

Zendaya a toutefois le chic pour déjouer les attentes. Et si elle a depuis retrouvé Tom Holland et Jon Watts pour les épisodes à suivre de la franchise de l’homme-araignée, elle a aussi su se réinventer en rejoignant le casting de Euphoria, la série HBO créée par Sam Levinson, où elle incarne Rue Bennett, ex-toxicomane tentant de donner un sens à son existence. Un rôle synonyme de reconnaissance, puisqu’elle est devenue la plus jeune récipiendaire d’un Primetime Emmy Award de la meilleure actrice dans une série dramatique, mais aussi la seconde comédienne afro-américaine à connaître semblable honneur, six ans après Viola Davis dans Murder ; tout sauf anodin pour une artiste ayant fait de la lutte contre la discrimination raciale l’un de ses chevaux bataille. Malcolm & Marie, pour lequel elle a renoué avec Levinson, en apparaît aujourd’hui comme le prolongement naturel, et le réalisateur ne tarit pas d’éloges à son égard, qui constate: « Son talent n’a aucune limite. » Et de fait, la filière Disney Channel mène à tout, et même à Dune, le film de Denis Villeneuve à l’affiche duquel on la retrouvera, sur grand écran cette fois, à l’automne prochain.

Dates-clés

  • 1996: Naissance à Oakland, Californie.
  • 2010: Shake It Up, sur Disney Channel.
  • 2017 : Débuts au cinéma dans Spider-Man: Homecoming.
  • 2019: Euphoria, série de Sam Levinson, qu’elle retrouve en 2020 pour Malcolm & Marie.

Partner Content