De véritables bijoux high-tech au look tattoo. © MIT MEDIA LAB

Un tatouage pour connecter son corps

Bastien Pechon
Bastien Pechon Journaliste

Controversés, interpellants ou fascinants, les tatouages embellissent ou enlaidissent les corps. La peau devient terrain d’expression. Mais une nouvelle génération de tattoos beaucoup plus fonctionnels est sur le point d’apparaître : des dessins 2.0.

Ces motifs connectés pourront interagir avec les objets qui nous entourent. Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT), en collaboration avec Microsoft, ont développé des tatouages capables de contrôler un smartphone, un ordinateur ou une tablette.

Ici pas d’encre noire ou de motifs multicolores. Ces tatouages du futur sont composés de feuilles d’or, en réalité de fines étiquettes qui épousent les lignes de la peau. Ils sont éphémères et certains ressemblent à de véritables bijoux. Ils peuvent prendre la forme d’un collier ou d’un bracelet imprimé autour du poignet. D’une simple caresse, ils permettent d’augmenter le son de son ordinateur, contrôler un écran à distance ou passer d’une photo à l’autre sans toucher son smartphone.

De véritables bijoux high-tech au look tattoo.
De véritables bijoux high-tech au look tattoo.© MIT MEDIA LAB

Il est aussi possible de stocker des données, comme un billet de cinéma, par exemple, et de le lire en  » scannant  » le tatouage avec son mobile. Ces informations sont enregistrées dans une petite puce intégrée au dessin. Pour communiquer avec d’autres objets, cette puce utilise la technologie de transmission sans fil NFC. Les feuilles d’or du tatouage servent d’antenne. Certains tattoos peuvent changer de couleur en fonction de la température du corps ou de l’humeur de son propriétaire.

Les tatouages développés par le MIT et Microsoft ne sont pas tout à fait des nouveautés. Des sociétés et des chercheurs développent ce genre de dessins électroniques depuis quelques années déjà. En 2013, Google et Motorola travaillaient sur un système similaire. L’idée était de poser ce  » dessin  » autour du cou de son propriétaire pour enregistrer et transmettre directement sa voix à son smartphone et remplacer ainsi les kits mains-libres actuels. Mais cette technologie n’est pas encore arrivée à maturité.

Les tatouages électroniques pourraient également être utilisés pour suivre l’état de santé d’un patient. Interviewé en 2014 pour l’émission Futuremag d’Arte, le chirurgien américain Murad Alam expliquait qu’il sera possible de mesurer à distance la température du corps grâce à cette technologie. Voire le rythme cardiaque ou l’activité cérébrale. Ainsi les patients ne devraient plus rester en observation pendant plusieurs jours à l’hôpital.

En arborant ces dessins connectés, l’être humain deviendra de plus en plus  » augmenté « , à l’instar de la vision offerte par les casques de réalité virtuelle. L' » Homo 2.0  » est en passe de naître.

Partner Content