Transport de missiles antichars norvégiens en Ukraine © Getty

« Un boycott du pétrole et du gaz ne retiendra pas Poutine »

« La Russie s’affirmera sans pitié », prédit l’historien britannique Adam Tooze. « Les livraisons d’armes occidentales sont des expressions de solidarité. Mais qui en profitera : les Ukrainiens ou notre conscience? »

Ceux qui pensent que l’invasion russe de l’Ukraine s’est produite « soudainement » n’ont pas regardé de très près, affirme Adam Tooze (54 ans). Ce professeur britannique d’histoire à l’université Columbia de New York est expert en économie et en politique mondiales. Et il voit l’avenir d’un oeil sombre. « Pendant des mois, l’Occident a refusé de voir la dynamique qui a conduit à cette campagne. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a osé faire des pas, petits, mais clairs, vers l’Occident, loin de la Russie. En conséquence, le Kremlin a l’impression de perdre le contrôle. Moscou se considère en guerre avec l’Ukraine depuis 2014. Du point de vue du Kremlin, cette invasion n’est qu’une nouvelle escalade dans un conflit existant. »

L’Occident veut mettre la Russie à genoux en lui imposant de lourdes sanctions. Peut-il réussir ?

Adam Tooze : Je crains que non. Le président américain Joe Biden a annoncé qu’il n’interviendra pas militairement, mais que la Russie paiera un lourd tribut économique. Mais les dirigeants russes comptent sur leur atout économique : les exportations d’énergie, qui assurent la survie du pays. Non, la Russie s’affirmera sans pitié en Ukraine.

Poutine avait clairement l’idée d’une guerre éclair.

Tout comme les Américains et leurs alliés. Washington et Berlin pensaient probablement qu’ils pourraient frapper la Russie de sanctions si l’Ukraine était assiégée. Maintenant, vous avez un mélange d’action militaire et de sanctions. Ainsi, pour la Russie, les sanctions occidentales ne viennent pas après coup, mais nous sommes une partie belligérante, ce qui pourrait conduire à une escalade.

Comment arrêter Poutine si les sanctions économiques qui touchent aussi sa population ne le font pas changer d’avis ?

Dans le meilleur des cas, le peuple russe se retournera contre le régime de Poutine et celui-ci se retirera. Mais ce sont deux hypothèses qui sont peut-être naïves. Et si Poutine utilise la crise économique pour ranger les nationalistes derrière lui ?

Quel sera le degré de gravité de la crise économique russe ?

Je m’attends à une courte réaction de panique sur les marchés financiers, accompagnée d’une période d’inflation sévère. Le produit national brut diminuera fortement. Il y aura peut-être une phase de reprise, mais la croissance restera très lente pendant de nombreuses années. Nous l’avons vu après les sanctions imposées à l’Iran.

Quelles parties de la société russe seront les plus durement touchées par la crise ?

Les grandes entreprises, mais aussi les personnes à revenus moyens. Le risque est de prolétariser la classe moyenne, comme nous l’avons vu dans la République de Weimar. Je crains qu’une crise économique en Russie ne conduise à une mobilisation massive des nationalistes, une forte minorité descendant dans la rue et incitant le régime à une nouvelle escalade.

Vous pensez donc que les sanctions sévères peuvent être dangereuses ?

Nous ne devons pas sous-estimer le risque que nous prenons. Les actions de l’Occident me rappellent un peu le début de l’année 1941, lorsque l’Amérique ne participait pas encore à la guerre, mais fournissait un important matériel de guerre au Royaume-Uni et à d’autres adversaires des puissances de l’Axe. Adolf Hitler ne l’a pas accepté et a déclaré la guerre à l’Amérique.

C’est une comparaison osée.

Je sais. Et j’espère sincèrement que je me trompe. La frontière entre la guerre et la paix est devenue dangereusement floue.

De nombreuses entreprises occidentales vont déjà au-delà des sanctions imposées. Les compagnies maritimes ne font plus escale dans les ports russes, les entreprises quittent le pays.

L’une des leçons tirées des sanctions contre l’Iran est que les investisseurs et les consommateurs se retirent lorsque l’Occident crée une incertitude politique. Les annonces de la semaine dernière, notamment les mesures prises à l’encontre de la Banque centrale de Russie, ont suffi à susciter la peur et la panique.

Cela fait-il de l’économie un outil de guerre ?

Les dommages causés à l’économie russe sont énormes. Et à juste titre. Je comprends que les gens veuillent jeter leur vodka lorsque les bombes russes tombent sur les hôpitaux ukrainiens. Un tel boycott des produits russes est une réaction démocratique à laquelle Poutine ne s’attendait peut-être pas. Mais ce boycot ne détruira pas complètement l’économie russe.

Les livraisons d’armes à l’Ukraine peuvent-elle contribuer à mettre fin à la guerre ?

Je crains que non, au contraire. D’autant plus que le soutien à l’Ukraine ne doit pas non plus être surestimé. Les quelques bazookas ou casques que certains pays fournissent n’affecteront pas le résultat. Même si l’Allemagne transférait la totalité de son stock militaire à l’Ukraine, il reste à voir si cela suffirait à rendre une seule brigade prête au combat. Les livraisons d’armes sont des expressions de solidarité, de l’eau au moulin de la propagande russe. Nous devons nous demander à qui profitent de tels gestes symboliques, aux Ukrainiens ou, surtout, à notre conscience ?

L’Ukraine parvient apparemment à organiser une résistance à grande échelle.

Mais notre aide joue-t-elle un rôle dans ce domaine ? Peu d’informations filtrent. Quels chars ont été détruits par quels missiles ? Des armes ukrainiennes ou occidentales ont-elles été utilisées ? D’où vient cette admirable combativité ? Nous ne le savons pas.

Ne sommes-nous pas moralement obligés d’aider l’Ukraine ?

Je déteste regarder le monde à travers le prisme d’un réaliste, mais je me surprends à le faire de plus en plus souvent. Le réalisme nous oblige à prendre conscience que l’Ukraine n’a guère de chance de gagner la guerre. L’Ukraine aurait peut-être pu être rendue imprenable grâce à une aide massive après 2014. Mais ce n’était pas la politique de l’Occident. Pour de bonnes raisons. Quel est l’intérêt de fournir symboliquement des armes maintenant ? Nous saluons cet événement comme un tournant pour l’Europe. Mais n’est-ce pas un peu vain ? Nous faisons peu et nous arrivons beaucoup trop tard.

Vous semblez résigné. Si les fournitures d’armes et les sanctions ne fonctionnent pas, que peut faire l’Occident ? Tout de même boycotter les livraisons de pétrole et de gaz ?

Un boycott du pétrole et du gaz ne retiendra pas Poutine, même si cela devait nuire à la Russie sur le plan économique. Il serait même préférable de remplir les réservoirs de pétrole et de gaz maintenant afin d’avoir des réserves à l’automne. Tant que Poutine n’est pas renversé, nous devons trouver un accord avec lui. Dans ces circonstances, « faire le bien » est le dernier de nos problèmes.

La Russie et la Chine visent-elles un nouvel ordre mondial ?

Non, il faut reléguer le mot « ordre » aux oubliettes de l’histoire. La crise financière, la crise du coronavirus, la catastrophe climatique : d’où devrait venir l’ordre ?

À tout le moins, la Chine pourrait profiter de la situation pour devenir la nouvelle superpuissance.

C’est ce qu’il semble. Dans le même temps, Pékin doit se demander si la Russie est le partenaire intelligent et stratégique dont elle a besoin – ou s’il s’agit d’une deuxième Corée du Nord, mais avec beaucoup plus d’armes nucléaires ? Sur le plan économique, les Chinois ont les meilleures cartes en main, mais la Russie détermine le débat politique mondial par sa puissance militaire. La Chine doit donc s’armer afin de pouvoir tenir tête non seulement aux États-Unis, mais aussi à la Russie.

Lire aussi:

La domination américaine appartiendra-t-elle bientôt au passé ?

Même maintenant, les États-Unis n’agissent pas seuls. Les sanctions contre la Russie ne fonctionnent que parce que l’Europe les suit. Dans le Pacifique Est, l’Amérique ne peut plus éviter la Chine. Un accord de libre-échange sans Pékin n’a aucune chance là-bas, mais un accord avec la Chine ne peut pas non plus être conclu en Amérique, car les démocrates et les républicains sont trop divisés sur la question. Nous pourrions nous retrouver avec un monde composé de trois ou quatre puissances dominantes, avec des alliés divers derrière elles. Un système multipolaire. Peut-être les Européens parviendront-ils à agir à l’unisson. Je ne parierais pas là-dessus.

C’est une perspective très sombre.

Je sais. Il y a peu de raisons d’être optimiste pour le moment. Je l’ai compris clairement lorsqu’on a imposé des sanctions à la Banque centrale russe. À ce moment-là, j’ai compris que la prochaine étape, du point de vue russe, ne pouvait être qu’une menace nucléaire. Et c’est ce qui s’est passé. Je vois parmi mes étudiants et parmi les enfants de mes amis que la peur est de retour.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content