© François Janne d'Othée

Ukraine: « Un combat du bien contre le mal »

Au 20e Forum de Doha, l’Ukraine s’est retrouvée au centre des débats avec une apparition surprise, par vidéo, du président Zelenski, et le plaidoyer vibrant de la vice-ministre des Affaires étrangères Emine Djaparova.

« On n’a pas stoppé les Russes en 2014, et la menace est encore plus grande aujourd’hui. Si on ne les arrête pas maintenant, que va-t-il se passer ? » Au 20e forum politico-économique de Doha (Qatar), qui se tient durant tout le week-end, la vice-ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine Emine Djaparova a comparé la mainmise progressive des troupes russes en Ukraine depuis 2014 à celle des nazis avant la Seconde guerre mondiale. « A l’époque, on a laissé faire Hitler quand il a annexé l’Autriche et le territoire des Sudètes. On a signé les accords de Munich pour empêcher la guerre. On connaît la suite… »

« La Russie est un mur »

Dans un plaidoyer vibrant, elle a évoqué un combat du bien contre le mal. « Et dans ce mal, la propagande occupe une grande place, a déclaré cette ancienne journaliste. Elle fait partie de la doctrine militaire russe. Mais ce n’est pas de la propagande classique à la Goebbels (NDLR : ministre de la Propagande sous le IIIe Reich), c’est plus subtil. Le but est de faire douter, de faire perdre confiance dans la vérité et d’empêcher de distinguer le vrai du faux ». Elle cite en exemples les termes de « guerre », nommée par Moscou « opération militaire spéciale pour dénazifier l’Ukraine » ou l’occupation de terres ukrainiennes, camouflée sous le nom de « référendums auprès des populations ».

« La Russie est un mur. Ils ont leur propre perception de la vie et de la guerre », a-t-elle encore constaté, rejetant tous les prétextes utilisés par le puissant voisin pour régler son compte à l’Ukraine. « La Russie est le plus grand pays au monde, son armée est la deuxième puissance militaire, dotée de l’arme nucléaire, il est insensé de penser que l’Ukraine veuille la combattre », s’est-elle emportée.

Communication bien calibrée

En ouverture du Forum, le président Zelenski était apparu dans une vidéo surprise, face à un parterre qui comptait notamment l’émir du Qatar, Tamin ben Hamad al-Thani, et le Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell. Le président ukrainien a accusé la Russie de jouer sur la peur de l’attaque nucléaire, non seulement contre son pays « mais contre la planète entière », et a appelé le Qatar – un partenaire des Etats-Unis – à augmenter sa production de gaz pour contrer le chantage à l’énergie exercé par Moscou. La vice-ministre a appelé de son côté à un boycott du gaz et des autres ressources naturelles de la Russie afin de ne plus alimenter « la machine de guerre de Poutine ».

Emine Djaparova
Emine Djaparova© François Janne d’Othée

Dans un exercice de communication bien calibré, le président Zelenski a encore indiqué que 4 000 musulmans restaient bloqués à Marioupol et que l’appui des pays musulmans s’avérait nécessaire « afin que le saint mois de Ramadan ne soit pas éclipsé » par les affres de la guerre, tandis que sa vice-ministre, qui s’est déclarée musulmane, a cité des paroles du Prophète pour souligner que la sécurité mondiale était l’affaire de tous.

François Janne d’Othée, à Doha

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content