© BELGA

Réduire les quarantaines, la nouvelle stratégie des États pour éviter la paralysie économique?

Le Vif

Face à la vague du variant Omicron qui fait exploser le nombre de contaminations, de plus en plus de gouvernements dans le monde décident d’alléger les règles d’isolement des malades et de leurs proches pour éviter la paralysie économique. D’autant qu’Omicron serait moins virulent que Delta, et entrainerait donc moins de formes sévères du Covid…

L‘extrême contagiosité d’Omicron – et son impressionnant cortège d’arrêts de travail et de mises en quarantaine – pèse lourdement sur l’organisation de la société, même si l’accélération des contaminations ne s’accompagne pas, pour l’heure, d’une hausse des décès.

Première région concernée, l’Europe – épicentre actuel de la pandémie – fait face à des niveaux de contaminations inédits : plus de 4,9 millions d’infections ont été enregistrés ces sept derniers jours, soit 59% de plus que la semaine précédente, selon un comptage de l’AFP samedi. Au total, plus de 100 millions de cas y ont été recensés depuis la découverte du virus en décembre 2019.

Pour préserver la vie socio-économique, la France – où plus d’un million de cas ont été détectés ces sept derniers jours – a annoncé dimanche l’assouplissement des règles d’isolement des personnes contaminées et de leurs contacts dès lundi, rejoignant ainsi la liste grandissante des pays réduisant les durées de quarantaine.

Les personnes positives complètement vaccinées devront désormais s’isoler pendant sept jours, au lieu de dix, un isolement qui pourra être levé au bout de cinq jours en cas de test négatif. Et il n’y aura plus de quarantaine pour les personnes cas contact disposant d’un schéma vaccinal complet.

Ce changement de règles doit permettre d’assurer « la maîtrise des contaminations tout en maintenant la vie socio-économique », a expliqué le ministère de la Santé.

En Belgique, une levée anticipée de la quarantaine

En Belgique, la vague du variant Omicron semble démarrer beaucoup moins rapidement que dans les pays voisins. Et pour cause: la vague d’Omicron est arrivée lorsque nous étions encore dans la descente de la vague du variant Delta, explique l’épidémiologiste Yves Coppieters à la RTBF. « On voit que la vague Omicron met un peu de temps à s’exprimer parce que nous avons passé notre pic épidémique et Omicron ne fait pas encore démarrer cette nouvelle vague » Ainsi, alors que certains pays voisins sont déjà fortement touchés par le variant, la cinquième vague n’en est encore qu’à ses balbutiements en Belgique.

Autre explication: l’immunité acquise grâce au variant Delta. La quatrième vague a été particulièrement forte en Belgique. Ce qui laisse à penser que de nombreux citoyens ont développé une immunité au variant Delta qui pourrait également les protéger d’Omicron. « Cette immunité, additionnée à celle acquise par la vaccination, crée une barrière immunitaire qui a fait que le variant Omicron a plus de difficulté à démarrer sa vague en Belgique« , explique Yves Coppieters.

L’expert estime donc inutile de maintenir une longue période de quarantaine, surtout au vu de la létalité potentiellement moins importante du virus. « Lorsqu’on est touché par le variant Omicron, on est contagieux trois jours avant les symptômes et 2-3 jours après l’expression des symptômes. Il est vrai que certaines personnes peuvent rester contagieuses 5-10 jours après mais proportionnellement à l’échelle de la population, je pense qu’il est raisonnable d’envisager une levée de la quarantaine après cinq ou sept jours », estime l’expert. À condition bien sûr de respecter les gestes barrière.

« Vivre avec le virus » à travers le monde

Au Royaume-Uni, qui enregistre tous les jours des records de contaminations, le ministre de la Santé Sajid Javid a indiqué samedi que de nouvelles restrictions n’interviendraient qu' »en tout dernier ressort » en Angleterre. Peu avant Noël, le gouvernement britannique y avait réduit de dix à sept jours la période d’isolement pour les personnes vaccinées ayant contracté le coronavirus.

Vendredi, l’autorité sanitaire suisse a également décidé que les cantons pouvaient réduire la quarantaine des cas contacts à sept jours contre dix auparavant et de la limiter « aux personnes faisant ménage commun ou ayant été en contact intime avec une personne testée positive ».

Les craintes de déstabilisation de l’économie avaient déjà conduit l’Espagne à décider, mercredi, de réduire la quarantaine de personnes positives au Covid-19 à sept jours contre dix auparavant, afin de trouver un équilibre entre « santé publique » et « croissance économique », selon le Premier ministre Pedro Sanchez.

Le même jour, l’Argentine avait pris une décision similaire pour tenter de minimiser l’impact sur l’activité économique d’une flambée record des cas sur son territoire. Le Portugal a décidé la même mesure vendredi.

L’Afrique du Sud, estimant avoir dépassé le pic de la vague Omicron, a pour sa part aboli le 31 décembre le couvre-feu nocturne en vigueur depuis 21 mois. « Nous cherchons à trouver un équilibre entre la vie des gens, leurs moyens de subsistance, et l’objectif de sauver des vies », a expliqué le ministre à la Présidence Mondli Gungubele.

Pour limiter les absences et éviter ainsi blocages et de pénuries, l’administration de Joe Biden avait décidé lundi de réduire la durée de quarantaine recommandée de dix à cinq jours pour les personnes positives au Covid, à condition qu’elles soient asymptomatiques.

Mais d’autres pays ont pris ou gardent des restrictions sanitaires strictes comme les Pays-Bas qui ont réimposé un confinement une semaine avant Noël. Et des milliers de personnes ont manifesté dimanche à Amsterdam contre les dispositions rigoureuses prises pour tenter d’endiguer l’épidémie.

Partner Content