© iStock

Qui est Olena Zelenska, la « cible numéro deux » de Poutine ?

Stagiaire Le Vif

Sur les réseaux sociaux, la Première dame d’Ukraine, Olena Zelenska, est devenue, aux côtés de son mari Volodymyr Zelensky, une figure de proue de la résistance ukrainienne.

« Selon les informations dont nous disposons, l’ennemi russe m’a marqué comme cible numéro 1, ma famille comme cible numéro 2 », a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky le 24 février dernier. Malgré l’offensive russe, le couple présidentiel a choisi de rester à Kiev, capitale ukrainienne. Longtemps plus à l’aise en coulisses que sous les feux des projecteurs, la première dame d’Ukraine, Olena Zelenska, est ainsi devenue sur les réseaux sociaux la figure féminine de la résistance ukrainienne.

Étudiante en architecture, Olena Kiyashko, de son nom de jeune fille, rencontre Volodymyr Zelensky en 1995 à l’Université de Kryvyï Rih. Huit ans plus tard, en 2003, ils se marient et la future Première dame devient scénariste au Studio Kvartal 95, la société de production de son mari. Le couple a aujourd’huideux enfants : une fille de 17 ans, Oleksandra, et un garçon de 9 ans, Kryrylo.

Elle a notamment créé deux programmes télévisés très célèbres en Ukraine : « Liga Smichu », dans lequel des humoristes s’affrontent lors d’un concours de stand-up, et sa version féminine, « Femmes de Kvartal ». Lorsque son mari, Volodymyr Zelensky, alors star de la série ukrainienne « Le serviteur du peuple », décide de se lancer en politique, la future Première dame est « totalement contre », avoue-t-elle au quotidien italien Corriere della Sera.

En 2019, Volodymyr Zelensky, est élu à la tête de l’État ukrainien et Olena Zelenska devient sa conseillère en image. Six mois après la nomination de son mari à la présidence de l’Ukraine, jusque-là alors discrète dans les médias, elle apparaît en couverture de l’édition ukrainienne de Vogue.

Elle s’engage ensuite dans la lutte pour l’égalité hommes-femmes, les droits de l’enfant ou encore la lutte contre l’obésité. Elle déclare d’ailleurs en 2021 au magazine The Diplomatic Courier : « Dès que je suis devenue première dame d’Ukraine, j’ai réalisé le rôle que je pouvais jouer pour soutenir des causes humanitaires et sociales qui m’animaient déjà tout au long de ma carrière ».

« Combien d’enfants doivent encore mourir ? »

Le jeudi 24 février, au premier jour de l’offensive russe Olena Zelenska écrit sur son compte Instagram : « Aujourd’hui, je ne paniquerai pas ni ne verserai de larmes ». Avant d’ajouter : « Mes enfants me regardent. Je me tiendrai à leurs côtés. Et aux côtés de mon mari. Et du peuple ukrainien ». Malgré les risques encourus, le couple décide de rester dans la capitale ukrainienne Kiev et, de par son courage, la première dame est pulvérisée au-devant de la scène médiatique.

Huit jours plus tard, lundi 1er mars, alors que son mari plaidait pour une intégration « sans délai » de l’Ukraine à l’Union européenne, Olana Zelenska, sur ses réseaux sociaux, a quant à elle salué le courage des femmes ukrainiennes, mobilisées sur tous les fronts. « Celles qui combattent dans les rangs armés, qui se sont enrôlées dans la défense, celles qui soignent, sauvent et nourrissent. »

Au onzième jour de la guerre, dans un post Instagram, la Première dame écrit que « les envahisseurs tuent des enfants ukrainiens ». Elle y joint une série de cinq portraits d’enfants, en noir et blanc, tous décédés suite aux bombardements de l’armée poutinienne. « Montrez cela aux mères russes – faites-leur savoir ce que font leurs fils en Ukraine ! », ajoute-t-elle. Dans un récent rapport publié ce samedi 5 mars, l’ONU recense 351 victimes civiles depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, parmi lesquelles figurent 22 enfants.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content