Le Puy du Fou: un «roman national» aux visées idéologiques. © BELGA IMAGE

Puy du fou: tourisme historique, instrumentalisation politique

Gérald Papy
Gérald Papy Rédacteur en chef adjoint du Vif/L'Express

Le Puy du Fou qui puise son succès commercial dans la mise en scène de spectacles historiques consacre «une falsification de l’histoire à des fins politiques», selon Florian Besson, Pauline Ducret, Guillaume Lancereau et Mathilde Larrère, historiens et auteurs de Le Puy du faux.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Parc de loisirs situé en Vendée, dans l’ouest de la France, le Puy du Fou attire des dizaines de milliers de visiteurs chaque année et exporte son savoir-faire en Espagne (Tolède), en Chine (Shanghai) et, en vertu d’un contrat signé récemment, aux Etats-Unis (en 2024, dans le Tennessee, à la demande de la nation indienne Cherokee). Cette entreprise de mise en scène de spectacles historiques est incontestablement un succès commercial.

La déclinaison originelle française pose cependant question sur ses objectifs. Créée par le fondateur du Mouvement pour la France et soutien d’Eric Zemmour lors de la dernière élection présidentielle, Philippe de Villiers, elle consacre «une falsification de l’histoire à des fins politiques», selon Florian Besson, Pauline Ducret, Guillaume Lancereau et Mathilde Larrère, historiens et auteurs de Le Puy du faux (1). De façon méthodique et professionnelle, ils énumèrent les erreurs, anachronismes, contrevérités que recèlent les spectacles et l’ornement du parc. Or, pour eux, ils ne résultent pas de la vulgarisation requise par ce lieu touristique grand public mais bien d’une intention politique délibérée.

(1) Le Puy du faux. Enquête sur un parc qui déforme l’histoire, par Florian Besson, Pauline Ducret, Guillaume Lancereau, Mathilde Larrère, Les Arènes, 208 p.
(1) Le Puy du faux. Enquête sur un parc qui déforme l’histoire, par Florian Besson, Pauline Ducret, Guillaume Lancereau, Mathilde Larrère, Les Arènes, 208 p. © National

Apologie du christianisme, vision aristocratique et antirépublicaine, promotion des valeurs locales contre un extérieur qui viendrait les menacer…: dans cette terre vendéenne célèbre pour son opposition à la Révolution française, «le discours sous-jacent est […] qu’un pouvoir multiculturel, qui se veut universaliste, représente en soi un danger. Toute comparaison avec l’Europe actuelle serait purement fortuite.» Une enquête incisive qui reconnaît aussi l’indéniable attrait, grâce à des moyens importants, de ce genre d’entreprise touristique.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content