Des travailleurs indiens parachèvent la corniche de Doha avant novembre et le coup d’envoi de la Coupe du monde de football au Qatar. © PHOTOS: QUENTIN MÜLLER

Plongée dans l’enfer des ouvriers de la Coupe du monde au Qatar (reportage)

Malgré les annonces répétées de réformes du droit du travail, rien n’a vraiment changé pour les travailleurs asiatiques et africains au Qatar: l’organisation de la Coupe du monde de football n’a pas eu l’effet escompté sur un système qui profite largement à l’état et à ses entreprises.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Un camion fait son apparition dans un paysage lunaire. Le véhicule est à peine visible tant il lève un épais nuage de poussière. Il se dirige vers des silos de ciment alignés comme des arbres à l’horizon. Des chiens errants hurlent à la mort à son passage. Raja, travailleur népalais de 36 ans, a terminé son service et rentre dans son dortoir situé… dans l’usine même.

Localisée dans une zone désertique d’Umm Salal, à soixante kilomètres au nord de Doha, la cimenterie de l’entreprise qatarie Beton WLL loge plus de deux cents ouvriers à seulement quelques mètres de ses infrastructures. Trois blocs de préfabriqués sont empilés les uns sur les autres, dissimulés par une rangée de camions malaxeurs tout juste revenus de la capitale. «C’est là que nous vivons», hurle Raja au milieu du vacarme des silos remplissant les camions de la relève de nuit.

La poussière arrive par les climatiseurs. Elle envahit toute la chambre. On en respire constamment.

Le sol est boueux, aucun espace de détente n’a été aménagé par l’entreprise. Dans les couloirs des dortoirs, le bleu de travail sèche tant bien que mal sur des fils tendus au plafond. Des cartons ont été placés devant chaque porte pour éponger la crasse des chaussures. Des hommes venus d’Asie et d’Afrique se bousculent, une serviette autour de la taille, rentrant tout juste de la douche collective située à l’extérieur des dortoirs. Les portes s’ouvrent et se ferment, laissant apparaître des chambres exiguës, surpeuplées, où les lits superposés se mêlent aux cuisinières à gaz et aux rares effets personnels des ouvriers.

Conditions précaires

Raja nous amène à son compartiment, situé dans le bloc n°3. Une épaisse couche de poussière recouvre le sol, sa petite armoire et la table de sa chambre de 20 m2. «Nous protégeons nos lits d’une couverture pour éviter que la poussière n’atteigne nos draps», raconte un de ses cinq colocataires. «La poussière arrive par les climatiseurs, poursuit Raja. Elle envahit toute la chambre. On en respire constamment. Depuis que je suis rentré, j’ai mal à la poitrine quand j’inspire…»

L’homme revient tout juste du Népal après deux mois de rééducation nécessaires pour retrouver l’usage de sa jambe droite meurtrie par un grave accident de camion survenu en début d’année alors qu’il alimentait en matériaux un chantier d’un stade de la Coupe du monde au Qatar. Comme c’est prévu dans la loi qatarie (section 50), Beton WLL, son employeur, avait pour obligation de payer ses soins médicaux et son indisponibilité. «Les médecins qataris m’ont conseillé de rentrer au Népal pour faire de la physiothérapie, précise-t-il. L’entreprise m’a expliqué que ce serait moins cher [pour elle] de suivre un programme de rééducation là-bas plutôt qu’au Qatar. Mais lorsque je suis rentré au pays, j’ai découvert que l’entreprise avait déduit près de 12 000 riyals qataris (NDLR: environ 3 000 euros) de mes salaires et congés payés en attente, au titre du paiement des frais d’hôpital au Qatar.» Malgré l’injustice, Raja n’a eu d’autre choix que de revenir «pour quelques mois, le temps de payer l’assurance». Pour régler ses propres soins médicaux au Népal, l’homme avait déjà épuisé toutes ses économies accumulées depuis quinze ans passés dans la région, vendant même ses terres. Il n’en reste pas moins lucide sur la responsabilité de l’Etat qatari: «Grâce à notre travail, le Qatar prend forme. Les stades, les centres commerciaux, les ponts, les routes… sortent de terre. C’est magique de voir cette ville grandir, mais c’est un rêve où nous ne sommes pas les bienvenus.»

Réformes sur le papier

Ce genre d’abus et de violations du droit du travail n’a rien d’extraordinaire. Les agents de sécurité, les ouvriers, les paysagistes, les techniciens de surface, les serveurs ou les domestiques étrangers y font face constamment. Depuis l’attribution, en 2011, de l’organisation de la Coupe du monde de football au Qatar, l’Etat qatari n’a pourtant cessé de vanter l’amélioration de leur qualité de vie et de travail. Le petit pays gazier aurait même mis fin au système de la kafala. Une première dans la région, accueillie en grande pompe par plusieurs institutions internationales, dont l’Organisation internationale du travail (OIT) et de nombreux médias. Ce système de parrainage du travailleur étranger par un employeur local a longtemps été décrit comme un outil de servitude répandu dans toute la péninsule arabique. Des droits aussi vitaux que l’entrée et la sortie du territoire, le renouvellement du permis de résidence, la possibilité de quitter ou changer d’emploi étaient ainsi soumis au bon vouloir de l’employeur, conférant à ce dernier un pouvoir quasi absolu sur sa main-d’œuvre.

Depuis août 2020, sur le papier, tous ces droits ont été rendus aux travailleurs étrangers. Pour couronner ces progrès, le gouvernement qatari a rehaussé le salaire minimal, atteignant 1 000 QR (ryals qataris, 230 euros), devant inclure notamment 300 QR (75 euros) pour la nourriture, soit 10 QR par jour (2,50 euros). Le gouvernement qatari a même mis en place une charte stricte et précise sur la taille des logements pour les travailleurs immigrés. Dans un document fourni aux entreprises, le Comité suprême pour la livraison et l’héritage (organisme chargé de l’organisation et la surveillance des chantiers de la Coupe du monde au Qatar), rappelle que «les travailleurs doivent bénéficier gratuitement de matelas, d’un oreiller, de deux paires de draps et deux taies d’oreiller et une couverture», que «les chambres seront dimensionnées d’un minimum de 6 m2 de surface au sol par personne, comprenant l’armoire», que «les lits doivent mesurer au minimum un mètre sur deux mètres et être d’une hauteur minimale de 300 mm partant du matelas et allant au sol», qu’«un lit (doit être prévu) par personne ; le partage de lit entre les shifts de jour et de nuit est interdit», qu’une (armoire) d’au moins 180 cm de haut, 90 cm de large et 45 cm de profondeur (minimum) doit être fournie par chambre et par travailleur pour le stockage de ses effets personnels, et que «le sol et les murs de la chambre doivent être exempts de moisissures et de débris et être faciles à nettoyer»… Des règles de vie minimalistes mais rarement respectées par les entreprises établies au Qatar, spécialement dans la zone industrielle (ZI).

Le gouvernement qatari a mis en place une charte stricte sur la taille des logements pour les travailleurs immigrés. Mais elle est rarement respectée par les entreprises.
Le gouvernement qatari a mis en place une charte stricte sur la taille des logements pour les travailleurs immigrés. Mais elle est rarement respectée par les entreprises. © PHOTOS: QUENTIN MÜLLER

Coupe du monde au Qatar: prison pour les petites mains

Pour la rejoindre, il faut quitter le strass et les paillettes de Doha et son urbanisme idyllique. Là-bas, l’œil accroche sur des rangées de bus et de carcasses de camions entreposées derrière des barbelés. Viennent ensuite les débris industriels: de la ferraille rouillée, des matériaux de construction abandonnés, des pneus, des climatiseurs poussiéreux… Peu à peu, entre deux déchetteries, des habitations se dessinent. Des barres d’immeubles ténues, colorées par le bleu de travail séchant sur des balcons, sont collées les unes aux autres.

Cimenteries, usines et entrepôts se mêlent aux logements insalubres et surpeuplés. Tout ce que le monde rejette et ne peut recycler se retrouve là, dans la zone industrielle, située à 25 kilomètres au sud de la capitale qatarie. C’est dans cette surface lugubre que sont parqués environ 400 000 travailleurs asiatiques et africains. Aucune trace de Qataris ou d’Occidentaux, logés, eux, dans les quartiers résidentiels luxuriants de Msheireb, The Pearl ou de West Bay. Seule la récente ligne de bus Karwa, aux arrêts presque introuvables, relie cette terre inhospitalière au reste du pays. Dans ce marasme, des silhouettes soufflées par la poussière déambulent dans ce qui ressemble au Qatar profond, celui dont personne ne fait mention, celui qu’on cache.

Salaires impayés

William et Ahmed (1), deux Togolais éblouis par le soleil, quittent leur dortoir pour aller faire des courses. Le premier s’est engagé en tant que soudeur il y a quelques années. Le second l’a rejoint plus tard, trouvant une opportunité dans un garage en tant que mécanicien. A eux deux, ils cumulent plusieurs années de présence dans la ZI. Discrètement, à l’ombre d’un building, ils la décrivent à voix basse: «Tu ne peux aller te balader nulle part, ici. On te fait sentir que tu es simplement venu au Qatar pour travailler pendant la durée de ton contrat. C’est comme une ville dans la ville. Un autre monde, mais un monde fermé.» William est interrompu par son ami: «C’est une vraie prison.»

Tant qu’une sorte d’outil de contrôle demeure entre les mains des employeurs, les travailleurs continueront à être victimes d’exploitation et d’abus.

Comme chaque vendredi, jour de congé pour les travailleurs chanceux qui en ont, le Grand Mall Hypermarket fait le plein. Le centre commercial circulaire, rappelant la forme d’un stade de foot, s’érige en unique distraction. Mais les deux hommes ne sont pas venus se faire plaisir. Voilà trois mois que leurs entreprises respectives ont cessé de les payer. Aussi classique et récurrent que la poussière et le sable de la zone industrielle, font-ils comprendre. «Allez demander à chaque personne ici, nous avons tous des problèmes de salaires impayés. Mon patron me dit que l’argent du sous-traitant n’est pas encore arrivé, mais je sais que c’est faux. Je connais un vieux travailleur indien. Ça fait quinze ans qu’il travaille au Qatar. Il m’a dit qu’il n’avait plus la force de lutter. Il est parti il y a une semaine en laissant derrière lui plusieurs mois de salaires…», lance William. Et d’ajouter: «Je fais la grève, je reste dans ma chambre et je ne travaille plus. J’ai aussi menacé mon patron de rentrer au pays si ça continue. Mais je sais que ces jours non travaillés seront déduits de mes prochaines paies s’ils se décident de nouveau à nous rémunérer.» L’homme montre sur son smartphone une vidéo de manifestations regroupant des dizaines de travailleurs. «Ils n’étaient plus payés, eux non plus, depuis des mois. L’entreprise a envoyé la police, précise-t-il. Dans la zone industrielle, il y a régulièrement des manifestations, mais vous ne verrez jamais ça dans les médias locaux.»

Asian city est un camp de travailleurs rassemblant des centaines d’ouvriers et d’agents de sécurité. Il est appelé «l’hôtel 5 étoiles» de la zone industrielle, malgré ses chambres exiguës, ses couloirs et ses douches collectives sinistres.
Asian city est un camp de travailleurs rassemblant des centaines d’ouvriers et d’agents de sécurité. Il est appelé «l’hôtel 5 étoiles» de la zone industrielle, malgré ses chambres exiguës, ses couloirs et ses douches collectives sinistres. © PHOTOS: QUENTIN MÜLLER

«La seule réforme qui vaille, ici, c’est de rentrer chez toi», tempère William après énumération des supposées avancées de la loi qatarie quant à leurs droits. «Si tu vas te plaindre au ministère du Travail pour revendiquer tes droits, Al Omaria (NDLR: son entreprise) me renverra au pays», poursuit-il. Ahmed abonde: «Ici, les lois ne sont pas respectées par les entreprises. Tu peux avoir un problème avec ton patron et aller devant la justice, mais ça prendra des plombes, tu te fatigueras, arrêteras d’envoyer de l’argent à la famille et finiras par rentrer bredouille, car eux ont le temps, pas nous.»

Les entreprises ont effectivement le luxe des mois d’attente de procédures judiciaires quand les travailleurs, eux, n’ont pas l’épargne suffisante pour demeurer au Qatar sans rémunération. «Les pays du Golfe ont longtemps bricolé avec leurs kafalas, introduisant des réformes minimales, cosmétiques, parfois même un brin plus importantes, ici et là, sur fond de promesse de protéger davantage les travailleurs. Mais ce que nous constatons est que tant qu’une sorte d’outil de contrôle demeure entre les mains des employeurs, les ouvriers continueront à être victimes d’exploitation et d’abus», analyse Hiba Zayadin, chercheur sur les pays du Golfe chez Human Rights Watch.

Trois travailleurs pakistanais devant le monument symbole de la Coupe du monde de football au Qatar et son décompte avant le coup d’envoi.
Trois travailleurs pakistanais devant le monument symbole de la Coupe du monde de football au Qatar et son décompte avant le coup d’envoi. © PHOTOS: QUENTIN MÜLLER

Coupe du monde au Qatar: chiffre de décès sous-évalué?

En 2021, le ministère du Travail qatari a mis en place une plateforme en ligne permettant aux travailleurs de signaler des abus de leur entreprise de manière anonyme. Vingt-cinq mille plaintes ont été enregistrées en une année seulement. Mais les temps d’attente pour rencontrer un juge sont trop longs pour ces travailleurs précaires sans épargne. L’OIT estime qu’aujourd’hui, il faut au minimum trois mois d’attente et davantage, car les employeurs convoqués sèchent souvent les convocations. «Ceux qui choisissent la voie judiciaire n’obtiennent que rarement gain de cause. Ils s’épuisent à s’engager dans une procédure juridique et prennent des risques car ils savent que l’employeur peut exercer contre eux des représailles», poursuit Hiba Zayadin.

La toute-puissance des entreprises au Qatar et leur non-respect des lois seraient responsables d’un fort taux de mortalité au travail. Le quotidien britannique The Guardian avançait, en 2021, que 6 751 travailleurs immigrés seraient morts entre 2010 et 2020 au Qatar, soit presque deux par jour pendant dix ans, mais le chiffre pourrait être sous-évalué. Un groupe d’ONG va plus loin et a récemment publié une étude faisant état de la mort, en moyenne, de 10 000 travailleurs asiatiques par an, dans la région du Golfe. La moitié de ces décès ne sont pas expliqués.

Albat, un agent de sécurité ougandais travaillant à Doha et résidant à Asian city, la cité-dortoir des travailleurs étrangers.
Albat, un agent de sécurité ougandais travaillant à Doha et résidant à Asian city, la cité-dortoir des travailleurs étrangers. © PHOTOS: QUENTIN MÜLLER

Tout comme ses voisins, le Qatar ne pratique qu’à de rares exceptions des autopsies pour le décès de ses travailleurs immigrés. Ainsi, les causes de milliers de disparitions de jeunes hommes et femmes sont souvent justifiées simplement par les mentions «mort naturelle», ou «dans son sommeil», faisant fi de chocs à la tête contractés sur un chantier la veille, d’un surmenage en pleine chaleur, provoquant infarctus ou crise cardiaque ou à la mauvaise qualité de l’eau fournie aux employés ou à leurs addictions développées pour faire face aux cadences infernales.

Alcool et risques de suicide

Dans la zone industrielle, les histoires d’addictions et de suicides sont devenues banales. Albat en connaît un rayon. Cet agent de sécurité ougandais à l’allure frêle donne rendez-vous au soleil couchant en face d’Asian City. Le camp de travailleurs est immense et présente de multiples entrées. Le jeune homme de 29 ans sait précisément à quelle porte les gardes sont en dilettante. Une fois le grillage franchi, ce dernier s’engouffre dans un bâtiment. Appelé l’hôtel 5 étoiles de la zone industrielle, malgré ses chambres exiguës, ses couloirs et ses douches collectives sinistres, Asian City fait figure d’exception pour la relative décence de ses logements. Le malheur flotte pourtant devant chaque porte. Albat frappe à l’une d’elles, regardant de gauche à droite avant de recevoir la permission d’entrer. Dans une chambre grande de 20 m2, quatre lits et quatre armoires sont disposés dans chaque coin. Une petite photo du Christ est accrochée au-dessus d’un lit, un chapeau de père Noël et c’est à peu près tout pour les effets personnels.

Cadavres de canettes de bière, de bouteilles de whisky et de vodka dans California, un terrain vague situé en face de la cité de logements d’Asian City et réputé être un lieu de trafic de drogue et d’alcool.
Cadavres de canettes de bière, de bouteilles de whisky et de vodka dans California, un terrain vague situé en face de la cité de logements d’Asian City et réputé être un lieu de trafic de drogue et d’alcool. © PHOTOS: QUENTIN MÜLLER

Biggie (1), Kényan d’une trentaine d’années, se tient la tête dans les mains, assis sur son lit. Entouré par plusieurs amis et ses trois colocataires, l’homme inquiète. «J’ai des pensées suicidaires qui tournent et tournent dans ma tête… Elles ne me lâchent pas. Je suis las de tout. Je peux m’abstenir de manger pendant des jours, mais quand vous me donnez un peu d’argent, je le dépense entièrement dans l’alcool pour tenter de m’évader.» Le climatiseur s’est tu et un étrange silence pèse dans la petite pièce aménagée en chambre. Albat lui rétorque d’une voix ferme: «Non, tu ne vas pas te pendre! On va trouver une solution.» Vigile pour un hôtel InterContinental de Doha, l’homme a été licencié il y a quelques mois pour travail en état d’ivresse. Les cadences infernales, le dédain de ses employeurs, les retards de paiement et l’éloignement ont poussé Biggie dans l’alcoolisme après deux ans et demi passés au Qatar. L’entreprise lui a, depuis, signifié un refus de prendre en charge son retour au Kenya comme la loi le prévoit pourtant. Alors, sans revenus, il erre, prisonnier.

Quand je lis toutes ces critiques liées à l’attribution du Mondial à notre pays, je me dis que c’est juste de la jalousie.

Comme tant d’autres travailleurs soumis à la routine éreintante et glauque de la zone industrielle, Biggie a l’habitude de picoler seul à California, vaste no man’s land situé à proximité d’Asian city. Albat a décidé d’y faire un tour ce soir-là, pour identifier quel camarade a replongé dans la drogue et l’alcool. En ce mois de février, un vent froid saisit les corps de plus en plus rachitiques des travailleurs à mesure que l’agent de sécurité s’approche du lieu de deal. Un homme vêtu d’une laine trouée, les pieds nus, vient l’aborder, courbé en deux. «S’il te plaît, l’ami, t’aurais quelque chose pour moi?», lui demande-t-il, tremblotant. «Désolé, je suis à sec ce mois-ci», lui lance Albat. «Encore un travailleur qui n’est plus payé par son entreprise tombé dans l’alcool», lâche-t-il tristement, une fois son camarade parti.

Fièvre du jeudi soir

Sur le bord de la route, des voitures abandonnées cachent des hommes assis sur des briquettes, la main sous le pare-boue des véhicules, prêts à dégainer une bouteille d’alcool de laboratoire pharmaceutique, de whisky, de vodka ou de bière. L’alcool incolore qui est vendu dans des bouteilles d’eau et coûte 30 QR (7,50 euros) est le moins cher. Il rencontre un franc succès si on en croit le nombre de cadavres de plastiques au sol. Plus loin, dans l’obscurité de la zone désertique, des ombres se dissimulent derrière des tas de ferrailles. Les transactions entre clients et dealers ne durent que quelques secondes. Les gestes se répètent à l’infini, le trafic a l’air ancien. Les phares des voitures éclairent parfois le visage de consommateurs titubant dans la nuit, les yeux révulsés. L’un d’entre eux traverse et manque de se faire renverser. Les passagers se garent en fanfare, prêts à en découdre avec l’homme saoul. «Tu es complètement déchiré! Casse-toi!», assène l’un d’eux avant de le pousser brutalement.

Ahmed Hussain al-Khalaf, riche homme d’affaires qatari à la tête d’une vingtaine d’entreprises et de 20 000 salariés.
Ahmed Hussain al-Khalaf, riche homme d’affaires qatari à la tête d’une vingtaine d’entreprises et de 20 000 salariés. © PHOTOS: QUENTIN MÜLLER

Albat connaît trop bien la fièvre du jeudi soir de la ZI: «Beaucoup de travailleurs ici deviennent accro à l’alcool et ne se relèvent jamais complètement de ça. Tous les jeudis soir, des bagarres éclatent car les types reviennent bourrés dans leur dortoir. L’été, il arrive souvent que les vendredis, des travailleurs meurent d’insolation après s’être endormis dehors, saouls de la veille.»

La loi et la réalité

Aucune organisation gouvernementale ou ministère n’a voulu répondre à nos questions concernant le droit des travailleurs ou la ZI. Seul Ahmed Hussain al-Khalaf, riche homme d’affaires qatari à la tête de vingt entreprises et 20 000 salariés, a accepté d’évoquer les conditions de vie des travailleurs dans son pays. Selon lui, «la Coupe du monde de football au Qatar a permis l’accélération de l’amélioration des conditions de vie et de logement des travailleurs. Aujourd’hui, ils doivent avoir un logement correct et homologué et avoir aussi des installations sportives et autres à proximité. Il n’y a pas de comparaison avec avant… Pareil pour leurs droits. Je dirais que leur style de vie ici est vraiment meilleur qu’avant», résume-t-il, disant avoir accueilli ces régulations avec joie.

Un travailleur indien passant devant un panneau de propagande chantant les louanges du Qatar et de son émir.
Un travailleur indien passant devant un panneau de propagande chantant les louanges du Qatar et de son émir. © PHOTOS: QUENTIN MÜLLER

L’homme prédit que dans quelques années, les travailleurs étrangers du Qatar seront les «mieux traités au monde parce que le gouvernement pousse en ce sens. Donc, quand je lis toutes ces critiques liées à l’attribution du Mondial à notre pays, je me dis que c’est juste de la jalousie.»

(1) Les prénoms ont été modifiés.

Partner Content