Le croiseur Moskva, en mer Méditerranée en 2015. © iStock

Naufrage du Moskva: le Kremlin refuse de se prononcer sur des pertes

Le Vif

Le Kremlin a refusé mardi de commenter des témoignages faisant état de marins portés disparus depuis le naufrage du croiseur Moskva, navire amiral russe de la mer Noire que Kiev dit avoir coulé la semaine dernière.

« Toutes les informations sont fournies par le ministère de la Défense. Nous n’avons pas la prérogative de communiquer », a déclaré le porte-parole de la présidence, Dmitri Peskov, alors que ni la marine, ni le ministère n’ont dressé de bilan du naufrage du bateau à bord duquel se trouvaient des centaines de membres d’équipage.

Ces derniers jours, plusieurs témoignages publiés par des médias russophones et sur les réseaux sociaux ont fait état de marins portés disparus, certains effectuant leur service militaire. Un homme vivant en Crimée, Dmitri Chkrebrets, se présentant comme le père d’un disparu, a publié dimanche soir un message sur le réseau social Vkontakte où il demande pourquoi son fils, un appelé, se trouvait dans une zone de combat. Une femme, Ioulia Tsyvova, a également affirmé à plusieurs médias que son fils était porté disparu.

Officiellement, la flotte russe affirme que l’équipage du Moskva a été évacué du croiseur et n’a pas fait état ni de morts, ni de blessés ni de disparus. Selon Moscou, ce navire amiral, qui jouait un rôle clé dans la coordination des navires russes en mer Noire, a sombré à la suite d’un incendie provoqué par l’explosion de munitions. L’Ukraine affirme l’avoir coulé avec des missiles. Samedi, le ministère russe de la Défense a diffusé une vidéo présentée comme montrant une rencontre entre le chef de la marine et des dizaines de rescapés du croiseur, dont l’équipage pouvait compter officiellement jusqu’à 680 hommes.

Le naufrage du Moskva est largement considéré comme une humiliation pour la Russie et sa flotte, et même des commentateurs pro-Kremlin ont réclamé des explications aux autorités, sans succès jusqu’ici. La Russie a reconnu le 25 mars 1.351 morts dans ses rangs en un mois de combats en Ukraine, un bilan invérifiable de source indépendante et qui n’a pas été actualisé depuis. En mars toujours, le Kremlin avait indiqué que des appelés avaient participé par erreur à l’offensive en Ukraine, puis avaient été retirés du théâtre des opérations.

Partner Content