© EPA

L’Iranienne Sakineh n’est pas libre

L’Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani, condamnée à la lapidation, n’a pas été libérée « contrairement à (ce qu’affirmait) une vaste campagne de propagande des médias occidentaux », a indiqué vendredi la chaîne de télévision en anglais Press-TV sur son site.

Le Comité international anti-lapidation, dont le siège est à Berlin, avait annoncé jeudi soir la libération de l’Iranienne, dont le cas révélé en juillet a provoqué une vive émotion et une intense mobilisation politique dans les pays occidentaux.

Le comité anti-lapidation semble avoir fait cette annonce après la diffusion par plusieurs médias internationaux, dont l’AFP, de photos de Press-TV montrant Mme Mohammadi-Ashtiani chez elle les 4 et 5 décembre en compagnie de son fils.

« Contrairement à une vaste campagne de propagande des medias occidentaux selon laquelle Mme Mohammadi-Ashtiani, meurtrière avouée, a été libérée », ces photos ont été prises alors qu’une « équipe de production de Press-TV accompagnait Mme Ashtiani chez elle, avec l’aval de la Justice, pour le tournage d’une reconstitution de son crime sur la scène du meurtre », a expliqué Press-TV.

LeVifWeekend.be, avec Belga

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content