.

Les Etats-Unis et Taïwan bravent Pékin en lançant des discussions commerciales

Le Vif

Les Etats-Unis et Taïwan ont annoncé le lancement de discussions commerciales bilatérales, bravant Pékin qui considère l’île comme une de ses provinces et refuse qu’elle entame toute relation officielle avec des pays étrangers.

Cette annonce intervient au surlendemain de l’incursion de 30 avions de chinois dans la zone aérienne de défense de Taïwan qui vit sous la menace constante d’une invasion de la Chine. Pékin considère ce territoire comme le sien et a promis de le récupérer, par la force si nécessaire. Le lancement de discussions commerciales avec Washington pourrait ainsi susciter une vive réaction du gouvernement chinois.

La représentante adjointe au commerce des États-Unis, Sarah Bianchi, et le ministre de Taïwan, John Deng se sont rencontrés « virtuellement » et ont lancé « l’Initiative États-Unis-Taïwan sur le commerce du XXIe siècle, avec l’objectif de développer des moyens concrets d’approfondir » les relations économiques et commerciales, selon un communiqué de l’ambassadrice américaine au Commerce (USTR).

La première réunion doit se tenir « plus tard ce mois-ci à Washington sous les auspices de Tecro », le Bureau de représentation économique et culturelle de Taipei aux États-Unis et de l’Institut américain à Taïwan (AIT).

Tecro représente les intérêts de Taïwan aux États-Unis en l’absence de relations diplomatiques formelles, fonctionnant comme une ambassade de facto.

L’objectif de l’initiative lancée mercredi est de faciliter les échanges, d’adopter « des pratiques saines et transparentes » ou encore de coopérer en faveur de l’environnement ou de l’action climatique, a détaillé USTR. Ils ont aussi « l’intention d’explorer des dispositions visant à faciliter le commerce agricole » ou encore de lutter contre la corruption.

Washington et Taipei avaient indiqué la semaine dernière qu’ils avaient décidé de renforcer leurs relations commerciales. Les États-Unis et Taïwan sont liés depuis 1994 par « un cadre » pour le commerce et les investissements.  Taipei a également rejoint l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2002, ce qui a contribué à la croissance du commerce bilatéral. 

Les Etats-Unis sont en effet le plus important partenaire et fournisseur d’armes de Taïwan.

La prochaine étape de la relation économique serait ainsi un accord commercial formel qui, pour l’heure, se fait attendre dans un contexte politique complexe.

« J’espère que cette initiative aboutira à un accord-cadre contraignant », a déclaré une responsable de l’administration américaine lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.

« Ne pas spéculer »

Les Etats-Unis, comme la plupart des pays, ne reconnaissent pas officiellement Taïwan, mais ils soutiennent fortement l’île dont ils mettent en avant le statut « démocratique » en l’opposant à ce qu’ils jugent être une « autocratie » chinoise.

Cette initiative est aussi lancée peu après l’annonce d’un nouveau partenariat économique en Asie-Pacifique, divulgué le 23 mai par le président Joe Biden lors d’une tournée en Asie.

Le Cadre économique pour l’Indo-Pacifique (Indo-Pacific Economic Framework, IPEF) n’est pas un accord de libre-échange, mais il est censé faire contre-poids à la Chine en facilitant l’intégration entre ses pays signataires via l’adoption de normes communes dans le secteur numérique, les chaînes d’approvisionnement, les énergies vertes et la lutte contre la corruption. Pékin, qui s’est senti délibérément exclu, l’avait vertement fait savoir.

Washington cherche « à former de petites cliques au nom de la liberté et de l’ouverture » en espérant « contenir la Chine », avait ainsi critiqué le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, considérant le projet américain « voué » à l’échec. Taïwan ne fait pas encore partie de l’IPEF mais une haute responsable américaine a indiqué que ce n’était pas exclu.

« Nous n’avons pas inclus Taïwan dans le lancement initial. Cependant, à l’avenir, nous avons l’intention d’adopter une approche flexible concernant la participation à l’IPEF », a-t-elle déclaré aux journalistes.

Elle a rappelé la « politique de longue date d’une seule Chine » appliquée par Washington, mais a déclaré que l’administration Biden entretenait également une « relation non officielle solide avec Taïwan qu’elle s’engage à l’approfondir ».

Interrogée sur la manière dont Pékin pourrait réagir à l’annonce de cette initiative Taïwan-Etats-Unis, une autre responsable de l’administration Biden a déclaré: « Je ne vais certainement pas spéculer ou parler au nom de Pékin ».

Partner Content