Les enquêteurs de la police travaillent avec des corps de civils, ramassés dans les rues du cimetière local, Bucha, en Ukraine, le 6 avril 2022.

Le Parlement ukrainien qualifie de « génocide » les agissements de l’armée russe

Le Vif

Le Parlement ukrainien a adopté une résolution qualifiant de « génocide » les agissements de l’armée russe en Ukraine en appelant Parlements, gouvernements et organisations internationales à faire de même, selon sa chaîne Telegram.

« Les agissements de la Russie visent à anéantir de façon systématique et cohérente le peuple ukrainien, à le priver du droit à l’autodétermination et à un développement indépendant », souligne le texte voté par une majorité de 363 voix sur 450. « Cela nécessite la reconnaissance immédiate des actions commises par les forces armées russes au cours de l’agression qui a commencé le 24 février 2022 comme génocide du peuple ukrainien », ajoute-t-il.

La résolution prévoit également de demander à l’ONU, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, le Parlement européen, l’Assemblée parlementaire de l’OSCE et celle de l’OTAN, ainsi que les gouvernements et les Parlements du monde entier de reconnaître eux aussi les actions de l’armée russe en Ukraine comme génocide du peuple ukrainien« .

Le président américain Joe Biden et plusieurs autres dirigeants étrangers ont accusé Vladimir Poutine de mener un « génocide » en Ukraine, une position saluée par Kiev mais qui, pour certains juristes, tient plus de la rhétorique politique que de faits juridiquement établis. « Le mot génocide a une définition légale précise mais il est aussi largement utilisé par les responsables politiques et les militants à cause de sa capacité à enflammer et exciter » les opinions publiques, estimait ainsi récemment à l’AFP William Schabas, professeur de droit international à l’université Middlesex de Londres.

Emmanuel Macron a expliqué jeudi sa décision de ne pas utiliser le mot génocide – jugée « très blessante » par le président ukrainien Volodymyr Zelensky – que « l’escalade verbale » n’allait pas « aider l’Ukraine » et pourrait entraîner les Occidentaux dans la guerre. Le chancelier allemand Olaf Scholz a lui aussi refusé de reprendre le terme de « génocide », et s’est contenté de parler de « crimes de guerre ». « C’est une guerre terrible à l’est de l’Europe. Et je pense que c’est cela qu’il ne faut pas minimiser. C’est une guerre terrible et des crimes de guerre sont commis« , a affirmé mercredi le chancelier à la radio allemande RBB.

Partner Content