© Belga

Le pape va-t-il « se mettre de côté » ?

Le Vif

Le pape François, 85 ans, diminué par de vives douleurs au genou le contraignant à se déplacer en fauteuil roulant, a confié au retour de son voyage au Canada qu’il devrait réduire le rythme de ses déplacements, évoquant même la possibilité de se « mettre de côté ».

« Je ne crois pas que je puisse conserver le même rythme de voyage qu’auparavant. Je crois qu’à mon âge, et avec ces limites, je dois me ménager pour pouvoir servir l’Eglise, ou au contraire penser à la possibilité de me mettre de côté », a déclaré le souverain pontife lors d’une conférence de presse dans l’avion le ramenant au Vatican, dans la nuit de vendredi à samedi.

Lors de cette visite de six jours, son 37e voyage international depuis son élection en 2013, le pape s’est déplacé surtout en fauteuil roulant et est apparu affaibli, mais a toutefois salué la foule à bord de la « papamobile ». « Ce voyage était un peu un test: il est vrai qu’on ne peut pas faire les voyages dans cet état, il faut peut-être changer un peu le style », a-t-il reconnu, tout en confiant qu’il « essaierait de continuer à voyager, à être proche des gens, parce que c’est un moyen de servir, la proximité ».

On peut changer de pape

« En toute honnêteté, ce n’est pas une catastrophe. On peut changer de pape. Ce n’est pas un problème. Mais je crois que je dois me limiter un peu, avec ces efforts », a ajouté le souverain pontife.

pape

Depuis début mai, le jésuite argentin se déplace en fauteuil roulant ou avec une canne, affaibli par des douleurs au genou droit. Pour soulager sa gonalgie, il reçoit régulièrement des infiltrations et suit des séances de kinésithérapie, selon le Vatican qui cultive la discrétion quant à sa santé. Jorge Bergoglio a cependant écarté la possibilité d’une intervention chirurgicale, confiant garder des « séquelles » de l’anesthésie subie en juillet 2021 lors de son opération au colon. La santé de François – qui a déjà subi l’ablation d’une partie d’un poumon dans sa jeunesse et souffre d’une sciatique chronique – avait déjà nourri les spéculations lors de son opération au côlon en juillet 2021.

Renonciation?

Au sujet d’une éventuelle renonciation, à l’image de son prédécesseur Benoît XVI, le pape a répété samedi que la porte était « ouverte ». « Mais jusqu’à aujourd’hui je n’ai pas poussé cette porte. Comme on dit je ne l’ai pas senti, de penser à cette possibilité. Mais cela ne veut pas dire qu’après demain je ne vais pas commencer à y penser. » En 2014, François lui-même avait contribué à alimenter l’hypothèse d’une éventuelle démission, estimant que Benoît XVI avait « ouvert une porte » en renonçant à sa charge. Mais il avait démenti début juillet les rumeurs selon lesquelles il pourrait renoncer prochainement à sa charge en raison de ses problèmes de santé.

Trois événements alimentent cependant les interrogations, parmi lesquels la tenue le 27 août d’un consistoire pour créer une vingtaine de nouveaux cardinaux – dont de futurs électeurs en cas de conclave, une période très inhabituelle pour cela.

Dans la foulée, le pape réunira à Rome les cardinaux du monde entier et se rendra à L’Aquila (Abruzzes), sur la tombe de Célestin V, premier pape démissionnaire, au XIIIe siècle. Cette conjonction inédite intrigue la presse italienne et internationale, dont une partie y voit une occasion pour le pape d’annoncer sa décision au monde. Le pontife argentin a par ailleurs renouvelé son désir de se rendre à Kiev, sans plus de détails, et confirmé le projet d’un déplacement au Kazakhstan en septembre, pour participer à un sommet de hauts responsables religieux.

Il a également indiqué qu’il se rendrait au Soudan du Sud « avant » d’aller en République démocratique du Congo (RDC), alors qu’il devait visiter les deux pays début juillet lors d’un même voyage, reporté sine die en raison de son état de santé.

Partner Content