German Chancellor Olaf Scholz (L) and Kosovo Prime Minister Albin Kurti pose following their press conference as part of Scholz's official visit to Kosovo in Pristina on June 10, 2022. (Photo by Armend NIMANI / AFP) © AFP

Le Kosovo, futur membre de l’UE? L’État posera sa candidature d’ici fin 2022

Le Vif

Le Premier ministre kosovar a annoncé vendredi que Pristina demanderait le statut de candidat à l’Union européenne d’ici la fin de l’année, en recevant le chancelier allemand Olaf Scholz lors de la première visite de celui-ci dans les Balkans occidentaux.

L’Europe est « notre destin, l’Europe est notre avenir« , a déclaré Albin Kurti lors d’une conférence de presse commune. « Nous aspirons toujours au statut de candidat à l’UE et nous en ferons la demande d’ici la fin de l’année », a dit le chef du gouvernement de l’ancienne province serbe, dont l’indépendance déclarée en 2008 n’est toujours pas reconnue par Belgrade.

La normalisation des relations reste le principal obstacle sur la voie européenne de Pristina comme de Belgrade, malgré des années de dialogue sous l’égide de l’UE. Une vaste majorité des pays de l’UE reconnaissent l’indépendance du Kosovo mais pas la Serbie, ni ses alliés russe et chinois, ce qui lui barre l’entrée à l’ONU.

Appel à la réconciliation

Le chancelier allemand a appelé à la réconciliation entre les deux anciens ennemis, plus de deux décennies après la guerre qui fit 13.000 morts, en majorité des Kosovars albanais.

« Ce qui est important pour le Kosovo, c’est que le dialogue entre le Kosovo et la Serbie, dirigé par l’UE, progresse », a-t-il dit. Les deux parties doivent « trouver une solution politique avec un accord global et durable qui contribue également à la stabilité régionale ».

Olaf Scholz a souligné la nécessité de lutter contre l’influence de Moscou dans les Balkans, saluant l’alignement du Kosovo sur les sanctions prises par l’UE contre la Russie à la suite de son invasion de l’Ukraine fin février. 

Le Kosovo a montré, « par (son) soutien à toutes les mesures et sanctions, qu’il est un partenaire fiable qui se tient étroitement à nos côtés et aux côtés de la communauté européenne et internationale », a-t-il dit.

Depuis la guerre en Ukraine, les autorités kosovares insistent sur la nécessité d’arrimer encore davantage le territoire à l’Occident et demandent également d’adhérer à l’Otan. La Serbie quant à elle a condamné la guerre à l’ONU mais refuse de s’aligner sur les sanctions occidentales.

La tournée éclair du chancelier allemand dans la région le conduit vendredi à Belgrade puis Thessalonique et samedi en Macédoine du Nord et en Bulgarie.

Partner Content