© belgaimage

La zone portuaire de Marioupol serait aux mains des séparatistes prorusses

Le Vif

Le chef des séparatistes prorusses de Donetsk a affirmé que ses forces avaient conquis entièrement la zone portuaire de la ville stratégique de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, assiégée depuis plus d’un mois.

« Concernant le port de Marioupol, il est déjà sous notre contrôle », a déclaré Denis Pouchiline, en direct sur la chaîne russe Pervy Kanal. Cité par l’agence de presse Ria-Novosti, le représentant de l’armée séparatiste, Edouard Bassourine, a affirmé que les derniers défenseurs ukrainiens se concentraient désormais dans les usines « Azovstal » et « Azovmach ».

Lundi matin, M. Bassourine avait affirmé que 80% de la zone portuaire avait été conquise.

Les forces des « républiques » autoproclamées de Donetsk et Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, participent pleinement à l’offensive du Kremlin lancée le 24 février. Depuis plus d’un mois, l’armée russe et les séparatistes de Donetsk assiègent notamment Marioupol, sur les bords de la mer d’Azov, où ils rencontrent une résistance acharnée malgré d’intenses bombardements et une situation humanitaire catastrophique.

L’un des derniers grands îlots de résistance ukrainien se trouve dans l’immense complexe métallurgique « Azovstal », qui donne sur le port de Marioupol.

Au diapason de Moscou, le chef séparatiste Denis Pouchiline a affirmé lundi que ses forces allaient renforcer leurs efforts pour conquérir entièrement la région ukrainienne de Donetsk. « L’opération va être intensifiée, car plus nous traînons, plus la population civile souffre en étant otage de la situation », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse à Donetsk, grande ville sous contrôle des séparatistes depuis 2014.

Il a également affirmé que plusieurs milliers de soldats ukrainiens combattaient toujours dans le quartier de l’usine Azovstal. « Le chiffre évoqué dans nos rapports va de 1.500 à 3.000 personnes. »

La situation sur le terrain au 47e jour

L’Ukraine se préparait pour des assauts décisifs sur des objectifs clés de la part des forces russes, notamment le port stratégique de Marioupol et les provinces du Donbass (est), au 47e jour de la guerre. « Selon nos informations, l’ennemi a presque terminé sa préparation pour un assaut sur l’Est. L’attaque aura lieu très prochainement« , a averti le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense, Oleksandre Motouzianik.

– L’Est –

« Les bombardements russes ont continué dans les régions de Lougansk et Donetsk, les forces ukrainiennes repoussant plusieurs assauts et détruisant des chars russes, des véhicules et de l’artillerie« , écrit sur Twitter le ministère britannique de la Défense.

L’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW) évoque pour sa part un redéploiement russe vers la zone de Kharkiv pour « soutenir l’offensive depuis le sud d’Izyoum vers Slovyansk et Barvinkove ».

L’aéroport de Dnipro, grande ville de l’Est, a été « complètement détruit » par les Russes, a annoncé le gouverneur régional dimanche. Cette cité industrielle d’un million d’habitants traversée par le fleuve Dniepr, marque la limite des régions orientales du pays. Après avoir retiré ses troupes de la région de Kiev et du nord de l’Ukraine, Moscou a fait sa priorité de la conquête totale du Donbass, dont une partie est contrôlée depuis 2014 par des séparatistes prorusses.

– Le Sud –

« Aujourd’hui sera probablement l’ultime bataille » à Marioupol « car nos munitions s’épuisent », a écrit lundi sur Facebook la 36e brigade de la marine nationale ukrainienne. De source militaire occidentale, il restait encore ce weekend 3.000 soldats ukrainiens à l’intérieur de la cité, en position défensive.

Le chef des séparatistes prorusses de Donetsk a affirmé quelques heures après que ses forces avaient conquis entièrement la zone portuaire de Marioupol, assiégée depuis plus d’un mois.

Les Russes ont lancé dimanche des attaques contre des points récemment gagnés par les Ukrainiens à Osokorkivka (nord de Kheron) et Oleksandrivka (Ouest de Kherson), selon l’ISW. « Les contre-attaques ukrainiennes continuent de mettre les Russes sur la défensive » et des « assauts de plus grande importance sur la ville de Kherson elle-même » sont possibles dans les semaines qui viennent.

– Kiev et le Nord –

Des bombardements à Kharkiv (nord-est) et dans sa banlieue ont fait au moins deux morts dimanche, a annoncé le gouverneur régional Oleg Sinegoubov sur Facebook. Selon lui, la ville et sa banlieue, point d’entrée stratégique des forces russes vers le Donbass, ont été bombardés 66 fois en 24 heures.

– Bilan humain –

Aucun bilan récent des victimes civiles n’est disponible mais il dépasse probablement la dizaine de milliers de morts. Les nombreux cadavres retrouvés à Boutcha, près de Kiev, ont provoqué une indignation internationale.

LIRE AUSSI : Massacre de Boutcha: que s’est-il passé et quelles conséquences ?

L’utilisation par la Russie de projectiles non guidés « augmente considérablement le risque de nouvelles victimes civiles », dénonçait lundi le ministère britannique de la Défense. Plus de 1.200 corps avaient été découverts dimanche dans la région de Kiev, en partie occupée pendant plusieurs semaines par les forces russes, selon le parquet général d’Ukraine. Le président Volodymyr Zelensky a par ailleurs évalué lundi à des « dizaines de milliers » le nombre de personnes tuées à Marioupol.

Sur le plan militaire, le Kremlin a récemment admis des « pertes importantes », mais sans les quantifier. Fin mars, Moscou avait reconnu la mort de 1.351 soldats pour 3.825 blessés, premiers chiffres depuis plus de trois semaines. Mais les sources occidentales parlent à l’unisson d’au moins le double de morts côté russe, Kiev allant même jusqu’à 12.000.

Côté ukrainien, le dernier chiffre officiel date du 12 mars, avec « environ 1.300 » militaires tués. Un bilan qui n’a plus aucun sens.

– Réfugiés et déplacés –

Plus de 4,5 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis l’invasion ordonnée par le président russe Vladimir Poutine le 24 février, selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR). L’ONU estime aussi à 7,1 millions le nombre de déplacés à l’intérieur du pays.

La situation sur le terrain au 47e jour

L’Ukraine se préparait pour des assauts décisifs sur des objectifs clés de la part des forces russes, notamment le port stratégique de Marioupol et les provinces du Donbass (est), au 47e jour de la guerre. « Selon nos informations, l’ennemi a presque terminé sa préparation pour un assaut sur l’Est. L’attaque aura lieu très prochainement« , a averti le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense, Oleksandre Motouzianik.

– L’Est –

« Les bombardements russes ont continué dans les régions de Lougansk et Donetsk, les forces ukrainiennes repoussant plusieurs assauts et détruisant des chars russes, des véhicules et de l’artillerie« , écrit sur Twitter le ministère britannique de la Défense.

L’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW) évoque pour sa part un redéploiement russe vers la zone de Kharkiv pour « soutenir l’offensive depuis le sud d’Izyoum vers Slovyansk et Barvinkove ».

L’aéroport de Dnipro, grande ville de l’Est, a été « complètement détruit » par les Russes, a annoncé le gouverneur régional dimanche. Cette cité industrielle d’un million d’habitants traversée par le fleuve Dniepr, marque la limite des régions orientales du pays. Après avoir retiré ses troupes de la région de Kiev et du nord de l’Ukraine, Moscou a fait sa priorité de la conquête totale du Donbass, dont une partie est contrôlée depuis 2014 par des séparatistes prorusses.

– Le Sud –

« Aujourd’hui sera probablement l’ultime bataille » à Marioupol « car nos munitions s’épuisent », a écrit lundi sur Facebook la 36e brigade de la marine nationale ukrainienne. De source militaire occidentale, il restait encore ce weekend 3.000 soldats ukrainiens à l’intérieur de la cité, en position défensive.

Le chef des séparatistes prorusses de Donetsk a affirmé quelques heures après que ses forces avaient conquis entièrement la zone portuaire de Marioupol, assiégée depuis plus d’un mois.

Les Russes ont lancé dimanche des attaques contre des points récemment gagnés par les Ukrainiens à Osokorkivka (nord de Kheron) et Oleksandrivka (Ouest de Kherson), selon l’ISW. « Les contre-attaques ukrainiennes continuent de mettre les Russes sur la défensive » et des « assauts de plus grande importance sur la ville de Kherson elle-même » sont possibles dans les semaines qui viennent.

– Kiev et le Nord –

Des bombardements à Kharkiv (nord-est) et dans sa banlieue ont fait au moins deux morts dimanche, a annoncé le gouverneur régional Oleg Sinegoubov sur Facebook. Selon lui, la ville et sa banlieue, point d’entrée stratégique des forces russes vers le Donbass, ont été bombardés 66 fois en 24 heures.

– Bilan humain –

Aucun bilan récent des victimes civiles n’est disponible mais il dépasse probablement la dizaine de milliers de morts. Les nombreux cadavres retrouvés à Boutcha, près de Kiev, ont provoqué une indignation internationale.

LIRE AUSSI : Massacre de Boutcha: que s’est-il passé et quelles conséquences ?

Au total, ce sont donc plus de 11,5 millions de personnes, plus d’un quart de la population, qui ont dû quitter leurs foyers soit en traversant la frontière pour gagner les pays limitrophes, soit en trouvant refuge ailleurs en Ukraine.

Voici un point de la situation, à partir d’éléments des journalistes de l’AFP sur place et de déclarations officielles ukrainiennes et russes, de sources occidentales, d’analystes et d’organisations internationales.

Partner Content