Buffalo © Reuters

La tuerie raciste de Buffalo planifiée méticuleusement depuis des mois

Le Vif

La tuerie raciste samedi dans un supermarché de Buffalo, dont est accusé un jeune suprémaciste américain blanc et qui a fait dix morts au sein de la communauté noire, a été méticuleusement préparée depuis des mois, ont révélé mardi des médias qui ont épluché des centaines de messages sur internet du tueur présumé.

Le chef de la police de cette ville du nord de l’Etat de New York, Joseph Gramaglia, a annoncé lundi soir que le meurtrier présumé avait effectué en mars un voyage de reconnaissance dans cette commune au bord du lac Erié, à la frontière des Etats-Unis et du Canada, depuis son domicile 300 km plus au sud.

D’après le Washington Post et CNN, qui ont eu accès à quelque 600 pages de messages échangés sur les réseaux Discord et 4Chan, Payton Gendron, 18 ans, est venu précisément le 8 mars à Buffalo et s’est rendu à trois reprises – à 12H00, 14H00 et 16H00 – dans le supermarché Tops, qu’il a attaqué samedi, pour y faire des repérages.

Ce 8 mars, il est presque confondu par un « garde noir de sécurité, armé » du commerce intrigué par la présence répétée de ce jeune homme blanc. Dans un message posté deux jours plus tard, Payton Gendron écrit qu’il « aura à tuer ce garde de sécurité de Tops » et qu’il « espère que (ce dernier) ne le tuera pas ou même ne le blessera pas ».

Un vigile, policier à la retraite, a été mortellement touché par balles à l’entrée du supermarché samedi.
Gendron écrit aussi dès décembre qu’il veut tuer des personnes noires et il vise en février le supermarché Tops d’un quartier de Buffalo en raison de sa forte proportion d’Afro-Américains, selon le Washington Post.

Un manifeste de 180 pages

Le journal a aussi épluché le manifeste de 180 pages du jeune homme, qui se décrit comme « simplement un homme blanc qui cherche à protéger et servir ma communauté, mon peuple, ma culture et ma race ». Selon les autorités, ce texte publié avant le massacre raccroche le tueur présumé au suprémacisme blanc, au complotisme d’extrême droite et aux adeptes de la théorie raciste du « grand remplacement ».

Des pages du manifeste prévoient, minute par minute, l’attaque, l’équipement militaire, la caméra et la diffusion sur la plateforme Twitch.

Payton Gendron est pour l’instant poursuivi pour « meurtre avec préméditation » et doit comparaître de nouveau devant un juge jeudi et est accusé par les autorités d’avoir perpétré « un crime raciste motivé par la haine » et un acte de « terrorisme intérieur ».

Partner Content