© reuters

La face cachée de l’armée russe: malgré sa puissance de feu, ses pertes sont nombreuses (infographies)

Noé Spies

Sur papier, la Russie est la deuxième puissance militaire mondiale. Sur le terrain, on observe par contre une armée désorganisée, inexpérimentée, et qui subit des pertes matérielles importantes, supérieures aux pertes ukrainiennes. Mais peut-on pour autant parler de fiasco russe? Les politiques militaires appliquées depuis des années montrent que Moscou a toujours misé sur la quantité, alors que les Occidentaux, eux, ont toujours joué la carte de la technologie. Dès lors, que représentent réellement ces pertes russes? Et quelles conséquences concrètes pour la guerre en Ukraine?

Après quatre semaines de guerre en Ukraine, le champ de bataille est jonché par un armement russe tant redouté. Les exemples de défaillances russes ne manquent pas. Les chars T-72, autrefois les plus modernes de Russie, sont régulièrement pris pour cible par l’armée ukrainienne et subissent des dégâts importants. Les missiles antiaériens russes sont repérés par les drones ukrainiens avant d’être détruits par des missiles antichar. Dans la ville de Marioupol, des chars russes T-64 sont lourdement bombardés.

Pendant des décennies, l’Europe et les États-Unis ont craint les unités de chars russes, en partie à cause de leur supériorité numérique notable pendant la guerre froide. Aujourd’hui, en Ukraine, les chars russes sont visiblement éliminés avec une grande facilité par l’armée ukrainienne. Même le char le plus moderne de Moscou, le T-90, a été abattu. Sur une base aérienne près de Kherson, des hélicoptères russes ont été détruits. Les exemples sont légion.

L’Ukraine révélatrice de la force ou de la faiblesse de l’armée russe

L’invasion russe de l’Ukraine en est à sa quatrième semaine, mais les Russes n’ont toujours aucun contrôle sur l’espace aérien. Et ce alors que l’Otan refuse catégoriquement de faire de l’Ukraine une no-fly zone. La Russie, l’une des forces aériennes les plus importantes et les plus puissantes au monde, du moins sur papier, n’effectue ‘que’ 200 missions par jour en Ukraine, en raison du danger posé par les missiles sol-air américains fournis aux forces ukrainiennes. Les chars russes, eux, ne peuvent pas avancer assez vite car ils se révèlent vulnérables face aux missiles antichars britanniques, allemands, suédois et américains.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, une question militaire revient souvent sur la table: comment l’arsenal d’armes conventionnelles de Moscou se défendrait-il face aux armes occidentales modernes et technologiquement plus avancées ? Cette question est restée sans réponse, même si des avertissements constants ont été lancés aux États-Unis et en Europe sur la force de l’armée russe.

En 2018, un rapport du parlement américain tirait la sonnette d’alarme : les États-Unis pourraient perdre une guerre face à Moscou. Les raisons évoquées dans cette étude réalisée par un groupe d’anciens généraux et d’experts de la défense : les États-Unis auraient perdu leur supériorité militaire, alors que la Russie et la Chine font des progrès technologiques significatifs.

« L’armée américaine pourrait subir des pertes inacceptables ou perdre beaucoup d’équipements militaires importants », indiquait ce rapport sur un éventuel conflit avec Moscou, qui simulait une invasion russe des États baltes. « Des difficultés importantes pourraient apparaître pour gagner ou même perdre une guerre contre la Russie », vue comme « l’adversaire le plus dangereux », par Richard Hooker, ancien officier de l’armée américaine. Pour lui, « La Russie mérite le respect. Elle est aguerrie et bien équipée. »

Surprises et peurs du Javelin

Avec étonnement, les généraux américains et européens regardent aujourd’hui l’armée russe, tant redoutée et forte de 190.000 hommes, subir de lourdes pertes dans la bataille face à une armée ukrainienne beaucoup plus petite. Environ 10% de la force combattante, estime Washington, aurait été perdue en seulement trois semaines de combat. Outre les 7.000 morts estimés, la perte importante de matériel attire également l’attention : chars, véhicules blindés, avions de chasse et hélicoptères russes ont été détruits par la défense ukrainienne. Chiffrer les pertes matérielles de manière indépendante reste un exercice compliqué à l’heure actuelle, tant la guerre de l’information et de l’image, elle aussi, fait rage dans les deux camps.

A ce propos, l’armée ukrainienne, qui montre quotidiennement sur Twitter des photos d’armes russes détruites, affirme avoir démoli 450 chars et 1.448 véhicules blindés de l’ennemi. Non-vérifiables actuellement par un organe indépendant, ces résultats sont en tout cas en partie liés aux 20.000 missiles antichars fournis par les pays occidentaux. Les États-Unis ont récemment fourni 9.000 missiles antichars supplémentaires, dont le redoutable Javelin. « L’information selon laquelle l’armée ukrainienne possède le Javelin provoque la panique parmi les occupants », a d’ailleurs déclaré Kiev sur Twitter.

Les Russes auraient perdu 1.687 chars et autres équipements

Le site Oryx, spécialisé dans les questions militaires, suit de près les pertes russes depuis le début de la guerre. Selon leurs statistiques, 270 chars russes ont été détruits, abandonnés ou capturés. Au total, selon Oryx, source réputée fiable, les Russes ont perdu 1.687 chars, automitrailleuses, pièces d’artillerie, avions et autres équipements. Près de la moitié ont été détruits.

« Il est difficile de dire quoi que ce soit sur les chiffres exacts, mais les Russes, comme les Ukrainiens, ont subi de lourdes pertes », a déclaré l’ancien commandant de l’armée des Pays-Bas, Mart de Kruif. Une grande partie des pertes a certainement eu lieu au début de l’invasion, lorsque les combats ont été très intenses. Les missiles antichars, en particulier le Javelin, y ont joué un rôle majeur dans ces pertes.

Le nombre pour les Russes, la technologie pour l’Occident

Le Javelin, le missile antichar le plus moderne de l’arsenal américain, a montré aux Russes à quel point même leurs chars les plus modernes sont vulnérables. C’est une arme très précise, et donc redoutée. L’armée américaine s’est toujours appuyée sur ses missiles antichars à la pointe de la technologie pour rivaliser avec la vaste armée de chars russes. Alors que les Russes croient au grand nombre et à leur énorme puissance de feu, l’Occident s’appuie sur leurs armes de haute technologie.

Le Javelin, missile de défense redoutable et redouté par les Russes.
Le Javelin, missile de défense redoutable et redouté par les Russes.© reuters

Avec le Javelin, les Ukrainiens peuvent éliminer un char russe T-72 à environ 4 kilomètres de distance. Au cours de la première guerre du Golfe en 1991, la notion de distance et de portée s’était révélée importante dans un conflit armé.

La dernière fois que les forces armées russes ont dû combattre des armes de haute technologie occidentales, c’était il y a quatre décennies, en Afghanistan. Déjà à cette époque, il s’est avéré que les hélicoptères d’attaque russes étaient des proies faciles pour le Stinger américain, un missile anti-aérien sur lequel les Ukrainiens placent désormais leurs espoirs.

La Syrie, une image déformée de la force russe

La plus récente opération militaire majeure des Russes avant l’invasion de l’Ukraine, l’intervention en Syrie (2015), a toujours été qualifiée par Moscou comme un grand succès. « Le déploiement de nos armes a démontré de manière convaincante que l’armée russe est parmi les meilleures au monde », avait déclaré Poutine en 2018.

Mais depuis lors, les faits sont moins glorieux pour les Russes. Un F-16 turc a facilement abattu un Su-24 russe. Le déploiement du seul porte-avions russe, l’amiral Kuznetsov, s’est avéré défaillant. A deux reprises, des avions de chasse qui voulaient y atterrir ont fini leur trajectoire dans la mer. Sur les 26 missiles de croisière tirés, trois se sont écrasés en Iran. Un char T-90 livré à l’armée syrienne, la fierté de l’armée modernisée de Poutine, a été tout simplement démoli par les rebelles avec un missile antichar américain TOW…. un vieux missile antichar américain qui date des années 1970.

Différence importante entre les deux guerres : les rebelles syriens ne disposaient pas de missiles anti-aériens occidentaux pour combattre les Russes. L’intervention syrienne aurait pu servir d’avertissement aux deux visages que l’armée russe montre maintenant en Ukraine. D’une part, ils sont capables de tirer des missiles de croisière avancés et peut-être même des missiles hypersoniques. D’un autre côté, de nombreux aspects (logistique, équipements, technologies) laissent à désirer.

Malgré ces lourdes pertes, les Russes possèdent encore 90% de leur force d’invasion. Et leur puissance de feu reste énorme. La perte de tout cet équipement ne devrait donc pas poser un problème insurmontable pour les Russes. Car ils peuvent facilement remplacer les réservoirs qu’ils ont perdus. Ce que les Ukrainiens auront plus de mal à réaliser, malgré les aides occidentales.

Partner Content