Xi Jinping © AFP

La Chine assure son soutien à la Russie en matière de « souverainté » et de « sécurité »

Le Vif

Selon un média d’Etat, le président chinois a assuré son homologue russe du soutien de Pékin au cours d’un échange téléphonique.

Le président chinois Xi Jinping a assuré ce mercredi son homologue russe Vladimir Poutine du soutien de Pékin en matière de « souveraineté » et de « sécurité » au cours d’un échange téléphonique, a rapporté la télévision publique CCTV, un média d’Etat.

« La Chine est disposée à poursuivre avec la Russie le soutien mutuel sur les questions de souveraineté, de sécurité, ainsi que sur d’autres questions d’intérêt fondamental et préoccupations majeures », a indiqué M. Xi, selon des propos cités par l’agence de presse Chine nouvelle. Les deux puissances ont dit vouloir renforcer leur coopération économique face aux conséquence des sanctions occidentales contre Moscou pour son offensive en Ukraine. 

« Il a été convenu d’élargir la coopération dans les domaines énergétique, financier, industriel, des transports et autres, en tenant compte de la situation économique mondiale qui s’est compliquée en raison des sanctions illégitimes de l’Occident« , a indiqué le Kremlin dans un communiqué, ajoutant que les deux dirigeants ont aussi parlé « du développement des relations militaires« .

Le compte-rendu de l’échange ne lie toutefois ces propos à aucun exemple précis, comme l’Ukraine ou Taïwan. Le dernier appel connu entre Xi Jinping et le président russe remontait à fin février, au lendemain de l’invasion de l’Ukraine par les forces russes.  

« Amitié sans limite »

La Chine se refuse depuis l’intervention du 24 février à employer le mot « d’invasion » pour décrire l’opération militaire lancée par Moscou et rejette la faute du conflit sur les Etats-Unis et l’Otan.  Face à la résistance ukrainienne et à l’unité des démocraties occidentales, qui ont pris des sanctions sans précédent contre elle, la Russie ne peut compter que sur la puissance chinoise pour échapper à un isolement économique total.

Proche du Kremlin, avec qui il veut faire front commun contre les Etats-Unis, le pouvoir chinois s’est par ailleurs abstenu de condamner l’invasion russe.  Trois semaines avant le début de la guerre, le président chinois avait reçu à Pékin Vladimir Poutine, en marge de l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver 2022. Ils avaient alors proclamé « l’amitié sans limite » entre la Chine et la Russie et signé une multitude d’accords, notamment dans le domaine du gaz. 

Partner Content