© Image Globe

Japon : panne de courant à la centrale de Fukushima

Le Vif

Une panne de courant a contraint l’opérateur de la centrale nucléaire japonaise Fukushima Daiichi, ravagée par le tsunami de 2011, à suspendre le refroidissement de trois piscines de stockage de combustible usagé, a-t-on appris mardi auprès de son opérateur Tepco.

L’électricité a été coupée lundi à 18H57 heure locale, pour une raison inconnue, et n’avait toujours pas été rétablie mardi peu après 09H00 locale, a expliqué un porte-parole de Tokyo Electric Power (Tepco). « L’électricité servant au refroidissement des piscines (du combustible usagé) des réacteurs 1, 3 et 4 a été coupée », a précisé ce porte-parole, Kenichi Tanabe. « Nous essayons de la rétablir ».

Il a ajouté que la panne avait également entraîné l’arrêt des équipements de traitement des débris de la centrale contaminés, dont des matériaux radioactifs. « Aucun changement important des niveaux de radioactivité n’a été détecté par nos instruments de mesure à proximité », a-t-il souligné toutefois, écartant la possibilité d’une résurgence de la crise.

L’incident n’a pas affecté jusqu’à présent l’injection d’eau dans les réacteurs numéro 1 et numéro 3 de la centrale, dont le combustible avait fondu à la suite de l’accident de 2011, a-t-il poursuivi.

Lundi matin, soit avant la coupure d’électricité, la température de ces piscines évoluait autour de 25 degrés Celsius, largement sous le seuil de sécurité de 65 degrés, a souligné le porte-parole.

Tepco dispose d’environ quatre jours pour rétablir le courant avant que cette limite de sûreté ne soit atteinte dans la piscine du réacteur 4, la plus remplie de combustible usé, a insisté M. Tanabe, évoquant une montée de la température de 0,3 à 0,4 degré par heure en moyenne.

Pour les deux autres piscines, Tepco dispose de davantage de temps: la limite de sécurité ne serait dépassée respectivement qu’après 14 et 26 jours, si d’aventure l’électricité ne pouvait être rétablie.

Partner Content