.

Invasion de l’Ukraine par la Russie: résumé de la situation au 13e jour en 10 points

Le Vif

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

– Pétrole et gaz russes: Biden ordonne un embargo –

Le président Joe Biden a annoncé mardi avoir ordonné un embargo sur les importations américaines de pétrole et de gaz russes.

Cette décision a été prise « en coordination étroite » avec les alliés des Etats-Unis, a-t-il précisé.

Le Royaume-Uni va, quant à lui, arrêter d’ici fin 2022 les importations de brut et produits pétroliers russes, a annoncé le gouvernement.

– La Pologne « prête » à fournir des avions de chasse –

La Pologne s’est dite prête mardi soir à « mettre sans délai et gratuitement » tous ses avions Mig-29 à la disposition des Etats-Unis et à les déplacer sur la base américaine de Ramstein en Allemagne.

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken avait dit dimanche que les Etats-Unis travaillaient « activement » avec la Pologne à un accord pour l’envoi d’avions de guerre à l’Ukraine.

– Trois personnes tuées par une mine antipersonnel –

Trois adultes ont été tués et trois enfants blessés dans l’explosion d’une mine antipersonnel dans la région de Tchernihiv, au nord de Kiev, selon une responsable ukrainienne.

C’est la première fois depuis le début de l’invasion russe, le 24 février, qu’un responsable ukrainien évoque officiellement des personnes tuées par de telles mines.

– Evacuation de civils de Soumy –

Les premiers civils évacués via des couloirs humanitaires de la ville de Soumy, dans le nord de l’Ukraine, sont arrivés « en sécurité » dans le centre du pays, a annoncé mardi l’adjoint au chef de l’administration présidentielle.

A Marioupol, grand port stratégique sur la mer d’Azov (sud-est), quelque 300.000 civils restaient en revanche coincés, selon Kiev, qui accuse les Russes de ne pas respecter le couloir humanitaire.

L’armée russe a annoncé une nouvelle trêve humanitaire pour mercredi matin.

– « 2.000 à 4.000 » soldats russes tués, selon le Pentagone –

Un haut responsable du Pentagone a estimé qu’entre « 2.000 à 4.000 » soldats russes étaient morts depuis le début de l’invasion, précisant que cette estimation était à prendre avec prudence.

L’unique bilan du ministère russe de la Défense avait fait état la semaine dernière de 498 militaires russes tués.

– Plus de deux millions de réfugiés –

Le nombre de réfugiés qui ont fui l’Ukraine depuis l’invasion par l’armée russe, a dépassé mardi les deux millions, selon le Haut-Commissariat aux réfugiés.

Depuis le début de la guerre, au moins 406 civils ont été tués et 801 blessés, d’après l’ONU qui souligne que ses bilans sont probablement très inférieurs à la réalité.

– Zelensky promet de se battre « jusqu’au bout » –

« Nous nous battrons jusqu’au bout », a déclaré devant le parlement britannique Volodymyr Zelensky.

Le président ukrainien s’exprimait par lien video, lors d’une intervention visant à obtenir plus de soutien pour son pays après l’invasion russe.

Dans un entretien diffusé par la chaîne américaine ABC, Volodymyr Zelensky a par ailleurs affirmé ne plus vouloir insister pour obtenir l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan, une des questions qui ont officiellement motivé l’invasion russe.

Il se dit prêt à un « compromis » sur le statut des territoires séparatistes de l’Est de l’Ukraine dont le président russe Vladimir Poutine a reconnu unilatéralement l’indépendance.

– Enquêtes sur les possibles crimes russes –

La justice allemande a lancé une enquête sur de possibles crimes de guerre commis par les forces russes en Ukraine.

Peu après, la justice espagnole a annoncé l’ouverture d’une enquête sur des « violations graves du droit international humanitaire » découlant de l' »acte de guerre injustifié » de la Russie en Ukraine.

– Nouveaux retraits –

McDonald’s et Starbucks ont décidé de fermer temporairement leurs établissements en Russie, tandis que le groupe français de cosmétiques L’Oréal et l’horloger suisse Swatch Group vont fermer leurs magasins.

– Envolée du nickel –

Le marché londonien des métaux a suspendu la cotation du nickel, dont le prix, qui avait déjà battu son record lundi, a grimpé brièvement au-dessus de 100.000 dollars la tonne dans la matinée.

Partner Content