Factcheck : non, les employés de Shein n’appellent pas à l’aide par le biais d’étiquettes de vêtements

Brecht Castel

Selon les informations diffusées sur les réseaux sociaux, les employés de la marque de mode chinoise Shein lanceraient des cris de détresse par le biais de messages cachés dans les étiquettes des vêtements. Cependant, il n’y a aucune preuve.

Un lecteur de Knack rapporte qu’il a vu passer un collage de photos étonnant sur son fil d’actualité Facebook. Le collage de photos a été mis en ligne le 5 juin par un Mexicain et porte sur la marque de mode chinoise Shein (archivé ici). Dans le collage, le Mexicain se plaint de conditions de travail précaires. Le texte en espagnol est traduit automatiquement par Facebook comme suit : « Il est si important que nous sachions qui fabrique ce que nous achetons et quelles causes nous soutenons, et qui paie le prix de nos vêtements ultra bon marché. Au bout du compte, il y a toujours quelqu’un qui paie le prix de ce qui est bon marché ». Le message a été partagé 158 000 fois et visionné 55,5 millions de fois.

Le message porte sur les conditions de travail de la marque de mode chinoise Shein. Sur les photos, on voit des employés de Shein ainsi que des étiquettes de vêtements aux textes frappants tels que « aidez-moi », « j’ai mal aux dents » et « besoin d’aide ».

Shein est une entreprise chinoise qui possède le site web de mode le plus visité au monde. L’entreprise est très active sur l’application vidéo chinoise TikTok et se concentre principalement sur les adolescents et les jeunes d’une vingtaine d’années. Grâce à un algorithme, l’application peut estimer leur style. De plus, les vêtements sont ridiculement bon marché et environ mille nouveaux vêtements sont mis en ligne chaque jour. Shein a récemment ouvert une boutique pop-up à Anvers.  

Dans le monde de la mode, certains s’interrogent depuis longtemps sur les conditions de travail chez Shein. La spécialiste de la mode Victoria Bellandini (Université de Lincoln) a déclaré à la BBC : « Il est impossible de trouver des vêtements aussi bon marché qui soient fabriqués dans de bonnes conditions de travail. Tant que nous ne saurons pas vraiment d’où viennent nos vêtements, nous ne pourrons pas résoudre ces problèmes ». La société revendique la transparence de sa chaîne d’approvisionnement, mais la plateforme d’informations sur la mode Fashion United, entre autres, met sérieusement en doute cette transparence.

Le message diffusé sur les réseaux sociaux montre notamment une photo de couturières à côté de sacs portant l’inscription « Shein » (à droite, cadre rouge). Cette photo se trouve également dans un article de la VRT intitulé « L’esclave dans notre garde-robe » : l’application de vêtements Shein.

L’article évoque un rapport de l’ONG suisse PublicEye qui a enquêté sur les conditions de travail chez Shein. Les chercheurs de PublicEye ont visité 17 des fournisseurs de Shein près de la ville chinoise de Guangzhou. Les employés travailleraient 75 heures par semaine pour un salaire de misère. BBC et Knack Weekend ont également évoqué le sujet en novembre 2021.

Le message viral actuel sur Facebook contient un collage étonnant de cinq étiquettes de vêtements avec des appels à l’aide.

Si nous la téléchargeons sur Google Images, nous trouvons plusieurs articles en espagnol qui affirment effectivement que les étiquettes sont des appels à l’aide des employés de Shein. Cependant, cette information n’est pas correcte.

Les factcheckers américains de Snopes ont examiné les étiquettes. Elles ont toutes une origine différente et seules deux étiquettes ont été liées à Shein. Cependant, ces deux étiquettes ne sont pas des cris de détresse cachés des travailleurs.

1. Une véritable étiquette de Shein

Sur une première étiquette, nous voyons le texte « need your help » surligné en fluo sur une étiquette de lavage. Sur la page TikTok officielle de Shein, l’entreprise ne nie pas qu’il s’agit de l’une de ses étiquettes, mais précise que l’étiquette, rédigée en piètre anglais, demande seulement aux clients d' »aider à garder le tissu doux en utilisant un produit de lessive doux ». C’est en effet ce que nous lisons.

On voit les mêmes instructions de lavage maladroites sur d’autres étiquettes, comme dans cette vidéo TikTok ou sur des photos sur Facebook montrant le logo de Shein. 

2. Une ancienne photo

Sur une deuxième étiquette portant la mention « made in China », on peut lire « J’ai mal aux dents ». Cette photo circule sur des pages de collecte de « drôles d’étiquettes » comme celle-ci depuis au moins 2016. Nous ne trouvons aucune preuve qu’il s’agit d’une étiquette réelle, et encore moins qu’elle soit liée à Shein. 

3. Un message manuscrit des Philipinnes

La troisième image ne montre pas d’étiquette, mais un morceau de carton avec le texte « Aidez-moi, s’il vous plaît ». Une Américaine de Brighton, dans le Michigan, a trouvé le carton parmi des vêtements pour enfants qu’elle avait commandés en ligne aux Philippines. Au dos du carton figuraient un nom et un numéro de téléphone. Nous le savons grâce à un reportage diffusé par une chaîne d’information locale américaine en 2015. Le fabricant de vêtements impliqué, Handcraft Manufacturing, a ouvert une enquête dont l’issue n’est pas connue.  

4. Une photo de banque d’image du Bangladesh

Sur la quatrième photo, on peut lire « help » en grosses lettres rouges. Il s’agit d’une photo de la banque de données d’images Alamy, dont le filigrane est visible sur la photo. Le mot « Help » a probablement été écrit dessus par le photographe. Les étiquettes mentionnent « produit au Bangladesh » en portugais.

5. Le nom d’un produit

Sur une cinquième étiquette, nous avons lu « aidez-moi » sous la marque Romwe. Cette étiquette est réelle, mais ne montre pas un appel au secours. Cette photo circule depuis 2018 et Romwe y a répondu sur sa page Facebook officielle à l’époque. Il s’agissait de signets portant le nom « Aide-moi, signet ». Romwe a ensuite changé le nom de l’article pour éviter toute confusion supplémentaire. Romwe est une filiale de Shein.  

Conclusion

Les photos d’étiquettes de vêtements alarmantes présentées dans un reportage sur la marque de mode chinoise Shein sont d’origine différente. Dans deux cas seulement, un lien a été trouvé avec Shein. Une fois, il s’agit d’une mauvaise traduction d’une instruction de lavage et une autre étiquette affiche le nom d’un produit. Nous considérons donc qu’il est faux qu’il s’agit de cris de détresse d’employés de la marque Shein.

Partner Content