Eurovision Ukraine © getty

Sept villes britanniques en lice pour accueillir l’Eurovision au nom de l’Ukraine

Le Vif

Sept villes britanniques ont été sélectionnées pour accueillir le prochain concours de l’Eurovision organisé par le Royaume-Uni au nom de l’Ukraine en raison de l’invasion russe, a annoncé la BBC.

Sur les vingt villes qui avaient fait part de leur intérêt pour accueillir le concours emblématique de l’Eurovision, celles de Birmingham, Glasgow, Leeds, Liverpool, Manchester, Newcastle et Sheffield ont été retenues. Des villes comme Londres ou Belfast (Irlande du Nord) ont été écartées.

La décision sera annoncée à l’automne.

Le Royaume-Uni n’a plus accueilli l’Eurovision depuis 1998, alors à Birmingham, dans le centre de l’Angleterre. Le pays a accueilli la compétition à huit reprises.

Après sa première place très symbolique à Turin en mai dernier, l’Ukraine avait dans un premier temps vivement contesté la décision de l’organisateur de l’événement, suivi chaque année par des dizaines millions de téléspectateurs, de lui retirer la 67e édition du concours pour des raisons de sécurité.

En juin, l’Union Européenne de Radio-Télévision (UER) avait estimé que les conditions de sécurité n’étaient pas réunies pour que l’Ukraine organise le concours et avait lancé des négociations avec le Royaume-Uni, arrivé en deuxième position.

Un accord a été annoncé le 25 juillet par l’UER et le gouvernement britannique pour que la BBC organise le concours, dans une version qui mettra l’Ukraine en vedette.

Le Royaume-Uni s’est montré en pointe du soutien à Kiev depuis le début de l’invasion russe, imposant à Moscou des sanctions économiques sans précédent et fournissant très tôt des armes létales à l’armée ukrainienne. Le Premier ministre Boris Johnson est resté en contact étroit avec le président Volodymyr Zelensky, à qui il a rendu deux visites depuis le début de la nouvelle offensive russe en février.

Grand favori, le Kalush Orchestra avait remporté en mai la finale du concours avec la chanson « Stefania » mêlant hip-hop et musique traditionnelle, une victoire symbolisant la résilience ukrainienne dans la guerre et la solidarité populaire européenne.

Le Britannique Sam Ryder et son titre « Space Man » avait décroché la deuxième place, un résultat inespéré pour les Britanniques habitués au fond du tableau ces dernières années, avec même un score piteusement vierge en 2021.

Partner Content