Jean-Luc Mélenchon

Présidentielle française: pour la gauche radicale, un échec au parfum de victoire

Le Vif

Le leader de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon n’est pas parvenu à se qualifier pour le second tour de la présidentielle française, mais son échec a un parfum de victoire, son parti la France insoumise (LFI) s’affirmant désormais comme le seul représentant crédible de la gauche.

Pour sa troisième – et ultime – participation à la bataille de l’Élysée, ce vétéran de la politique, âgé de 70 ans, a obtenu son meilleur score, 21,95%, tout près de la candidate d’extrême droite Marine Le Pen (23,15%), qui affrontera Emmanuel Macron (27,85%) lors du second tour, le 24 avril. Longtemps donné à 10% dans les intentions de vote, M. Mélenchon a confirmé le poids de son mouvement dans la redéfinition de l’espace politique français, loin devant les autres représentants d’une gauche à l’agonie, l’écologiste Yannick Jadot (4,63%), le communiste Fabien Roussel (2,28%) et la socialiste Anne Hidalgo (1,75%).

« La lutte continue ! La lutte continue ! Nous disons à tous ceux qui jusque-là n’ont pas voulu l’entendre: ici est la force », s’est exclamé M. Mélenchon le soir du premier tour.

En dépit des appels à l’unité, six candidats s’étaient alignés à gauche pour la présidentielle. Lorsqu’il est apparu il y a quelques semaines que M. Mélenchon progressait dans les sondages, aucun n’a cependant voulu se retirer. « Ils n’ont pas eu le sens de leur devoir, de bien comprendre que lorsque l’on est candidat à une élection présidentielle on est au service de cette histoire. Ce n’est pas l’histoire qui est au service de votre petit ego », a fustigé l’ancienne candidate socialiste Ségolène Royal au lendemain du scrutin. « Aujourd’hui, ils se seraient retirés, on aurait Jean-Luc Mélenchon au second tour », a-t-elle déploré.

Le tribun de la gauche radicale a réussi à attirer le « vote utile » d’électeurs communistes, écologistes et d’abstentionnistes, qui lui a permis d’approcher très près de la qualification, estime le politologue Brice Teinturier. Selon les instituts de sondage, M. Mélenchon a attiré plus d’un tiers des jeunes entre 18 et 24 ans, suivi par Emmanuel Macron (21-24,3%) et Marine Le Pen (18%). Il a également réalisé de bons scores dans les banlieues populaires de Paris et outremer.

« Énormément de jeunes étaient à fond pour Jean-Luc Mélenchon, même des jeunes de banlieue, ils sont partis voter pour la première fois », a déclaré à l’AFP Fatouma, une étudiante de 18 ans de Saint-Denis, banlieue populaire et à forte population d’origine immigrée au nord de Paris.

– L’union impossible ? –

Au-delà de la présidentielle, les yeux sont tournés vers les élections législatives de juin. Le Parti socialiste, qui reste une force locale importante en dépit de sa débâcle présidentielle (il dirige 25 départements, 5 régions et 5 villes dont Paris) et dispose de 25 députés à l’Assemblée nationale (sur 577), a appelé à l’union avec écologistes et communistes, mais pas avec la France insoumise.

De nombreux points de désaccords subsistent entre Mélenchon et le reste de la gauche, notamment à l’international. Le leader radical veut sortir du commandement intégré de l’OTAN, est très critique vis à vis de l’Union européenne, et s’est souvent illustré par ses positions pro-russes. Ses détracteurs l’accusent aussi de faire preuve de complaisance envers l’islamisme et de s’arranger avec le concept de laïcité.

« Il y a peu de chances que ça marche », estime le politologue Simon Persico, maître de conférences à Sciences Po Grenoble, à propos d’une union de la gauche pour les législatives. « Il y a eu une logique de vote utile qui n’est pas forcément reconductible aux législatives, où, de surcroît, il y a moins de participation ».

M. Mélenchon, député des Bouches-du-Rhône (sud), n’a pas exclu d’être de nouveau candidat. « Il sera dans la bataille à nos côtés, je ne sais pas sa position », selon son directeur de campagne Manuel Bompard, qui promet qu' »il ne se retirera pas de la bataille politique dès demain ». « Il est encore là, il n’est pas parti, il va rester dans le paysage encore un moment », a assuré lundi la députée de la France insoumise Clémentine Autain.

Partner Content