. © Studio Chapo

Pourquoi une armée européenne n’est pas pour demain: « Quand ça commence vraiment à puer, il faut appeler Washington »

Han Renard

La guerre en Ukraine incite les États membres européens à investir massivement dans la défense. Mais suffisent-ils à dissuader l' »ours russe » ? Une armée européenne unifiée n’est-elle pas une bien meilleure idée ? Et combien cela va-t-il coûter ? « Nous devons revenir aux dépenses de défense de la Guerre froide ».

L’attaque russe contre l’Ukraine a conduit l’ancienne ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, à faire un remarquable mea culpa. « Je suis tellement en colère contre nous-mêmes pour cet échec historique », tweetait-elle dans une première réaction. « Après la Géorgie, la Crimée et le Donbass, nous n’avons rien préparé qui puisse dissuader Vladimir Poutine ». Kramp-Karrenbauer a ainsi très vite capté un sentiment général. L’idée que l’Allemagne, et par extension l’Union européenne, a beaucoup trop peu investi dans la dissuasion militaire au cours des dernières décennies est soudain largement répandue.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Le chancelier allemand Olaf Scholz a rapidement décidé, après des années de coupes, d’augmenter le budget de la défense de 50 à 70 milliards d’euros par an, ce qui correspond aux 2 % du PIB exigés par l’OTAN. La France a déjà rejoint le « club des 2 % » de l’OTAN en 2020. Dans notre pays, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS) et le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) ont décidé d’investir 1 milliard de plus au cours de cette législature, notamment dans les munitions et les systèmes de communication militaires. Il ne s’agit pas de petites sommes, mais ces investissements supplémentaires impressionneront-ils le Kremlin ? Aucun État membre européen n’a dépensé plus que la Russie pour sa défense l’année dernière.

La prise de conscience qu’aucun pays de l’UE n’est une superpuissance militaire alimente une vieille idée, jamais enterrée par certains dirigeants européens, de fusionner les 27 armées européennes de petite et moyenne taille en une puissante force de défense européenne. Les Français, seul État membre doté de l’arme nucléaire depuis le Brexit, sont traditionnellement favorables à un bras de défense européen fort. Le président Emmanuel Macron a déclaré dans un discours télévisé que l’Europe ne peut plus se laisser défendre par les autres. « Que ce soit sur terre, en mer, dans les airs, dans l’espace ou dans le cyberespace. L’Europe doit accepter qu’elle doit payer un prix pour la paix, la liberté et la démocratie. L’Europe doit se réarmer, augmenter ses budgets de défense et devenir militairement plus forte, tel était le message clair.

Se réveiller

« L’invasion de la Russie en Ukraine est la césure historique la plus importante pour l’Europe depuis la chute du mur de Berlin en 1989 », déclare l’Allemand Hans Stark, professeur de relations internationales à la Sorbonne à Paris. « C’est un réveil difficile dans un monde où une menace réelle de guerre pèse à la frontière Est » . Il y aura certainement des conséquences militaires pour l’Europe.

« De nombreux pays européens augmentent leurs budgets de défense », déclare Hans Stark, « car en cas de conflit avec les Russes, les Européens ne peuvent pas se défendre sans le soutien des Américains. Le déficit calculé pour les équipements militaires est d’environ 300 milliards d’euros. Ce retard doit être comblé si les Européens veulent résister à une attaque russe. Nous ne parlons même pas d’une attaque majeure, juste d’une agression russe dans les États baltes et en Pologne. La défense de ces pays est, bien sûr, avant tout une tâche de l’OTAN, mais il est important que l’Europe soit capable d’assurer une plus grande partie de sa défense. »

L’Europe ne peut donc pas continuer à s’en remettre aveuglément à l’OTAN et aux Américains pour assurer sa sécurité à ses frontières. Parce que les intérêts européens et américains ne sont pas toujours parallèles. Cela signifie que les États membres de l’UE doivent s’engager dans une politique d’investissement militaire soutenue au cours des 30 à 40 prochaines années, avec des échéances très précises », poursuit Stark. « Nous devons revenir aux dépenses de défense de la période de la Guerre froide, qui représentaient environ 3 % du PIB par an. »

Dans son discours sur l’état de l’Union en 2021, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a appelé à une « union de la défense » européenne et à une Europe indépendante sur le plan militaire. Immédiatement après l’invasion russe, Manfred Weber, président du groupe PPE au Parlement européen, a également déclaré que les États membres devraient donc réduire leurs armées nationales. Les budgets ainsi libérés devraient alors être affectés à un « pilier de la défense européenne« , a déclaré Weber, qui pourrait faire preuve de « puissance » vis-à-vis de la Russie. Une armée commune figurait également dans le programme du candidat à la chancellerie Olaf Scholz.

Budgets

L’idée est loin d’être nouvelle. Dès 1950, il était question de créer une « Communauté européenne de défense ». Cette coopération européenne permettrait de créer une armée européenne pour la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Allemagne de l’Ouest, l’Italie et la France. Les pays participants ont signé le traité de la Communauté européenne de défense (CED) en 1952. Mais le Parlement français ne l’a pas ratifié, il n’a donc jamais été mis en oeuvre.

Depuis lors, la défense est restée essentiellement une compétence nationale. Toutefois, depuis 2016, l’UE a pris des mesures pour renforcer la coopération en matière de défense. Le traité de Lisbonne de 2007 prévoit une politique de défense commune de l’UE, la coopération structurée permanente (PESCO) a été lancée en 2017 et elle a créé un Fonds européen de défense. En 2021, elle a également créé la Facilité européenne de paix, un nouvel instrument de financement qui permet à l’UE de payer des armes et des équipements militaires à l’étranger. Elle a été utilisée pour la première fois pour aider l’Ukraine, en lui fournissant pour un milliard d’euros d’armes. Les observateurs qualifient d' »historiques » ces livraisons d’armes financées directement par l’Europe.

« La guerre en Ukraine agit comme un catalyseur de l’idée d’une Europe militaire, mais depuis 2019, il y a de nombreux projets vers une politique de sécurité européenne plus mature », explique André Dumoulin, expert militaire à l’ULiège. « Les dirigeants européens deviennent plus réalistes. Il y a un rapprochement avec l’OTAN et une prise de conscience croissante qu’ils doivent cesser de lui faire concurrence ».

Toutefois, si l’UE ne peut pas « dissuader » Poutine, ce n’est pas à cause des budgets. L’Europe dépense collectivement quelque 380 milliards par an pour la défense. La Russie 60 milliards. Pourtant, les experts s’accordent à dire que l’Europe ne ferait pas le poids face à la Russie sans le soutien des États-Unis. La construction d’une défense européenne n’est pas seulement une question d’argent, mais aussi d’efficacité. Selon le dernier rapport du Parlement européen, les États membres de l’UE gaspillent 22 milliards d’euros par an dans leurs dépenses de défense en raison de la fragmentation, des doubles emplois, de la surcapacité et des marchés publics adaptés à leur propre industrie de défense nationale. Les Européens dépensent trop en frais de fonctionnement, en infrastructures et en personnel », déclare Stark, « et pas assez en armes et en équipements militaires – c’est là que se trouvent les lacunes. »

Cavalier seul

Les États membres coopèrent déjà pour lutter contre ce gaspillage. Les petits pays, en particulier, se rendent compte qu’il ne sert à rien de jouer cavalier seul. Les marines néerlandaise et belge, par exemple, ont décidé d’acheter et d’entretenir conjointement des chasseurs de mines et des frégates. La chercheuse Adája Stoetman, spécialisée dans la coopération européenne en matière de défense à l’institut néerlandais Clingendael, prédit que nous verrons beaucoup plus d’accords de coopération de ce type. « Les Pays-Bas, par exemple, ont déjà une bonne relation de travail avec l’armée allemande », explique Stoetman. « Cela fonctionne bien, et ce sera également le mode de coopération des États membres de l’Union européenne entre eux : en grappes de différents pays européens. »

Les États membres européens bénéficient d’une coopération militaire accrue, ce qui n’est guère contesté par les experts militaires. Au niveau politique, une « boussole stratégique » a été élaborée ces dernières années. Le Conseil européen, qui l’a approuvée la semaine dernière, qualifie cette boussole de « plan d’action ambitieux pour une politique de sécurité et de défense renforcée ». En outre, cette boussole stratégique devrait faire de l’UE « un fournisseur de sécurité plus fort et plus décisif ».

Concrètement, le plan prévoit la création d’une force de réaction rapide qui disposerait d’un maximum de 5 000 hommes rapidement déployables. Il y aura également une « boîte à outils » contenant des instruments pour contrer les cyberattaques. Pour Stoetman, la boussole stratégique est un premier pas important dans la bonne direction. « Bien sûr, avec 5000 hommes, vous ne dissuaderez pas les Russes », dit-elle. « Ce n’est pas le but. Cette force d’intervention européenne peut être utilisée pour des évacuations ou pour de plus petites missions qui contribuent à promouvoir la stabilité en Afrique du Nord ou au Moyen-Orient. »

Peut-on considérer cette « force d’intervention européenne » comme le prélude à une armée européenne à part entière ? « En aucun cas », dit Stoetman. « Cela reviendrait à céder la souveraineté sur vos forces armées à un acteur européen. Je ne vois pas cela se produire pour le moment, ni dans un avenir proche. Tout d’abord parce qu’il n’y a pas assez d’enthousiasme dans l’UE. Dans tous les États membres, il existe une volonté croissante de coopérer davantage et les esprits deviennent plus ‘européens’ à cet égard. Mais une armée européenne capable d’assumer les tâches de l’OTAN à long terme ? Cette idée ne bénéficie pas d’un soutien suffisant. Si les Pays-Bas veulent investir davantage dans la coopération européenne, c’est pour renforcer à la fois l’UE et l’OTAN. »

Roger Housen, ancien colonel de l’armée belge, partage cette position. « Nous verrons effectivement davantage de coopération de ce type entre les marines belge et néerlandaise. Les pays achèteront de plus en plus souvent des équipements ensemble, ou organiseront des exercices communs. Mais lorsqu’il s’agit du déploiement des ressources, il y aura toujours une souveraineté nationale. La Belgique, comme la plupart des autres États membres, voudra décider si elle veut envoyer un chasseur de mines, par exemple. »

Housen ne s’attend pas non plus à ce que de nombreux États membres soient prêts, par exemple, à externaliser leur capacité de combat aérien à d’autres États membres. « Si nous devions renoncer à cette capacité et consacrer les ressources ainsi libérées à des chasseurs de mines, par exemple, cela signifierait que nous devrions obtenir des garanties étanches de la part d’autres pays pour venir défendre notre espace aérien en cas de guerre. Je ne vois pas cela arriver de sitôt. Parce que cela touche à nouveau la question de la souveraineté. Chaque pays souhaite maintenir une armée qui peut être déployée aussi largement que possible, même si cela signifie des chevauchements et une inefficacité d’un point de vue européen. »

Housen signale d’autres facteurs qui empêchent une coopération plus poussée. « Les pays disposant de leurs propres industries militaires voudront toujours les favoriser. Si l’Allemagne veut de nouveaux chars, elle se tournera vers son propre Kraus Maffei. De la même manière, les Français et les Italiens soutiendront leur propre industrie. N’oubliez pas qu’à l’est de l’UE, vous avez de nombreux pays qui – de manière non injustifiée – ont peu de confiance dans la défense européenne. Pour les Estoniens, les Polonais et les Roumains, il n’existe qu’un seul acteur crédible en matière de sécurité, et c’est l’OTAN. Ils savent que ça marche grâce au grand frère de l’autre côté de l’océan. Et on ne peut pas non plus leur en vouloir. Quand ça commence vraiment à puer, il faut appeler Washington. »

Joe Biden lors de sa précédente visite à Bruxelles, en juin 2021.
Joe Biden lors de sa précédente visite à Bruxelles, en juin 2021.

Un scénario cauchemar

Ces dernières années, tous les dirigeants européens ne se sont pas montrés aussi confiants quant au rôle de l’OTAN. « L’OTAN est en état de mort cérébrale », déclarait Emmanuel Macron il y a deux ans dans The Economist. Le président français ne dirait plus une telle chose aujourd’hui, estime Stoetman. Le monde semble complètement différent. Quand Macron a fait cette déclaration, nous avions un président américain qui n’était pas du tout favorable à l’OTAN. Nous avions également l’impression que la menace émanant de la Russie ne pouvait être comparée à celle de l’Union soviétique pendant la Guerre froide. La guerre en Ukraine nous a réveillés. »

Macron a changé d’avis. Lors du sommet de l’OTAN la semaine dernière, il a souligné la contribution majeure que les Français apportent à l’alliance. Le président a également souligné qu’une Europe puissante et plus indépendante ne devait pas se substituer à l’OTAN. La population ne semble pas penser autrement. Selon un récent sondage de The Economist, le soutien à l’OTAN dans les États membres européens a remarquablement augmenté depuis la guerre en Ukraine. Jusqu’à récemment, en Espagne et en Allemagne, par exemple, un peu plus de la moitié seulement des personnes interrogées se prononçaient en faveur de l’OTAN. Après l’invasion russe, ce pourcentage est passé à 64. Une évolution similaire a été constatée en France : au lieu de 39%, 47% choisissent le camp pro-OTAN.

« Cela peut sembler un peu dur », déclare Stoetman, « mais l’OTAN est à nouveau florissante grâce à ce conflit. On peut même observer cette tendance dans les pays qui ne sont pas membres. Un récent sondage finlandais indiquait que 62 % des personnes interrogées étaient favorables à l’adhésion à l’OTAN. C’est un revirement net de l’opinion publique. »

En tant que citoyens européens, ne devons-nous pas nous inquiéter ? Si, hélas. « Nous devons rester vigilants et ne pas trop considérer l’OTAN comme acquise », déclare Stoetman. « Il n’est pas inconcevable que, dans trois ans, il y ait nouveau quelqu’un à la Maison Blanche qui laisse l’Europe se débrouiller. Comme je l’ai dit, la boussole stratégique ne comblera pas toutes les lacunes. Même une augmentation drastique des investissements ne nous sortirait pas d’affaire. Un pays qui décide d’acheter de nouveaux hélicoptères aujourd’hui ne les aura que vingt ans plus tard, au plus tôt. »

Il y a donc fort à parier que le prochain président américain aura beaucoup moins d’affinités transatlantiques. Mais cela signifie-t-il que les troupes de Poutine pourront entrer dans les États baltes? « C’est un scénario cauchemar, mais je soupçonne qu’en cas d’une telle invasion l’OTAN interviendra », déclare Stoetman. « Ce sera probablement beaucoup plus gênant si la Finlande est envahie. En tant que membre de l’UE, le pays est protégé par l’article 42.7, qui stipule que, dans un tel cas, les autres États membres sont tenus de fournir une assistance. Mais si vous regardez ce que les autres États membres peuvent faire militairement, cette protection est assez minime ». La Finlande doit-elle alors se réfugier dans l’OTAN ? « Cela n’arrivera pas », affirme Stoetman. « Ceux qui à ce stade parlent d’adhésion à l’OTAN pour la Suède ou la Finlande ne feront qu’aggraver le conflit avec les Russes. »

Selon Stoetman, vu l’imprévisibilité du président russe, il est difficile d’évaluer si ces scénarios apocalyptiques sont réalistes. Roger Housen estime que c’est peu probable. « Je ne pense pas que Poutine franchira cette ligne rouge. Il signerait son propre arrêt de mort. Poutine sait que l’OTAN, les Américains en tête, entrera en action dès que l’un des États membres attaquera. Il sait aussi que c’est une possibilité s’il attaque la Finlande. Poutine ne prendra pas ce risque. Parce qu’il sait très bien qu’il ne peut pas gagner un conflit avec l’OTAN« .

« Mais aujourd’hui, nous sommes paralysés par l’ours russe », poursuit Housen. « Nous oublions qu’au fond, ce n’est qu’un ourson. Économiquement et militairement, la Russie n’est pas si importante. L’ourson ne peut agir comme un gros ours que parce qu’il a des armes nucléaires. Ce que nous oublions, c’est qu’à côté de cet ours il y a éléphant gigantesque. La Chine sera un problème bien plus important que la Russie dans les décennies à venir. Certes, ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine est dramatique et inquiétant. Mais c’est de la petite bière par rapport à ce qui viendra bientôt de Chine ».

La Chine, selon le professeur Stark, est une autre raison pour laquelle l’Europe devrait assumer une plus grande part de sa propre défense. Il ne croit pas non plus à la création d’une véritable armée européenne, mais pense que les forces d’intervention européennes peuvent et doivent se développer pour devenir un corps d’élite de 30 à 40 000 hommes. « Même si les Américains restent solidaires des Européens, il reste à savoir si l’Amérique peut gérer deux guerres en même temps. Supposons que la Chine décide d’envahir Taïwan ? Les intérêts stratégiques de l’Amérique sont plus importants en Asie qu’en Europe. »

Cela signifie également que les politiciens européens devront à nouveau motiver leurs citoyens à faire carrière dans l’armée. « Cela signifie soit une meilleure rémunération, soit la réintroduction du service militaire obligatoire, soit les deux. En Allemagne, la conscription est déjà de nouveau sur la table », dit Stark.

Absolument rien

La question reste de savoir ce que l’Ukraine gagne concrètement de l’investissement prévu dans la défense européenne. La réponse douloureuse : absolument rien. Tous les plans de l’UE sont destinés à la défense de son propre territoire. Et même avec des investissements substantiels, il faudra encore des décennies avant que l’Europe ne devienne une puissance militaire redoutable.

Et Poutine n’aurait-il pas envahi l’Ukraine si l’Europe était une forteresse militaire indépendante et forte ? « Il est impossible de répondre à cette question », déclare Hans Stark. « Ce qui est clair, c’est que Poutine méprise l’Occident parce qu’il pense qu’il est faible et décadent et qu’il n’a pas la volonté de se défendre. En outre, Poutine rêve de rétablir les frontières de l’ancienne Russie tsariste. Cela signifie que des pays comme les États baltes, la Moldavie et la Roumanie sont également menacés aujourd’hui. L’Europe doit être capable d’agir de manière suffisamment dissuasive. »

Partner Content