CBD products are seen in a vending machine in Krakow, Poland on January 12, 2022. (Photo by Jakub Porzycki/NurPhoto via Getty Images)

Les évaluations du cannabidiol en tant que nouvel aliment suspendues par manque de données

Le Vif

Les scientifiques de l’Autorité européenne de la sécurité alimentaire (EFSA) ne peuvent actuellement pas statuer sur la sécurité du cannabidiol (CBD) en tant que « nouvel aliment », en raison de lacunes dans les données disponibles et d’incertitudes concernant les dangers potentiels liés à sa consommation, ont-ils conclu dans un avis publié mardi.

Le cannabidiol, molécule non psychotrope du cannabis à laquelle sont attribuées des vertus relaxantes, peut être obtenu à partir de la plante du cannabis (Cannabis sativa L.) mais peut également être synthétisé chimiquement. La Commission européenne estime qu’il pourrait être considéré comme un nouvel aliment s’il remplit les conditions et a demandé l’avis de l’EFSA pour ce faire.

Plusieurs dangers potentiels

« Nous avons identifié plusieurs dangers potentiels liés à la consommation de CBD« , a indiqué le professeur Dominique Turck, président du panel ad hoc au sein de l’EFSA. « Les nombreuses lacunes dans les données disponibles concernant ses effets sur la santé devraient être comblées avant que ces évaluations puissent se poursuivre. Il est important de souligner à ce stade que nous n’avons pas conclu que le CBD était dangereux en tant qu’aliment.« 

Les données manquantes portent sur les effets du CBD sur le foie, le tractus gastro-intestinal, le système endocrinien, le système nerveux et le bien-être psychologique.

Des études chez l’animal montrent certains effets indésirables importants, notamment en ce qui concerne la reproduction. Mais l’EFSA note aussi qu’il n’est pas inhabituel de suspendre l’évaluation d’un nouvel aliment lorsque des informations manquent.

Partner Content