Giorgia Meloni, après sa victoire, à Rome. (Photo by Antonio Masiello/Getty Images)

Italie: ce que contient le programme de Giorgia Meloni, la leader d’extrême droite grande gagnante des élections

Le Vif

Giorgia Meloni devrait devenir la prochaine dirigeante de l’Italie. UE, immigration, politique énergétique…: voici ce qu’elles souhaite pour l’Italie.

Une période d’incertitude s’est ouverte ce lundi en Italie après la victoire aux législatives de la post-fasciste Giorgia Meloni, aux commandes d’une coalition divisée. Forts de la majorité absolue au Parlement, la dirigeante de Fratelli d’Italia et ses alliés Matteo Salvini de la Ligue (anti-immigration) et Silvio Berlusconi de Forza Italia (droite) vont discuter ces prochains jours en vue de former un gouvernement, qui verra le jour au plus tôt fin octobre.

Mme Meloni a recueilli plus de 26% des suffrages dans un contexte d’abstention record (36%), et sa coalition environ 44%, ce qui lui assure une majorité dans les deux chambres. Giorgia Meloni, qui devrait devenir à 45 ans la première dirigeante post-fasciste d’un pays fondateur de l’Europe, a tenu à rassurer, tant en Italie qu’à l’étranger: « Nous gouvernerons pour tous » les Italiens, a-t-elle promis.

Le Vif a tenu à faire le point sur les principaux points du programme de celle qui devrait bientôt être à la tête de l’Italie. UE, immigration, politique familiale ou énergétique: voici les principaux points du programme de la coalition entre l’extrême droite et la droite italiennes.

Politique étrangère

Dans l’accord électoral signé entre Fratelli d’Italia de Giorgia Meloni, la Ligue de Matteo Salvini, et Forza Italia de Silvio Berlusconi, plusieurs points concernent la politique étrangère.

  • le respect des engagements pris dans la cadre de l’Alliance atlantique
  • un soutien à l’Ukraine face à l’invasion russe et un soutien à toute initiative diplomatique pour trouver une solution au conflit.
  • une pleine adhésion au processus d’intégration européenne, avec la perspective d’une Union européenne plus politique et moins bureaucratique.
  • la défense et promotion des racines et identité historiques et culturelles judéo-chrétiennes de l’Europe.

Économie, famille et social

Différentes mesures sont également prévues sur le plan économique et social:

  • Pleine utilisation des ressources du plan de relance, en comblant les retards actuels de mise en œuvre.
  • Accord avec la Commission européenne, comme prévu par les règlements européens, pour une révision du plan de relance en fonction des conditions, des nécessités et des priorités nouvelles.
  • Réduction de la pression fiscale pour les familles, les entreprises et les travailleurs indépendants.
  • Suppression du revenu universel minimum.
  • Revalorisation des minima retraite, sociaux et invalidité
  • Plan de soutien à la natalité qui prévoit des crèches gratuites, crèches dans les entreprises, ludothèques.
  • Réduction de la TVA sur les produits et services pour la petite enfance.
  • Introduction progressive du quotient familial.

Sécurité, immigration

  • Lutte contre toute forme d’antisémitisme et d’intégrisme islamique.
  • Lutte contre l’immigration irrégulière et gestion ordonnée des flux légaux de l’immigration.
  • Favoriser l’inclusion sociale et au travail des immigrés réguliers.
  • Défense des frontières nationales et européennes.
  • Blocage des bateaux pour empêcher, en accord avec les autorités nord-africaines, la traite des êtres humains.
  • Création de hot-spot sur les territoires extra-européens, gérés par l’Union européenne, pour examiner les demandes d’asile.

Énergie et environnement

  • Transition énergétique durable
  • Augmentation de la production des énergies renouvelables.
  • Diversification des approvisionnements énergétiques et mise en oeuvre d’un plan pour l’autosuffisance énergétique.
  • Évaluation du recours au nucléaire propre et sûr.
  • Respecter et actualiser les engagements internationaux pris par l’Italie pour lutter contre le changement climatique.

Institutions

Enfin, des propositions claires ont également été faites pour les insitutions:

  • Élection du président de la République au suffrage universel direct.
  • Poursuite du parcours engagé pour la reconnaissance des autonomies régionales, en garantissant les mécanismes de péréquation.

Partner Content