© Magali Cohen / Hans Lucas

Des oublis lors du décompte des voix? L’alliance de gauche conteste les résultats

Le Vif

La Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), qui rassemble divers partis français de gauche pour les élections législatives, a engagé lundi une nouvelle bataille contre le ministère de l’Intérieur, l’accusant de « tripatouillages ». L’alliance accuse le ministère de n’avoir pas décompté toutes les voix lui revenant au premier tour des législatives, tandis que le ministère dit s’en tenir aux listes de candidats déclarés.

Selon les résultats officiels, la coalition du président français Emmanuel Macron Ensemble! a devancé dimanche la gauche unie d’un peu plus de 21.000 voix seulement, sur 23,3 millions de votants, avec 25,75% des voix (5.857.558 voix), contre 25,66% pour la Nupes (5.836.202).

Mais dans un tweet nocturne, Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon et candidat Nupes, a fait valoir que « la Nupes réalise 6.101.968 voix (soit 26,8%) », accusant le ministère de l’Intérieur de lui en attribuer moins « pour faire apparaître artificiellement le parti de Macron en tête ». Le numéro deux de LFI (parti de M. Mélenchon) Adrien Quatennens dénonçait lundi matin sur franceinfo des « tripatouillages » d’un « ministère qui par exemple reclasse des candidats Nupes en Divers gauche ».

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Selon le décompte effectué par l’AFP, la Nupes arrive en tête avec 5.880.605 voix (25,85% des suffrages), soit 19.812 voix de plus qu’Ensemble! (5.860.793 voix). L’écart avec les chiffres du ministère s’explique par le fait que l’AFP prend en compte sous la nuance Nupes les quelque 44.400 voix recueillies par trois candidats, investis par le PS, dans le cadre de la Nupes.

Interrogé par l’AFP, le ministère explique avoir « comptabilisé en Divers gauche » ces trois candidats « initialement investis par la Nupes » mais ayant par la suite « déclaré vouloir renoncer à cette investiture » Nupes.

Le ministère fait aussi valoir que la situation est la même pour la majorité présidentielle, par exemple pour le ministre « Damien Abad, dont on peut légitimement penser qu’il est soutenu par ‘Ensemble' », et qui « est comptabilisé en Divers droite ».

Certains candidats de Corse et d’Outre-mer, des territoires hors accord national de la Nupes, n’ont en outre pas été comptabilisés, le ministère soulignant qu’ils ne figuraient pas dans la liste adressée par la direction de campagne de la Nupes au ministère le 8 juin.

Selon LFI, ils ont pourtant fait campagne pour la Nupes. Plus généralement, les Insoumis ont retenu pour le second tour 406 circonscriptions où des candidats soutenus par l’une des composantes de la Nupes se sont qualifiés.

Partner Content