© Reuters

Emmanuel Macron: « illusionniste » ou « équilibriste » face à la presse

Le Vif

Le chef de l’Etat livre jeudi aux journalistes ses réponses au grand débat après cinq mois de crise des « gilets jaunes », un exercice d' »illusionniste » voire d' »équilibriste » pour Emmanuel Macron, selon les éditorialistes.

Dans L’Humanité, Maurice Ulrich rappelle que « l’illusionniste ne sort jamais du chapeau que le lapin qu’il y a mis ». Revenant sur le souhait d’Emmanuel Macron que les Français « travaillent davantage » (émis dans l’allocution non diffusée le soir de l’incendie de Notre-Dame, ndlr), l’éditorialiste du quotidien communiste ne se fait aucune illusion: « revoilà donc, au passage, les fainéants à qui il ne cédera rien, ceux qui n’ont qu’à travailler pour se payer un costard ou traverser la rue pour avoir du boulot. »

Dans Le Figaro, Guillaume Tabard imagine mal « qu’il sorte de son chapeau une idée révolutionnaire à laquelle il n’aurait pas pensé avant l’incendie de Notre-Dame » et pense que « les citoyens attendraient du président qu’il leur dise clairement où il les emmène ». « Le locataire de l’Elysée sortira-t-il de sa manche une mesure spectaculaire, non prévue à l’origine, qui imprimerait sa marque pour le reste de son quinquennat? », se demande Patrice Chabanet (Le Journal de la Haute-Marne). De son côté, Grégoire Amir-Tahmasseb dans L’Union croit qu' »Emmanuel Macron va devoir se livrer ce jeudi à un exercice d’équilibriste particulièrement compliqué. » L’Opinion ironise à la Une sur cette « deuxième prise » après les fuites sur les mesures qu’il devait annoncer:

« Macron, comment rallumer un pétard mouillé » titre le quotidien libéral. Son éditorialiste, Rémi Godeau estime d’ores-et-déjà que « l’incendie de Notre-Dame a privé le Président d’un ‘effet waouh' ». Le Parisien annonce « la grande explication » ou encore « l’heure de vérité » et voit « un exercice crucial pour relancer le quinquennat », alors que Libération pense que Macron passe « l’oral de rattrapage ». Pour Benoît Gaudibert de L’Est Républicain, « Emmanuel Macron joue son va-tout. A défaut de totalement convaincre – mission impossible – il devra marquer les esprits », affirme-t-il. Enfin dans Le Républicain Lorrain Michel Klekowicki prévient que « le Président doit prouver qu’il a compris la question et qu’il connaît la réponse. » « Que l’on ne s’y trompe pas: ce soir, c’est le premier jour du reste du mandat d’Emmanuel Macron », conclut-il.

Partner Content