Le couple présidentiel allant voter au Touquet, ce 24 avril © Getty

Brigitte, la grande absente de la campagne Macron

Le Vif

Omniprésente lors de la campagne de 2017, Brigitte Macron aura été en retrait, lors de la seconde course à l’Elysée de son mari. Moins médiatisée, elle n’en serait pas moins populaire, le courrier lui étant adressé augmentant d’année en année. Il y a cinq ans, sa présence aurait pesé favorablement dans le vote des Françaises.

« Madame Macron ! Madame Macron ! Un mot ? » Mais la Première dame ne s’était pas arrêtée devant le micro tenu par le journaliste de France 2, le soir du premier tour de l’élection présidentielle française, se contentant de suivre son mari dans son bain de foule. Durant cette campagne, Brigitte Macron aura d’ailleurs été aussi silencieuse que discrète. Tout l’inverse de 2017.

Sur scène lors des meeting, en maillot sur la couverture de Paris Match, donnant des interviews par-ci, par-là… Il y a cinq ans, l’ancienne professeure de lettres était omniprésente dans la campagne d’Emmanuel Macron. Leur histoire atypique et leur différence d’âge (25 ans) s’étaient révélées, contre toute attente, de sérieux atouts de campagne pour celui qui n’était alors pas encore président. Certains analystes avaient affirmé, à l’époque, que la présence de Brigitte Trogneux (de son nom de naissance) avait pu influencer positivement le vote des femmes. Selon une étude d’après vote, 63% des Françaises avaient en effet plébiscité Macron en 2017, contre 37% des Français.

Les premiers mois de quinquennat du nouveau président avaient aussi été marqués par l’attention médiatique portée à Brigitte Macron. Ses tenues, sa présence aux côtés de Melania Trump lors de la première visite en France de l’ancien président américain, des documentaires retraçant son parcours… La première une de Paris Match après l’élection comportait à nouveau une photo du couple (habillé, cette fois), avec ce titre : « Premier jour à l’Elysée ». Comme si les Français avaient élu un duo plutôt qu’un président. En août 2017, Elle publiait une interview exclusive de Brigitte Macron, l’une des rares qu’elle aura donné durant ses 5 ans à l’Elysée. Jackpot pour le magazine féminin : plus de 530 000 exemplaires vendus, ce qui ne lui était plus arrivé depuis 10 ans.

La « Brigittemania » était ensuite progressivement retombée. Du moins médiatiquement. Selon les rapports de la Cour des comptes, le nombre de courriers adressés à la Première dame n’avait cessé d’augmenter d’années en années durant ce quinquennat. 13 000 lettres en 2017, 21 000 en 2018, 25 000 en 2020… Une missive sur 10 arrivant à l’Elysée était destinée à Brigitte Macron.

Qui, durant les cinq dernières années, s’est impliquée dans la lutte contre le harcèlement scolaire. Elle a également pris la tête de la Fondation Pièces Jaunes, succédant à Bernadette Chirac, et a créé des écoles de la deuxième chance pour adultes (en partenariat avec le groupe LVMH). Depuis le début de la guerre en Ukraine, elle s’est investie dans l’accueil d’enfants réfugiés. Sans le retentissement médiatique de ses débuts élyséens.

« Il faut qu’il y aille en 2017. Parce qu’en 2022, son problème, ce sera ma gueule ». Cette petite phrase avait été épinglée dans le livre Emmanuel Macron, en marche vers l’Elysée, publié en 2016 par le journaliste Nicolas Prissette. Brigitte Macron, qui vient de fêter ses 69 ans, avait nié l’avoir prononcée. Mais force est de constater que, lors de cette campagne, l’intéressée n’a plus trop montré sa tête…

Partner Content