Archie Battersbee, le garçon en état de mort cérébrale qui émeut et divise la Grande-Bretagne

Le Vif

Depuis avril dernier, en Grande-Bretagne, l’affaire « Archie Battersbee » divise l’opinion. Ce garçon de 12 ans est en état de mort cérébrale après avoir retenu sa respiration dans le cadre d’un défi sur les réseaux sociaux. Ses parents se battent pour le maintenir en vie, mais la justice et le corps médical s’y opposent.

Depuis des mois, ils se battent devant les tribunaux pour empêcher l’arrêt des soins de leur fils: les parents d’un Britannique de 12 ans considéré en état de mort cérébrale ont lancé mercredi un recours de dernière minute auprès de la justice européenne.

Archie Battersbee est maintenu dans le coma dans un hôpital londonien depuis avril. Il est considéré en état de mort cérébrale par les médecins et la justice britannique avait autorisé mi-juillet l’hôpital à mettre fin aux soins qui le maintenaient en vie.

Ses parents, Hollie Dance et Paul Battersbee, qui sont soutenus par une organisation chrétienne, restent déterminés à maintenir leur fils en vie. Ils disent vouloir lui laisser toutes les chances possibles de se rétablir et avoir constaté des signes de vie, dans ses yeux ou par une pression de ses doigts. Malgré les revers en justice qui se succèdent, ils multiplient les recours devant toutes les instances possibles, obtenant plusieurs répits ces derniers jours malgré les dates butoirs fixées par les juges.

Alors que la fin des soins était programmée à la mi-journée à la suite d’une nouvelle décision de la Cour Suprême, ils ont sollicité quelques heures auparavant la Cour européenne des droits de l’Homme afin de l’empêcher. « Nous espérons et prions pour que la CEDH regarde favorablement notre demande. Jusqu’au bout, nous n’abandonnerons pas Archie », a déclaré sa mère, qui vient régulièrement, l’air épuisé, donner des nouvelles de son fils et de son combat devant les caméras massées devant le Royal London Hospital de Whitechapel, dans l’est de Londres.

« Une demande de mesure d’urgence visant à suspendre l’arrêt des soins a bien été reçue par la Cour ce matin », a confirmé le service de presse de la CEDH, interrogé par l’AFP. « La décision de la cour devrait être rendue dans la journée », a-t-il précisé. Il s’agit d’une demande formulée au titre de l’article 39 du règlement de la Cour, toujours compétente au Royaume-Uni malgré le Brexit, qui lui permet d’ordonner des « mesures provisoires » lorsque les requérants sont exposés à « un risque réel de dommages irréparables » pour leur vie.

« Cauchemar de tout parent »

Archie avait été retrouvé inconscient chez lui le 7 avril et n’a pas retrouvé connaissance depuis. Selon sa mère, il aurait participé à un défi sur les réseaux sociaux, le « black-out challenge », consistant à retenir sa respiration jusqu’à l’évanouissement. Avant cet accident, c’était un garçon sportif, pratiquant la gym et les arts martiaux.

Selon ses proches, voyant des sportifs prier avant les compétitions, il était devenu plus croyant. Pour sa famille, ces convictions religieuses devraient être prises en compte. Mais pour le corps médical, son cas est sans espoir, justifiant l’arrêt des soins. « Son système, ses organes et son coeur sont en train de s’éteindre », a souligné lundi le juge Andrew McFarlane de la Cour d’appel.

Londres, le 2 août: des proches d’Archie Battersbee, dont sa maman (au premier plan) (Photo by Leon Neal/Getty Images)

Les juges de la Cour suprême qui se sont également penchés sur l’affaire ont exprimé pour leur part leur « grande sympathie » pour les parents d’Archie qui vivent « le cauchemar de tout parent – la perte d’un enfant très aimé ». Ils ont cependant affirmé qu’il leur revenait d’appliquer la loi.

« Conformément aux instructions des tribunaux, nous travaillerons avec la famille pour préparer l’arrêt du traitement, mais nous n’apporterons aucun changement aux soins d’Archie tant que les problèmes juridiques en cours ne seront pas résolus »

Alistair Chesser, médecin-chef du Barts Health NHS Trust, a expliqué chercher « à apporter le meilleur soutien possible à tout le monde en cette période difficile ». « Conformément aux instructions des tribunaux, nous travaillerons avec la famille pour préparer l’arrêt du traitement, mais nous n’apporterons aucun changement aux soins d’Archie tant que les problèmes juridiques en cours ne seront pas résolus », a-t-il ajouté mercredi.

Hollie Dance a indiqué à des médias avoir été contactée par des médecins dans plusieurs pays, dont le Japon et l’Italie, qui affirment pouvoir aider Archie à se rétablir. Elle dit réfléchir à des options pour lui faire quitter le pays.

Cette affaire rappelle celle, en France, de Vincent Lambert, cet infirmier de 32 ans en état de conscience minimale suite à un accident de voiture en 2008. Ses parents s’étaient battus pour le maintenir en vie, alors que son épouse souhaitait qu’il soit débranché. En 2019, suite à une décsion de justice, sa nutrition et son hydratation artificielles avaient été arrêtées, et il était décédé le 11 juillet.

Partner Content