Le le Q.rad de Qarnot : un radiateur utilisant des microprocesseurs comme source de chaleur. © SDP

Découvez l’ordinateur qui chauffe votre maison

Bastien Pechon
Bastien Pechon Journaliste

La chaleur produite par les « data centers », dans lesquels se trouvent des centaines de serveurs, est désormais considérée comme une ressource plutôt qu’un déchet. Le Q.rad permet, via ses mircroproccesseurs, de chauffer toute une habitation, grâce à des opérations et des calculs informatiques commandés à distance.

PC, tablettes, smartphones, montres, voitures, machines à laver… Demain, la plupart de nos objets courants seront connectés à Internet, stockant et utilisant de plus en plus de données sauvegardées dans le  » cloud « . Contrairement à ce que son nom semble indiquer, cet immense nuage d’informations est physiquement gardé sur la terre ferme, dans d’immenses centres de données. Des  » data centers  » qui utilisent beaucoup d’électricité pour le fonctionnement et le refroidissement des serveurs. Au point que les pays nordiques sont devenus en quelques années un eldorado : Facebook et Google ont installé des centres de données en Suède et en Finlande pour les refroidir à moindre coût.

Mais la chaleur ainsi produite peut aussi être considérée comme une ressource et non comme un déchet dont il faut à tout prix se débarrasser. Paul Benoit, fondateur de Qarnot Computing, l’a bien compris. Cet entrepreneur français développe le radiateur du futur depuis 2010. De l’extérieur, le Q.rad ressemble à un radiateur ordinaire. A l’intérieur, ce ne sont pas de simples résistances électriques qui vous tiendront au chaud cet hiver, mais des microprocesseurs. L’appareil étant connecté à Internet, ce sont les opérations et les calculs informatiques commandés à distance qui chauffent votre habitation.

Qarnot Computing loue ces capacités de calculs à des banques comme BNP Paribas, à des entreprises comme Disneyland Paris ou à des studios d’animations. Les revenus tirés de l’exploitation de ce  » cloud  » remboursent les factures d’électricité. Les propriétaires peuvent donc se chauffer gratuitement. Mais il faudra encore un peu de patience avant d’obtenir ce  » chauffage numérique  » à la maison.  » On ne propose pas encore ces radiateurs aux particuliers « , explique Paul Benoit. Ils s’intègrent plutôt dans des projets de construction ou de rénovation pour des entreprises ou des collectivités.  » Aujourd’hui, on a une centaine de logements répartis dans quatre bâtiments à Paris et équipés de 350 radiateurs « . Un nouveau bâtiment devrait voir le jour en 2017 à Bordeaux comptant également près de 350 appareils. D’autres projets sont aussi à l’étude à Paris.

Qarnot Computing n’est pas le seul sur ce marché. Lancé en 2013, le néerlandais Nerdalize se prépare à produire et à commercialiser un radiateur similaire, selon Le Soir. Il a notamment conclu un partenariat avec l’énergéticien Eneco début 2015 et devient donc un concurrent sérieux pour le français Qarnot Computing.  » Si on pouvait récupérer toute la chaleur dégagée par ces « data centers », on pourrait chauffer la moitié des foyers européens. L’énergie consommée par ces centres de données, c’est à peu près 3 % de l’électricité mondiale aujourd’hui. Et ça double tous les cinq ans « , explique Paul Benoit. Un énorme réservoir de chaleur qu’il reste encore à exploiter.

Partner Content