De Croo: « La meilleure façon de mettre fin à tout cela, est d’aider l’Ukraine à gagner militairement »

Le Vif

« La seule façon » de sortir de la crise engendrée par l’invasion russe en Ukraine « est d’aider Kiev à gagner la guerre », a déclaré le Premier ministre, Alexander De Croo, en préambule au sommet de l’Otan qui s’ouvre mercredi à Madrid.

Le Premier ministre a souligné que les sanctions économiques contre la Russie pèsent lourdement sur le pays, mais qu’entre-temps, elles frappent aussi durement la population européenne.
Il a notamment évoqué la « guerre de l’énergie » menée par Moscou
depuis février. « La meilleure façon de mettre fin à tout cela, est d’aider l’Ukraine à gagner militairement », a-t-il déclaré. « Nous n’avons pas d’autre choix. »

La Belgique a déjà livré des équipements militaires à l’Ukraine et continuera à le faire, selon le chef du gouvernement. Les chefs d’État présents lors du sommet devraient décider d’un nouveau paquet de mesures destinées à soutenir l’Ukraine. « Je préfère la diplomatie, la consultation par les diplomates, mais pour cela, il faut avoir quelqu’un assis en face de soi. Pour le moment, nous parlons à un mur », a souligné Alexander De Croo.

Ce dernier considère que c’est à l’Ukraine « de décider quand s’asseoir à la table des négociations ». 

Au sujet de l’augmentation des investissements belges en matière de Défense, le Premier ministre précise que « notre pays a été très clair sur sa volonté d’atteindre les 2% (du PIB pour les dépenses de Défense, un accord passé par les pays de l’Otan en 2014, NDLR) ». « Mais il s’agit d’un sommet à 100%. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour jouer notre rôle ». Il a énuméré les contributions de la Belgique aux différentes opérations de l’Otan, comme dans les États baltes, entre autres.

« Je préfère la diplomatie, la consultation par les diplomates, mais pour cela, il faut avoir quelqu’un assis en face de soi. Pour le moment, nous parlons à un mur »

A.De Croo

En juillet, des troupes doivent également se rendre en Roumanie pour aider à construire des infrastructures plus permanentes pour les troupes de l’Otan.

L’Otan prévoit par ailleurs de porter à 300.000 le nombre de soldats en état de haute disponibilité. L’implication de la Belgique dans ce dispositif doit encore être déterminée. « Notre défense est très appréciée », a précisé M. De Croo. « Si la demande vient pour un déploiement plus important, nous y répondrons ».

Partner Content