© getty

Crise alimentaire : six conseils pour nourrir tous les habitants de la planète

Dirk Draulans
Dirk Draulans Dirk Draulans est journaliste pour Knack.

L’invasion russe de l’Ukraine exerce une pression sur l’approvisionnement alimentaire mondial. Nous pouvons encore nourrir le monde entier, mais pour résoudre la crise alimentaire, il faudra repenser l’approvisionnement en profondeur.

L’Ukraine et la Russie produisent ensemble 14% du blé mondial. Elles représentent un tiers des exportations mondiales de blé et jusqu’à 60 % de l’huile de tournesol. A cela s’ajoute que la Russie est un important producteur d’engrais. Tout ce commerce a été largement interrompu par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Il est inévitable que la guerre ait un impact sur le système alimentaire mondial. Et celui-ci était déjà soumis à de fortes pressions, notamment en raison des effets du réchauffement climatique et de ses conditions météorologiques extrêmes, telles que les sécheresses prolongées.

La pénurie imminente de denrées alimentaires n’est pas la seule cause de la hausse des prix. La flambée du coût de l’énergie affecte également la production alimentaire, ce qui entraîne une hausse supplémentaire des prix. Il y a aussi les actions pernicieuses des spéculateurs qui font artificiellement monter les prix, parasitant les gens qu’ils poussent à la famine. Il y a déjà plus de 800 millions de personnes affamées dans le monde, et leur nombre ne cesse d’augmenter.

L’invasion russe de l’Ukraine ne touche pas seulement les Ukrainiens et les Russes, mais aussi les Syriens, les Nigérians et les Yéménites. Dans le monde, 26 pays principalement pauvres, dont la Somalie, l’Égypte et le Sénégal, dépendent pour 50, voire 100 % de leur blé des importations des deux pays en guerre. « La géopolitique de notre approvisionnement alimentaire est soudain beaucoup plus claire que nous n’aurions jamais pu l’imaginer », déclare une spécialiste de l’alimentation dans la revue de référence Nature. Elle craint des émeutes dans les pays concernés en raison de la pénurie de céréales.

Néanmoins, Nature a déclaré que le monde devrait être capable de faire face à la perte soudaine d’options alimentaires. Les stocks alimentaires mondiaux sont suffisamment importants pour fournir suffisamment de nourriture à tout le monde. Mais il faut alors repenser le système alimentaire. Knack examine une série d’étapes cruciales.

1. Cessez de brûler de la nourriture

Immédiatement après l’invasion russe en Ukraine, le magazine New Scientist a lancé une option pour faire face à un choc alimentaire : réorienter les cultures céréalières actuellement produites comme biocarburant vers l’approvisionnement alimentaire. Pour l’Europe et les États-Unis, ce changement serait suffisant pour faire face à une pénurie de céréales. À l’échelle mondiale, 10 % de la production céréalière est destinée à la production de biocarburants. L’Union européenne injecte également dans la production de biodiesel une quantité d’huile de palme comparable à celle dont elle a besoin pour produire de l’huile de tournesol en provenance d’Ukraine. « Nous brûlons littéralement une énorme quantité de nourriture », déclare un scientifique dans le magazine.

Certains opposants à cet adaptation (notamment les producteurs de biocarburants) suggèrent que les biocarburants pourraient être un moyen de pression pour faire face à la hausse des prix de l’énergie. Mais les analystes indépendants s’y opposent. L’effet sur les prix serait marginal, tout comme l’effet sur la réduction des émissions de combustibles fossiles. « Il est vraiment immoral de vouloir résoudre une pénurie d’énergie par un processus qui crée des pénuries alimentaires« , disent-ils.

Lire aussi: Eric Lauwers (Arvesta) : « La sécheresse réduira encore plus les rendements »

2. Diversifiez les cultures

Une analyse parue dans Nature résume la manière dont l’approvisionnement alimentaire peut être adapté afin que nous soyons moins dépendants des importations à grande échelle. Ce faisant, il est important de ne pas rester bloqué dans des systèmes de production qui ont déjà un impact énorme sur la planète. L’agriculture intensive est responsable de la plus grande perte de biodiversité au monde et d’environ un tiers du réchauffement climatique d’origine humaine.

La production agricole repose beaucoup trop sur un petit nombre de cultures, telles que le blé, le riz, le maïs, le soja et les pommes de terre. Une plus grande diversité de cultures accroît la stabilité de la production alimentaire d’un pays. L’effet serait du même ordre de grandeur que celui des différences annuelles dans la quantité de précipitations – substantiel, en d’autres termes. Lors de la grande crise alimentaire de 2008, les stocks mondiaux de céréales couvraient à peine 18 % de la demande. Les pays qui avaient déjà investi davantage dans la production de légumes, de noix et de fruits (comme les bananes) ont moins souffert de la crise de la faim. Investir dans la diversité est (presque) toujours payant.

3. Cessez le gaspillage alimentaire

On considère généralement qu’un tiers de la nourriture produite dans le monde n’est pas consommée parce qu’elle n’atteint pas le marché ou n’est pas consommée (et est donc jetée). Mais selon une analyse détaillée parue dans PLoS One, il s’agit même de plus d’un tiers, car les déchets ménagers sont systématiquement sous-estimés.

Surtout dans la partie la plus riche du monde, où l’alimentation ne pèse généralement pas trop lourd dans le budget familial. Les citadins gaspillent également plus que les habitants de la campagne. Malheureusement, de tous les pays étudiés, c’est la Belgique qui gaspille le plus (même les gaspilleurs notoires comme les États-Unis n’ont pas été inclus dans l’étude, faute de données suffisamment solides). Plus de la moitié des déchets alimentaires dans notre pays sont le fait des ménages.

4. Mangez moins de viande

De nombreuses études révèlent qu’une intervention au niveau de la production et la consommation de viande peut avoir un impact majeur sur l’approvisionnement alimentaire. Une étude publiée dans la revue médicale The Lancet a conclu qu’une consommation saine de viande rouge se limite à 14 grammes par jour, soit un steak épais par mois – aujourd’hui, la consommation moyenne de viande rouge dans nos régions est d’environ 100 grammes par personne et par jour. Pourtant, il semble utopique de penser que nous pouvons éloigner les gens de la viande à grande échelle. Elle est encore trop souvent associée au statut et à une bonne alimentation. En guise d’étape intermédiaire, on pourrait encourager la consommation de poulets et de porcs plus durables et plus sains.

Reste à voir si la viande artificielle va conquérir le marché. Pensez aux steaks et aux hamburgers fabriqués à partir de cellules animales, sans passer par l’étape intermédiaire de l’animal, nuisible à l’environnement et souvent peu respectueuse des animaux. La viande artificielle aurait un impact bénéfique énorme non seulement sur le réchauffement climatique mais aussi sur notre approvisionnement alimentaire. Selon Nature, 3 à parfois 8 kilogrammes de céréales sont nécessaires pour produire 1 kilogramme de (vraie) viande – des céréales qui ne sont plus disponibles pour la consommation humaine. En Europe et aux États-Unis, jusqu’à 85 % de la production céréalière est destinée à la fabrication d’aliments pour animaux. Remplacer une partie de la consommation de viande par des aliments d’origine végétale peut donc faire une différence substantielle dans notre dépendance vis-à-vis des chaînes alimentaires étrangères.

Une étude publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences va encore plus loin. La production végétale fournirait jusqu’à 20 fois plus de protéines consommables par hectare de champ que la production de viande – l’étude a comparé la viande rouge à un mélange de cultures telles que le soja, les pommes de terre, la canne à sucre et les arachides. La production de céréales destinées à la consommation humaine au lieu de fourrage permettrait d’obtenir jusqu’à 96 % de valeur nutritionnelle en plus par unité de terre. Ce sont des différences énormes.

5. Créez un panel alimentaire des Nations unies

Si la planète comptait 10 milliards d’habitants en 2050 – soit un quart de plus qu’aujourd’hui – il faudrait 50 % de nourriture en plus (et si les habitudes alimentaires ne changent pas radicalement, 70 % de nourriture animale en plus). L’impact de la production alimentaire sur le réchauffement climatique pourrait alors atteindre jusqu’à 70 % (au lieu de 30 % aujourd’hui). C’est un défi majeur que de traiter cette question de manière efficace. En outre, de plus en plus de personnes vivront dans les villes, ce qui exercera une pression supplémentaire sur l’approvisionnement alimentaire.

Le processus de transition doit être initié à plusieurs niveaux. Des analystes affirment dans Nature qu’il est urgent de créer une organisation similaire au Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) : un groupe mondial de scientifiques indépendants qui conseille les Nations unies sur le réchauffement de la planète. Un panel similaire pourrait publier des rapports sur l’approvisionnement alimentaire, avec des propositions pour le rendre plus durable, à la fois pour assurer la sécurité alimentaire du plus grand nombre et pour limiter l’impact sur l’environnement.

Il est important de se concentrer non seulement sur les grands pays agricoles et les grands producteurs agricoles, mais aussi sur les petites exploitations de moins de deux hectares. Celles-ci fournissent un tiers de la production alimentaire mondiale et sont cruciales pour l’approvisionnement alimentaire des pays pauvres. Moins de 5 % des études scientifiques sur l’approvisionnement alimentaire sont pertinentes pour ces petits agriculteurs. La part du lion revient aux grands producteurs de cultures telles que le blé et le maïs, dont la plupart finissent dans l’alimentation animale.

6. Instaurez des taxes alimentaires

La tarification est un autre moyen d’influencer le comportement alimentaire. Le prix d’une alimentation saine et respectueuse de l’environnement devrait être moins élevé que celui d’un fastfood gras et sucré – la restauration rapide fait de l’obésité un problème plus important que la malnutrition dans une partie croissante du monde. L’adaptation des systèmes de production (entre autres par le biais de taxes sanitaires et environnementales ciblées, et en modifiant les gigantesques flux de subventions qui sont injectés dans l’agriculture, notamment dans notre pays) doit accélérer la transition vers une alimentation plus sûre pour de nombreuses personnes. Aussi étrange que cela puisse paraître, peu d’études concluent qu’il n’est pas possible de nourrir 10 milliards de personnes de manière durable. Mais seulement si cela est fait de manière efficace, à tous les niveaux, du riche au pauvre, du producteur au consommateur. La guerre en Ukraine pourrait accélérer ce processus d’efficacité.

Cependant, on sent déjà qu’il s’essouffle. La pandémie de coronavirus devait également entraîner des changements de comportement substantiels. La pandémie n’est même pas terminée que pour beaucoup de gens, les affaires reprennent comme avant. Comme s’il n’y avait pas de leçons à tirer de la crise, qui était le résultat de l’orgueil humain, de la vie au-dessus de nos moyens. L’idée que l’Ukraine pourrait gagner la guerre contre les Russes atténue un peu la pression de la crise alimentaire. Ne pas vouloir voir qu’il doit changer son comportement : l’homme est très doué pour cela. Un jour, ça tournera mal.

5 conseils pour moins gaspiller
Dans la revue Food Waste Management, des chercheurs néerlandais ont examiné les mesures susceptibles de prévenir le gaspillage. Elles concernent à la fois la présentation dans le magasin et le comportement du consommateur.
1. Faites une liste de courses. Vous gaspillez moins si vous n’achetez que ce dont vous avez réellement besoin.
2. Apprenez à bien cuisiner. Ce qui signifie: apprenez à cuisiner efficacement avec les restes, au lieu de les jeter.
3. Emballez les aliments en petites quantités. Oui, cela peut créer davantage de déchets d’emballage, mais l’empreinte carbone de la production alimentaire est toujours plus importante que celle des emballages.
4. Investissez dans des procédures d’emballage durables. Par exemple, l’utilisation d’algues cultivées comme source d’emballages biodégradables.
5. Mangez à la maison. On gaspille plus en mangeant à l’extérieur, surtout dans les restaurants bon marché qui privilégient la quantité à la qualité.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content