Cette journée pourrait être l’une des plus chaudes jamais enregistrées en France

Le Vif

La vague de chaleur qui s’est abattue sur l’Europe occidentale depuis quelques jours, provoquant de nombreux feux de forêts, risque de faire tomber des records de température en France et en Grande-Bretagne, avec la barre des 40°C en vue.

Cette journée pourrait même être l’une des plus chaudes jamais enregistrées en France: les températures maximales seront partout supérieures à 30°C, et comprises entre 38 et 40°C dans une bonne partie du pays.

« La chaleur prend de l’ampleur, la canicule s’étend sur le pays », prévient l’institut Météo-France, qui s’attend à voir de nombreux records de températures battus, notamment dans l’ouest et le sud-ouest. « Dans certaines zones du sud-ouest, ce sera une apocalypse de chaleur » qui pourrait atteindre 44° par endroits lundi, suivie d’une « nuit torride ».

Le pic de cette 45e vague de chaleur recensée en France depuis 1947 est attendu sur la façade atlantique, notamment dans une Bretagne jusqu’ici protégée par les entrées océaniques.

Corollaire de cette vague de chaleur, des pics de pollution de l’air pourraient apparaître. Une dégradation est attendue lundi concernant les concentrations d’ozone, déjà soutenues, notamment sur l’arc Atlantique et le sud-est du pays, selon Prev’air, la plateforme nationale de prévision de la qualité de l’air.

40 degrés en Angleterre ?

Au Royaume-Uni, l’agence météorologique nationale a émis la toute première alerte « rouge » pour chaleur extrême, signifiant un « risque pour la vie ». Le mercure pourrait dépasser les 40 degrés dans le sud de l’Angleterre pour la première fois lundi ou mardi, a prévenu le Met Office.

Le gouvernement britannique a été accusé dimanche de négliger cette situation, après que le Premier ministre démissionnaire Boris Johnson a raté une réunion de crise sur le sujet à Downing Street, et que son ministre de la Justice, Dominic Raab, a semblé se réjouir d’avoir pour la première fois plus de 40 degrés en Angleterre.

Cette canicule passée par l’Espagne y a fait des victimes. Dimanche, un homme de 50 ans est mort d’un coup de chaleur, avec une température corporelle de 40°C, à Torrejon de Ardoz, près de Madrid, selon les services d’urgence. Un employé de la voirie de 60 ans était décédé la veille dans la capitale pour les mêmes raisons.

Dimanche, le thermomètre a atteint 39° à Madrid, 39,7° à Séville (sud), et jusqu’à 43,4° à Don Benito près de Badajoz (ouest). 

Cette vague de chaleur est la deuxième en à peine un mois en Europe. La multiplication de ces phénomènes est une conséquence directe du réchauffement climatique selon les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.

Cela entraîne des feux de forêt, qui ont déjà tué plusieurs membres des services de secours et de lutte contre les incendies, le dernier en date étant un pompier décédé de ses brûlures dans la province de Zamora (nord-ouest de l’Espagne). En France, au Portugal, en Espagne et en Grèce, des milliers d’hectares de forêts ont été brûlés, et nombre d’habitants et de touristes ont dû fuir leurs résidences.

Brasier près de Bordeaux

La situation est critique dans le sud-ouest de la France. Dimanche soir, le brasier qui a dévoré en six jours 13.000 hectares de végétation dans la région de Bordeaux a regagné du terrain à la faveur de vents tourbillonnants, entraînant de nouvelles évacuations. Selon les pompiers, au total, 16.200 vacanciers ont dû plier bagages en urgence depuis mardi.

En Espagne, une vingtaine d’incendies de forêt font toujours rage et restent hors de contrôle dans différentes parties du pays, du sud jusqu’à l’extrême nord-ouest en Galice.

Le Portugal connaissait lui une accalmie: dimanche, pour la première fois depuis le 8 juillet, les températures n’y ont pas dépassé les 40 degrés, selon le service national météorologique (IPMA), après avoir atteint jeudi un record historique pour juillet de 47°.

A LIRE : Vague de chaleur en Belgique: quelles régions seront les plus chaudes en début de semaine ?

Néanmoins, la quasi-totalité du territoire portugais présentait dimanche un risque « maximal », « très élevé » ou « élevé » aux incendies, en particulier les régions centre et nord. Les incendies de la semaine dernière ont fait deux morts et 60 blessés, et ont dévasté entre 12.000 et 15.000 hectares, selon les derniers bilans.

Aux Pays-Bas, l’Institut néerlandais pour la Santé publique et l’Environnement (RIVM) a annoncé dimanche un Plan National Chaleur et une alerte au smog en vigueur à partir de lundi sur l’ensemble du pays, prévoyant une hausse des températures dans les prochains jours, jusque 35 degrés lundi dans le sud et jusqu’à 38 degrés à certains endroits mardi.

Partner Content