Opinion

Jacques De Decker

« Catherine Deneuve et les justes causes »

La civilisation n’est rien d’autre qu’une sophistication des instincts. Si elle n’était pas intervenue, nous en serions encore à arracher à coups de dents des lambeaux de chair à même les os qui les retiennent, à nous abriter dans des grottes et à nous reproduire comme les quadrupèdes, sans se poser la question d’une autre compatibilité qu’organique.

Les porcins ont-ils une vie sentimentale ? La Fontaine, Walt Disney et bien d’autres humains ont doté l’espèce animalière d’autres mobiles que les pulsions primaires : notre espèce a cette générosité (ou ce narcissisme ?) de se voir reflétée partout. N’a- t-elle pas, dans la chapelle Sixtine, représenté Dieu en noble vieillard humanoïde, comme s’il était le grand-père du bel athlète dont il touche l’index ?

A la suite de quelques lanceuses d’alerte qui ont enfin rendu publics les abus dont elles ont été les victimes, un tsunami dénonciateur a déferlé sur l’Occident. Il est parti du véritable centre stratégique de la culture populaire dominante, situé en cette même Californie que la Silicon Valley, au demeurant garante de la diffusion des produits hollywoodiens, et a d’abord laminé un producteur jusqu’alors réputé pour l’originalité de ses choix.

Les porcins ont-ils une vie sentimentale ? La Fontaine, Walt Disney et bien d’autres humains ont doté l’espèce animalière d’autres mobiles que les pulsions primaires

Miramax, la société fondée par les frères Weinstein, était en effet parvenue à ébranler le conformisme des studios dominants, ce qui devrait rendre l’entreprise plus suspecte encore aux yeux du locataire de la Maison-Blanche. Le génie autoproclamé qui y séjourne se sent d’autant plus concerné qu’il considère sa carrière d' » entertainer  » comme la seconde étape de son accession au pouvoir suprême et Hollywood comme un ramassis d’esprits forts qui ont l’effronterie de le contester.

L’objectivité force à reconnaître que la Mecque du cinéma a sa part d’ombre, puisqu’y prospère une gigantesque industrie de pornographie audiovisuelle dont la diffusion sur les réseaux sociaux a rendu la distribution dans les salles obscures parfaitement obsolète. Il ne faut pas chercher ailleurs la régression comportementale de l’Occidental sur le plan de l’érotisme, cette approche civilisée de la sexualité qui est au contact des corps ce que la cuisine digne de ce nom est au bourrage d’estomac, à savoir une autre forme de sophistication des instincts.

C’est dans cet esprit de vigilance culturelle que Catherine Deneuve, par sa notoriété, a garanti le retentissement international de la mise au point aux cent signatures qui a déjà fait couler tant d’encre. On ne lui reprochera pas son manque de cohérence : en 1971 déjà, elle signait le  » Manifeste des 343 salopes  » pour la légalisation de l’avortement. Comme elle donna son soutien à Handicap international contre les mines antipersonnel. Et comme on l’entendit, la voix brisée, sur la scène du théâtre du Rond-Point, appeler à la libération de la journaliste Françoise Aubenas. C’est dire si elle a le sens des justes causes, cette demoiselle de Rochefort qui peut se muer en Belle de Jour.

Partner Content