© Twitter

Brexit: un accord trouvé entre l’UE et le Royaume-Uni

Le Vif

Après dix mois de négociations harassantes, l’Union européenne et le Royaume-Uni ont conclu jeudi un accord historique sur leur future relation commerciale, qui leur permettra d’éviter in extremis un « no deal » dévastateur pour leurs économies en fin d’année.

Les négociateurs de Londres et Bruxelles ont dégagé un accord jeudi sur les futures relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, que le premier a quitté fin janvier dernier. A quelques jours de la fin de la période de transition (31 décembre), les deux camps ont passé la nuit de mercredi à jeudi à négocier pour dégager in extremis un accord, dont les dernières pierres d’achoppement concernaient la pêche.

Peu avant 16h00, un porte-parole de Downing Street a confirmé qu’un accord est finalisé.

C’est « une nouvelle fantastique pour les familles et entreprises de tout le Royaume-Uni. Nous avons signé le premier accord de libre échange basé sur un principe de ‘zéro tarifs et zéro quotas’ jamais obtenu avec l’UE. C’est le plus gros accord commercial bilatéral signé par chacune des deux parties, couvrant un commerce valant 668 milliards de livres en 2019 », selon une déclaration du gouvernement britannique relayée par la BBC.

https://twitter.com/BorisJohnson/status/1342123159181516802Boris Johnsonhttps://twitter.com/BorisJohnson

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

550rich3153600000Twitterhttps://twitter.com1.0

La ministre britannique au Commerce international, Liz Truss a quant à elle salué la nouvelle, sur Twitter. « Nous aurons une relation commerciale solide avec l’UE et approfondirons nos échanges avec nos partenaires dans le monde entier grâce à notre politique commerciale indépendante », a-t-elle écrit.

https://twitter.com/trussliz/status/1342122359843672070Liz Trusshttps://twitter.com/trussliz

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

550rich3153600000Twitterhttps://twitter.com1.0

Lors d’une conférence de presse de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et du négociateur en chef pour l’UE Michel Barnier, la cheffe de l’exécutif européen a fait part de sa « satisfaction tranquille » et de son « soulagement ». « Nous avons un bon deal », a-t-elle assuré. Il est « juste » et « équilibré ». « C’était la bonne chose à faire, la chose responsable, pour les deux parties. »

Selon l’Allemande, l’accord garantira une concurrence équitable entre entreprises de part et d’autre de la Manche. « Nous aurons des outils efficaces pour réagir en cas de distorsion de concurrence qui aurait des impacts sur nos échanges », indique-t-elle. Par ailleurs, « nous continuerons à coopérer avec le Royaume-Uni dans tous les domaines d’intérêt mutuel », comme la sécurité ou le transport.

« Aujourd’hui est un jour de soulagement mais aussi avec un peu de tristesse. Le Royaume-Uni a choisi de laisser les droits et les avantages des Etats-membres. Il y aura de gros changements à partir du premier janvier », A ajouté Michel Barnier, chef des négociations sur le Brexit.

https://twitter.com/vonderleyen/status/1342122999206576129Ursula von der Leyenhttps://twitter.com/vonderleyen

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

550rich3153600000Twitterhttps://twitter.com1.0

Il est temps pour l’Ecosse de devenir une « nation européenne indépendante »

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon (indépendantiste) a estimé jeudi qu’il était temps pour la province britannique de devenir une « nation européenne indépendante », après la conclusion d’un accord commercial post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

« Le Brexit arrive contre la volonté du peuple d’Ecosse », qui a voté à 62% contre la sortie de l’UE, a tweeté Nicola Sturgeon, soulignant qu' »aucun accord ne pourra jamais compenser ce que le Brexit nous enlève ». « Il est temps de tracer notre propre avenir en tant que nation européenne indépendante », a-t-elle affirmé, alors que Londres refuse à l’Ecosse un nouveau référendum sur l’indépendance.

https://twitter.com/NicolaSturgeon/status/1342135543652614144Nicola Sturgeonhttps://twitter.com/NicolaSturgeon

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon
550rich3153600000Twitterhttps://twitter.com1.0

L’unité des 27 « est et restera » essentielle

« Pour nos citoyens et nos entreprises, un accord complet avec notre voisin, ami et allié est le meilleur résultat », écrit dans un communiqué jeudi le président du Conseil européen Charles Michel, alors que Londres et Bruxelles viennent de conclure un accord sur le Brexit en cette veille de Noël.

« Ces dernières années, l’UE a montré son unité et sa détermination dans les négociations avec le Royaume-Uni. Nous continuerons à maintenir cette unité », ajoute-t-il.

« Ces négociations ont été ardues mais sont terminées. Le Conseil et le Parlement européen vont maintenant analyser cet accord avant de donner leur feu vert », précise Charles Michel.

https://twitter.com/eucopresident/status/1342124591884414979Charles Michelhttps://twitter.com/eucopresident

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

550rich3153600000Twitterhttps://twitter.com1.0

> De Amy Winehouse à Zadie: l’abécédaire de ce que le Brexit ne nous enlèvera pas

Theresa May et David Cameron saluent un accord « vraiment bienvenu »

Les anciens Premiers ministres britanniques Theresa May et David Cameron, qui avaient joué un rôle dans le Brexit au Royaume-Uni, ont salué jeudi un accord commercial « vraiment bienvenu » entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

« L’accord commercial est vraiment bienvenu », constituant « une étape indispensable pour construire une nouvelle relation avec l’UE comme amis, voisins et partenaires », a tweeté David Cameron, qui avait convoqué le référendum sur le Brexit en 2016.

https://twitter.com/David_Cameron/status/1342126305320562688David Cameronhttps://twitter.com/David_Cameron

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

550rich3153600000Twitterhttps://twitter.com1.0

Theresa May, qui lui avait succédé et avait démissionné faute d’avoir fait adopter par le Parlement l’accord de sortie qu’elle avait négocié avec les Européens, a de son côté souligné que l’accord apportait « de la confiance aux entreprises » et contribuait à « maintenir le flux des échanges ».

https://twitter.com/theresa_may/status/1342126902396514305Theresa Mayhttps://twitter.com/theresa_may

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

550rich3153600000Twitterhttps://twitter.com1.0

La livre britannique perd une partie de ses gains après l’annonce d’un accord

La livre britannique voyait ses gains s’atténuer un peu jeudi face au dollar et à l’euro après l’annonce d’un accord commercial post-Brexit entre Londres et Bruxelles.

peu après 16Hh, la livre gagnait 0,55% face à l’euro, à 89,86 pence pour un euro, et 0,54% face au dollar, à 1,2567 dollar pour une livre.

Londres et Bruxelles ont finalisé l’accord commercial post-Brexit qu’ils négociaient depuis dix mois. Il s’agit d’un « bon accord, équilibré » et « juste » pour chaque partie, a affirmé la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Alors que la période de transition post-Brexit touche à sa fin le 31 décembre, une sortie de l’Union européenne sans accord aurait été désastreuse pour l’économie du Royaume-Uni.

Mais le mouvement de la monnaie britannique restait limité après l’annonce officielle, les investisseurs ayant amplement anticipé et pariant depuis des semaines sur la conclusion d’un compromis avant la fin de la période de transition. Face au dollar, la livre évolue proche de son niveau le plus fort depuis avril 2018, atteint le 17 décembre à 1,3624 dollar pour une livre.

Partner Content