© belga

Aucune matière radioactive n’a été retrouvée dans les poissons pêchés près de Fukushima

Aucune trace de tritium radioactif n’a été détecté dans les premiers échantillons de poissons pêchés aux alentours de Fukushima après le rejet dans la mer de l’eau de refroidissement viciée en provenance de la centrale nucléaire, communique samedi le gouvernement japonais.

Les échantillons ont été prélevés dans un rayon de cinq kilomètres autour de la zone où l’eau a été évacuée, précise l’Agence japonaise de la pêche. L’exploitant Tepco a démarré jeudi le déversement de l’eau polluée suscitant l’inquiétude des pêcheurs et de quelques pays voisins. L’opération a néanmoins reçu la bénédiction de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

   Dans le même temps, le ministère japonais de l’Environnement a pris ses propres mesures et les résultats sont attendus pour dimanche.

   Après la catastrophe nucléaire en 2011, l’eau utilisée pour refroidir les réacteurs de la centrale a été stockée pendant des années dans des réservoirs. Ces derniers débordaient peu à peu et ont incité Tepco à les vider partiellement dans l’océan. Avant son évacuation, l’eau est filtrée et diluée. De la sorte, seule une quantité inoffensive de tritium devrait subsister.

   Dans les prochaines années, 1,3 million de mètres cubes d’eau devraient être déversés.

Contenu partenaire