Le centre commercial ou s'est passée la tuerie. GETTY

Etats-Unis : un tireur tue huit personnes dans un centre commercial au Texas

Un homme a ouvert le feu samedi après-midi dans un centre commercial de la région de Dallas, dans l’Etat américain du Texas, tuant huit personnes et blessant plusieurs autres avant d’être lui-même abattu.

Cette nouvelle tuerie aux Etats-Unis a semé la panique au Allen Premium Outlets, un vaste centre commercial de la ville d’Allen, situé à quelque 40 kilomètres au nord de Dallas, où de nombreux clients étaient venus faire leurs achats du week-end.

Un policier se trouvait dans le centre commercial pour une autre affaire quand des tirs ont retenti vers 15H30 (20H30 GMT), a expliqué le chef de la police locale, Brian Harvey.

L’agent « a entendu des coups de feu, s’est rendu (sur les lieux) des coups de feu, a fait face au suspect et a neutralisé » l’individu, a rapporté le responsable. Il a, dans la foulée, appelé les secours.

Des images de vidéosurveillance diffusées par la chaîne CNN montrent le tireur sortir d’une berline sur le parking du centre commercial et ouvrir le feu.

Son identité n’a pas été communiquée par les autorités. Son corps a été retrouvé sans vie à l’arrivée de renforts de police, comme celui de six autres personnes.

« Tragédie indicible »

Deux autres personnes sont décédées à l’hôpital et parmi les blessés, « trois sont en train d’être opérés d’urgence et quatre sont dans un état stable« , a déclaré Jonathan Boyd, chef des pompiers d’Allen.

Parmi les personnes atteintes par les tirs se trouve un enfant de 5 ans, selon un responsable hospitalier cité par le média NBC News.

Le gouverneur de l’Etat, Greg Abbott, a déploré une « tragédie indicible ». 

Le président américain Joe Biden « a été informé de la fusillade », a déclaré un responsable de la Maison Blanche aux journalistes.

Les autorités locales ont salué l’action du policier ayant abattu le tireur.

« Nous avons une dette (…) envers les premiers intervenants qui se sont précipités (sur les lieux) des coups de feu et agi rapidement pour neutraliser la menace », a déclaré Keith Self, représentant républicain du Texas, dont la circonscription comprend la ville d’Allen.

Il était au départ question d’un éventuel deuxième tireur, selon les autorités, mais Brian Harvey a déclaré que la police estime que le suspect a « agi seul ». Le tireur portait un équipement tactique, selon CNN.

Allen, une ville sûre

Janet St. James, porte-parole de Medical City Healthcare, qui gère plusieurs centres de traumatologie dans le nord du Texas, a dit avoir reçu huit patients victimes de la fusillade âgés de 5 à 61 ans, selon NBC News.

« Allen est une ville sûre et fière, ce qui rend cet acte insensé de violence encore plus choquant », a déclaré dans un communiqué son maire Ken Fulk.

« Je veux saluer les policiers et les pompiers pour leur intervention rapide », a poursuivi l’édile, assurant que leur entrainement « minutieux » a sans doute permis de « sauver des vies aujourd’hui ».

Selon Jaynal Pervez, un témoin interrogé par la chaîne CBS et arrivé sur place après un appel de sa fille, la fusillade a semé le chaos dans le centre commercial.

« J’ai vu des chaussures, les téléphones des gens dans la rue« , a-t-il témoigné.

Avec plus d’armes à feu que d’habitants, les Etats-Unis affichent le taux de mortalité par arme à feu le plus élevé de tous les pays développés: 49.000 en 2021, contre 45.000 en 2020.

Le site Gun Violence Archive a déjà recensé cette année aux Etats-Unis plus de 195 tueries de masse, c’est-à-dire où quatre personnes ou plus ont été blessées ou tuées.

Biden dénonce un acte « insensé », ordonne la mise en berne des drapeaux

Le président américain Joe Biden a dénoncé dimanche « un acte insensé de violence » après qu’un homme a tué huit personnes par balle dans un centre commercial du Texas, et a ordonné la mise en berne des drapeaux.

« En signe de respect pour les victimes de l’acte insensé de violence perpétré à Allen, au Texas », les drapeaux seront mis en berne au-dessus de la Maison Blanche et des bâtiments publics fédéraux et militaires, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Partner Content