Quelque 25.000 armes automatiques distribuées aux habitants de Kiev pour se défendre © belga

Aide militaire à l’Ukraine : quel pays a donné quoi ?

Le Vif

Plusieurs pays ont fourni à l’Ukraine une aide militaire afin de l’aider à se défendre face à l’invasion russe depuis le 24 février.

Le détail de toutes les livraisons n’est pas connu. Parmi celles qui jouent un rôle important figurent les lance-missiles antichars Javelin, de fabrication américaine, ou encore les drones de combat turcs. L’aide comprend aussi des équipements de protection (casques, gilets pare-balles) et des rations de survie.

Voici un tour d’horizon d’aides militaires rendues publiques, sans que l’on sache toujours si leur livraison est effectivement intervenue. D’autres peuvent rester secrètes.

Etats-Unis

Le président américain Joe Biden a annoncé jeudi une nouvelle aide militaire de 800 millions de dollars, comprenant des obusiers et leurs véhicules, 144.000 obus et 121 « drones suicides » Phoenix Ghost, portant à plus de 4 milliards de dollars l’aide à l’Ukraine depuis le début de son mandat.

Le 13 avril, il avait déjà annoncé une aide incluant des véhicules blindés, de l’artillerie et des hélicoptères.

Précédemment Washington avait fourni ou promis 1.400 systèmes anti-aériens Stinger, 5.000 missiles antichars Javelin, 7.000 armes antichars d’un autre modèle, plusieurs centaines de « drones suicides » Switchblade, 7.000 fusils d’assaut, 50 millions de balles et munitions diverses, des roquettes à guidage laser, des drones Puma, des radars anti-artillerie et anti-drones, des blindés légers et des systèmes de communication sécurisée.

Le Javelin, capable de percer le char russe T-90, est devenu un symbole de la résistance ukrainienne. Washington a par ailleurs assuré que l’Ukraine avait reçu des pièces détachées pour ses avions de chasse, sans en spécifier la provenance.

Turquie

L’Ukraine qui disait disposer avant l’invasion russe d’une vingtaine de drones de combat turcs Bayraktar TB2, a déclaré début mars en avoir réceptionné de nouveaux commandés fin janvier, 16 selon certains experts.

Kiev a affirmé avoir distrait la défense du croiseur russe Moskva coulé la semaine dernière en mer Noire avec un TB2, pendant que des missiles le frappaient de l’autre côté. Certains experts affirment que des drones turcs continuent d’être livrés à l’Ukraine, ce que n’a jamais confirmé Ankara.

Royaume-Uni

Le Royaume-Uni affirme avoir déjà distribué 200.000 équipements – notamment 4.800 missiles anti-chars NLAW et un petit nombre de Javelin – et a annoncé l’envoi de 6.000 autres missiles. Le pays a aussi envoyé des missiles anti-aériens Starstreak et a promis d’envoyer 120 véhicules blindés (Mastiff, Wolfhound and Husky) et un nouveau système anti-navire.

Le Premier ministre Boris Johnson a annoncé vendredi qu’il envisage d’envoyer des chars à la Pologne, pour aider Varsovie à envoyer ses propres T72 à l’Ukraine. Londres a promis 350 millions de livres sterling (416 M EUR) de soutien financier à l’armée ukrainienne, en sus d’un soutien humanitaire et économique.

Canada

Le Canada s’est engagé depuis 2015 à fournir à l’Ukraine des équipements militaires d’une valeur d’environ 112 millions de dollars américains, dont environ 94 M USD depuis février 2022.

Ottawa a annoncé depuis février l’envoi de mitrailleuses, carabines, fusils de précision, munitions, grenades, lance-roquettes, et du matériel de surveillance. Le pays a indiqué cette semaine qu’il s’apprêtait à envoyer de l’artillerie lourde, sans précisions. Il s’agirait vraisemblablement d’obusiers.

Allemagne

Au début du conflit, l’Allemagne a annoncé l’envoi de 1.000 armes antichar, 500 missiles sol-air Stinger, environ 2.700 missiles sol-air Strela et des munitions.

Selon des médias, l’Allemagne a envoyé d’autres armes depuis, notamment des mitrailleuses, 1

00.000 grenades, 2.000 mines, 15 bombes anti-bunker, des détonateurs et des charges explosives.

Berlin, qui a son mot à dire dans le devenir d’armes de l’ancienne Allemagne de l’Est, a approuvé des demandes de pays comme l’Estonie et la République tchèque pour envoyer certaines de ces armes en Ukraine, dont des obusiers et des véhicules blindés de transport de troupes.

Espagne

Madrid annoncé jeudi la livraison de 200 tonnes de matériel militaire, munitions, 30 camions militaires, des véhicules spéciaux de transport lourd et 10 véhicules légers, après avoir envoyé une douzaine d’avions avec des munitions et des armes légères.

France

La France, qui reste discrète, a livré plus de 100 millions d’euros d’équipements militaires.

« Des équipements conséquents, des Milan aux Caesar en passant par plusieurs types d’armements », a précisé vendredi Emmanuel Macron.

Selon la présidence française, les missiles Milan « ont déjà été donnés » et les canons Caesar de 155 mm seront livrés « dans les prochains jours » ainsi que « des milliers d’obus ». Une quarantaine de militaires ukrainiens doit être formée en France au maniement des Caesar, à partir de samedi.

Pays scandinaves

La Norvège a fourni une centaine de missiles antiaériens de type Mistral qu’elle avait prévu de retirer du service, ainsi que quelque 4.000 armes antichars de type M72.

La Suède a annoncé l‘envoi de 5.000 lance-roquettes à tir unique de classe AT-4, 5.000 armes anti-char supplémentaires et des équipements de déminage.

La Finlande a promis fin février 2.500 fusils d’assaut, 150.000 munitions et 1.500 lance-roquettes. Le 24 mars, elle a annoncé une livraison d’armes supplémentaires, non précisée.

Le Danemark a annoncé le 27 février l’envoi de 2.700 lance-roquettes. Le 21 avril, la Première ministre Mette Fredriksen, en visite à Kiev, a promis que son pays contribuerait à hauteur de 600 millions de couronnes danoises (88 millions de dollars) supplémentaires pour l’achat d’armes.

Pays frontaliers de l’Ukraine

La Pologne a envoyé des drones, des lance-missiles antichars Javelin, des fusils d’assaut Grot, des munitions, des mortiers et des MANPADS (Man-portable air-défense systems, des missiles sol-air de courte portée).

Des informations non confirmées évoquent l’envoi de 40 chars T-72 et de 60 véhicules blindés de combat d’infanterie BMP-1.

La Slovaquie a contribué avec du matériel militaire d’une valeur d’environ 62,5 million euros (carburant, munitions, missiles sol-air, missiles anti-char) et a fourni un système de défense aérienne S-300. Le pays négocie aussi avec l’Ukraine la possibilité d’envoyer des obusiers automoteurs Zuzana.

La Roumanie a annoncé fin février l’envoi de combustible, munitions et autres équipements militaires, à hauteur de 3 millions d’euros.

Pays baltes

La Lettonie a envoyé plus de 200 million d’euros de matériel (munitions, missiles anti-aériens Stinger et leurs rampes de lancement ainsi que des drones).

La Lituanie a fourni de l’aide militaire pour des « dizaines de millions d’euros », incluant des missiles anti-aériens Stinger, des mortiers, des fusils, des munitions.

L’Estonie a apporté une aide de 227,5 millions d’euros, avec des lance-missiles antichars Javelin, des obusiers, des mines anti-char, des canons anti-char et des munitions.

Europe centrale

La Slovénie a annoncé fin février l’envoi de Kalachnikov et de munitions. Selon les médias allemands, la Slovénie discute avec l’Allemagne de l’envoi d’un grand nombre de ses chars d’assaut en contrepartie de chars allemands « Marder » et des véhicules blindés de transports de troupes « Fuchs ».

La Bulgarie ne fournit officiellement pas d’équipement militaire en raison du refus des socialistes pro-russes. Mais ses exportations dans ce domaine vers les pays de l’UE ont presque triplé entre le 20 février et le 13 avril par rapport à la même période en 2021.

La République tchèque a donné du matériel militaire (pour 45,2 millions d’euros). Selon des médias locaux Prague a envoyé des obusiers automoteurs Dana, des lanceurs de fusée RM-70 Grad, des chars T-72 de fabrication soviétique et des véhicules de combat d’infanterie.

Des sociétés tchèques assureront les réparations des chars ukrainiens.

Belgique, Pays-Bas, Grèce, Italie

La Belgique a annoncé envoyer 5.000 fusils automatiques et 200 armes anti-chars.

Les Pays-Bas ont promis fin février la livraison de 200 missiles Stinger et en avril celle de véhicules blindés.

La Grèce a annoncé fin février avoir fourni 400 fusils d’assaut Kalachnikov, des lance-roquettes et des munitions.

L’Italie a décidé pour le moment de maintenir secrètes les livraisons d’armes.

Partner Content