© Reuters

Affaire Skripal: les renseignements allemands ont eu accès au novitchok dans les années 90

Une enquête menée conjointement par les journalistes du magazine Die Zeit, du quotidien Süddeutsche Zeitung « , de la NDR et de la WDR a établi que l’agent neurotoxique qui a causé l’empoisonnement de Sergeï Skripal et de sa fille à Salisbury est passé à l’Ouest dans les années 90 dans les bagages d’un scientifique russe. Le transfuge a fourni la formule et un échantillon au BND (le service de renseignement allemand).

L’Allemagne ayant signé une convention interdisant la fabrication d’armes chimiques, c’est un secret extraordinaire qui a régné autour du chancelier Kohl concernant la présence de cette arme chimique sur le territoire allemand. Les rares documents écrits étaient détruits aussitôt après avoir été lus. L’échantillon a été analysé dans le plus grand secret par un laboratoire suédois. Cette étude a établi que le novitchok est dix fois plus puissant que le tristement célèbre VX.

Plusieurs pays de l’OTAN (États-Unis, Grande-Bretagne, France, Pays-Bas et Canada) ont eu accès à la composition du novitchok et à des échantillons afin de mettre au point des protections pour leurs troupes dans une confrontation éventuelle avec la Russie.

Lire aussi: L’ex-espion russe Sergeï Skripal est sorti de l’hôpital

Le novitchok a été utilisé pour empoisonner l’agent double Sergeï Skripal et sa fille Ioulia début mars. Theresa May a accusé la Russie d’être à l’origine de cet empoisonnement. Elle a déclaré à la Chambre des Communes « Il est maintenant clair que M. Skripal et sa fille ont été empoisonnés à l’aide d’un agent neurotoxique de qualité militaire, d’un type développé par la Russie. » La Première ministre n’a pas révélé que son pays connait la formule et détient un échantillon de l’agent toxique.

Cette information qui établit que la Russie n’est pas la seule à avoir accès à ce poison apparait quelques semaines avant que l’attention du monde entier se tourne vers la Russie et la coupe du monde de football. À voir l’enthousiasme avec lequel un média proche du pouvoir (Sputnik) relaie cette information, on se dit que ces révélations tombent à pic pour Vladimir Poutine.

Partner Content