. © Getty

26e jour de guerre en Ukraine: quelle est la situation sur le terrain?

Le Vif

Les bombardements se poursuivent lundi sur la capitale Kiev, où les forces ukrainiennes résistent, alors que Marioupol continue d’être pilonnée, sans pour l’instant que les forces russes ne contrôlent totalement cette ville portuaire stratégique du Sud.

Les forces russes « n’ont pas réalisé d’avancées majeures » dimanche, rapporte l’Institute for the study of war (ISW), un think-tank américain.

Voici un point de la situation établi à partir d’éléments des journalistes de l’AFP sur place et de services d’urgence, ainsi que de déclarations officielles ukrainiennes et russes, de sources occidentales, d’analystes et d’organisations internationales.

Kiev, Kharkiv et le Nord

L’armée russe tente toujours d’encercler Kiev et fait face à la résistance ukrainienne. Les bombardements se sont poursuivis, notamment contre un centre commercial dans la nuit de dimanche à lundi, tuant au moins huit personnes.

« Les forces russes consolident leurs positions défensives et se préparent à déployer davantage de capacités d’artillerie » autour de la capitale ukrainienne, selon l’ISW.

Selon le ministère de la Défense britannique, l’avancée russe a « calé » au nord-est de Kiev, alors que les troupes de Moscou ont été « repoussées par une résistance ukrainienne féroce » au nord-ouest.

Un nouveau couvre-feu a été décrété de lundi soir à mercredi matin dans Kiev.

Kharkiv (nord) est entourée par les forces russes sur plusieurs côtés et les grands axes, mais n’est pas encerclée. Les bombardements se poursuivent dans cette ville.

D’après l’ISW, les forces ukrainiennes ont repoussé une tentative russe de s’emparer d’Izioum, ville du Nord-Est ayant « peu de chances » de passer « à court terme » sous le contrôle de Moscou.

Le Sud

A Marioupol, port stratégique assiégé dans le sud-est du pays, les troupes ukrainiennes ne déposeront pas les armes, ignorant un ultimatum lancé par la Russie.

Selon les autorités locales, les soldats russes ont transporté de force un millier d’habitants vers la Russie, les privant de leur passeport ukrainien – un possible crime de guerre.

L’Ouest et le Centre

Pas de bombardement majeur sur l’ouest et le centre de l’Ukraine ces derniers jours.

L’Est

Pas de grande variation du front Est, alors que les forces russes mènent également une offensive à partir des territoires séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk (est), selon l’ISW.

Bilan humain

Aucun bilan précis n’était disponible dans l’immédiat.

Au moins 816 civils ont été tués en Ukraine et plus de 1.333 blessés, d’après le décompte au 18 mars du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) en Ukraine consulté par l’AFP, qui souligne que ses bilans sont probablement très inférieurs à la réalité.

Les pertes de l’armée ukrainienne s’élèvent à « environ 1.300 » militaires, a indiqué le 12 mars le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Moscou a annoncé le 2 mars son seul et unique bilan (498 soldats tués).

L’Ukraine affirme que l’armée russe, elle, a perdu « environ 12.000 hommes ».

Le Pentagone a fourni pour sa part une estimation de 2.000 à 4.000 morts russes en deux semaines, mais des sources du renseignement américain citées par le New York Times tablent désormais sur plus de 7.000 en trois semaines.

Réfugiés et déplacés

Environ 10 millions d’Ukrainiens ont fui leur foyer, dont un tiers environ est parti à l’étranger, principalement en Pologne, selon l’ONU.

Partner Content