© Reuters

15 à 20 % des Européens seraient sensibles aux sirènes de Poutine

L’Union européenne a des raisons de s’inquiéter car la « communication stratégique » russe marque des points dans les opinions publiques.

Le rapport Strategic communications – East and South (n°30, juillet 2016) de l’EU Institute for Security Studies (EUISS) épingle les storylines de la propagande russe : la décadence morale de l’Occident, l’éclatement inévitable de l’Union européenne, la dénonciation de son expansionnisme et de son impuissance, sa sujétion aux Etats-Unis, la Chine comme alternative à l’Europe, etc. L’Union a réagi en créant, en 2015, l’East StratCom Task Force au sein du Service pour l’action extérieure. Le site Stopfake fait du fact-checking sur le conflit ukrainien depuis 2014. Selon le rapport de l’EUISS, la majorité de la population des principaux Etats membres de l’Union est persuadée que la Russie et les séparatistes prorusses sont à l’origine de la guerre en Ukraine. Mais les sondages révèlent aussi que 15 à 20 % des Européens ont ajouté foi aux arguments russes. Quelques outils de propagande mis en avant par le rapport EUISS :

– La multilingue RT (ex-Russia Today) a été créée en 2005 en vue d’offrir une alternative aux médias anglo-saxons. Elle met gratuitement ses capsules vidéo à disposition de YouTube et offre la parole à des pestiférés comme Julian Assange (WikiLeaks). Pendant la crise ukrainienne, elle a relayé les propos d’académiques accusant le pouvoir ukrainien de commettre un  » génocide « . Le financement de RT par le gouvernement russe a fléchi en 2013.

Le soft power russe s'exerce via les médias et le sponsoring.
Le soft power russe s’exerce via les médias et le sponsoring.© GETTY IMAGES

– L’agence de presse Sputnik (ex-Novosti) a été fondée en novembre 2014. Elle produit des contenus dans 130 villes de 34 pays du monde. Elle émet en 30 langues et décline ses contenus sous diverses formes (sites, agences, médias). Parmi ceux-ci, le supplément de huit pages dédiées à la Russie, Russia Beyond the Headlines, qui paraît régulièrement dans 22 pays, en 16 langues, sous la forme de suppléments (espace acheté) dans des quotidiens tels que Le Soir, Le Figaro, El Pais, The New York Times, The Daily Telegraph ou le Süddeutsche Zeitung. Sputnik est également présent sur Facebook et Twitter.

– Les théories du complot fleurissent dans la  » russosphère « . Ainsi, le Malaysia Airlines MH17 aurait été détruit en vol au-dessus de l’Ukraine par un missile israélien ou par un avion de chasse ukrainien ; les attentats du 11-Septembre auraient été planifiés par le gouvernement américain, etc.

– Euronews : le service russe de cette télévision internationale dont le siège se trouve à Lyon et qui reçoit des fonds de la Commission européenne, aurait diffusé des informations orientées. Elle a été appelée au rapport à Bruxelles.

– Gazprom : le géant énergétique russe sponsorise des clubs sportifs de haut niveau comme le club de foot Schalke 04 (Allemagne) à raison de 20 millions d’euros par saison, le populaire Etoile rouge de Belgrade ou Chelsea (avec des facilités pour l’électricité et le gaz). Gazprom est également partenaire de l’UEFA Champions League et de la Fifa.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content