Home concept,Home savings

La Banque centrale européenne augmente ses taux: quel impact pour les crédits?

Philippe Berkenbaum
Philippe Berkenbaum Journaliste

La Banque centrale européenne (BCE) a décidé jeudi d’augmenter ses taux d’intérêt pour la première fois en plus de dix ans face à l’inflation galopante. Quel impact sur les crédits, notamment hypothécaires ? Le point avec deux économistes.

Une première depuis 10 ans: la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé jeudi qu’elle allait relever ses taux. De 50 points de base. Une nouvelle stratégie, de la part de cette institution dirigée par la Française Christine Lagarde, qui vise à contrer l’inflation galopante.

Cette mesure devrait donc avoir un impact sur l’ensemble de l’économie. Quid sur les crédits, notamment hypothécaires ? Les réponses des économistes es économistes Charlotte de Montpellier (ING) et Sylviane Delcuve (BNP Paribas Fortis).

Les taux directeurs sur lesquels agit la BCE sont des taux à court terme, mais ils impactent en cascade tous les autres taux sur les marchés financiers. Ceux auxquels les ménages, les entreprises, les États empruntent aux banques pour financer leurs achats (immobiliers, par exemple), leurs investissements, leur dépenses budgétaires excédentaires. Ici aussi, tout est question d’anticipation, expliquent nos expertes. Vu les tensions inflationnistes, les marchés s’attendaient à un resserrement de la politique monétaire et les taux à plus long terme ont entamé leur remontée depuis quelques mois.

« Autrement dit, le relèvement attendu ce jeudi ne devrait pas avoir beaucoup d’effet, sauf s’il est plus important que prévu », estime Charlotte de Montpellier. Prenez le taux à long terme de référence en Europe, le Bund allemand à 10 ans : il était encore négatif en 2021, à -0,5% en août dernier, il tourne aujourd’hui autour de 1,15 %, en baisse après un pic à 1,75 % à la mi-juin, quand la BCE a fait part de ses intentions. Chez ING, on s’attend à ce qu’il se stabilise autour de 1,25 % d’ici la fin de l’année, même si on n’exclut pas un petit rebond en cas de surprise côté BCE.

« On devrait s’approcher d’un sommet pour les taux hypothécaires »

Même tendance en Belgique, où l’obligation d’État (OLO) à 10 ans est remontée pour osciller entre 1,5 et 2 % et devrait, selon les prévisionnistes, se stabiliser autour de 1,5 % d’ici fin 2023, début 2024. C’est le taux moyen auquel devront se financer nos gouvernements dans les prochains moins, alors qu’ils empruntaient quasi gratuitement jusqu’il y a peu. Pas une bonne nouvelle pour les finances publiques, mais cela reste sous contrôle. Les taux longs influencent également ceux des crédits hypothécaires, à la consommation et d’investissement. S’ils ont très logiquement repris du poil de la bête ces derniers mois, en hausse de 1 à 1,5 % en moyenne, ils devraient se stabiliser ces prochains mois. Sauf, à nouveau, si la BCE frappe plus fort que prévu – ou si l’inflation continue à grimper durablement. « On devrait s’approcher d’un sommet pour les taux hypothécaires », estiment nos interlocutrices. Ceux qui viennent de contracter un emprunt ou ont un crédit à taux variable ont déjà été impactés. Pour les autres, a priori, il ne sert à rien de se précipiter, aucune flambée n’est annoncée.

Partner Content